Lonnes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lonnes
Le village de Lonnes
Le village de Lonnes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Charente
Arrondissement Confolens
Canton Mansle
Intercommunalité Communauté de communes du Pays manslois
Maire
Mandat
Pierre Chaussepied
2014-2020
Code postal 16230
Code commune 16191
Démographie
Gentilé Lonnais
Population
municipale
164 hab. (2012)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 56′ 23″ N 0° 09′ 59″ E / 45.9397, 0.166445° 56′ 23″ Nord 0° 09′ 59″ Est / 45.9397, 0.1664  
Altitude Min. 94 m – Max. 131 m
Superficie 7,51 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Lonnes

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Lonnes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lonnes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lonnes

Lonnes est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Poitou-Charentes).

Les habitants de Lonnes sont les Lonnais et les Lonnaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Lonnes est une commune située dans le Nord Charente, à 32 km au nord d'Angoulême et 10 km au sud de Ruffec. Lonnes est aussi à 7 km au nord de Mansle, le chef-lieu de son canton, 10 km au sud-est de Villefagnan et 13 km au nord-est d'Aigre[1].

La commune est traversée du nord au sud par la D 186. La D 27, route de Villefagnan à Chasseneuil passe à 1,5 km au nord-est du bourg. Lonnes est desservie par la N 10 entre Angoulême et Poitiers située à 2,5 km à l'est du bourg (échangeur des Maisons Rouges, sur la D 27)[2].

La gare la plus proche est celle de Luxé, à 7 km, desservie par des TER à destination d'Angoulême, Poitiers et Bordeaux.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

En plus du bourg, la commune possède plusieurs hameaux : les Maisons Rouges (sur la route nationale 10), les Essarts, le Petit Fayolle et le Grand Fayolle[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Lonnes
Salles-de-Villefagnan Verteuil-sur-Charente
Juillé Lonnes Chenon
Fontenille Bayers

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La campagne cultivée, entre Lonnes et Juillé

Géologiquement, la commune est dans le calcaire du Jurassique du Bassin aquitain, comme tout le Nord-Charente. Plus particulièrement, elle occupe un sol datant du Callovien sur une moitié nord-est, et Oxfordien sur la moitié sud-ouest. La terre est calcaire marno-argileuse[3],[4],[5].

Article connexe : Géologie de la Charente.

La commune de Lonnes est sur un plateau assez uniforme, qui s'étend entre la rive droite de la Charente et le ruisseau de Moussac (ou Bief) à l'ouest. Son point culminant est à une altitude de 131 m, situé sur la limite communale au nord du bourg (borne IGN). Le point le plus bas est à 94 m, situé sur la limite nord-est. Le bourg est à 115 m d'altitude[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Elle n'est arrosée par aucun cours d'eau[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Article connexe : Climat de la Charente.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Une forme ancienne est Allona en 1326[6].

L'origine du nom de Lonnes remonterait à un nom de personne gaulois Alaunos, dérivant d'un nom de divinité d'une source Alauna ou Alonna[7],[8].

Au XVIIIe siècle, la commune est désignée sous le nom de Lonné sur la carte de Cassini[9]. Elle a été créée Lonne en 1793, avant de s'appeler Lonné en 1801[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'ancienne voie romaine de Périgueux à Poitiers par Montignac et Rom appelée Chaussade limite la commune à l'est[2],[11].

Au Moyen Âge, les moines de l'abbaye de Nanteuil étaient seigneurs de Lonnes. En 1172, ils aliénèrent une partie de leurs terres à l'abbaye de Grosbot, à charge de ne pas édifier d’église, qu'il n'y serait dit aucune messe, ni créé aucun cimetière. Elle était simple chapelle pour l'usage des religieux de passage.

En 1780, Angély de Fontcreuse était seigneur de Lonnes et de Fayolle[12].

Vers le milieu du XVIIe siècle La population s'étant accrue, une paroisse fut créée. L'église, légèrement agrandie, fut endommagée par les protestants. Elle a été l'objet de quelques réparations en 1888-1889[13],[14].

Administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Lonnes
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1896 1904 Pierre Bastier    
1904 1919 Jean Bastier    
1919 1925 Jean Marifat    
1925 1944 Jean Mathieu    
1944 1960 Louis Ravion    
1960 1965 Anselme Migaud    
1965 1971 Jean-Louis Delhoume    
depuis 1971 en cours Pierre Chaussepied DVG Retraité de l'agriculture

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 164 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
488 464 492 509 488 497 536 539 469
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
451 425 415 383 386 368 321 305 291
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
276 281 232 231 216 243 226 214 198
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2012
180 182 165 160 166 158 165 167 164
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[15].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Lonnes en 2007 en pourcentage[16].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
1,2 
11,6 
75 à 89 ans
11,1 
25,6 
60 à 74 ans
19,8 
18,6 
45 à 59 ans
28,4 
18,6 
30 à 44 ans
17,3 
7,0 
15 à 29 ans
11,1 
18,6 
0 à 14 ans
11,1 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[17].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

  • Le parc éolien construit en 2008 situé en bordure de commune est visible depuis plusieurs points du département.

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

La salle des fêtes

Depuis août 2008, l'association bénévole Nord Charente Wireless fournit aux habitants un accès internet haut débit. La commune est en effet située en zone blanche, non desservie par la technologie ADSL.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église et le monument aux morts
  • L’église Saint-Barthélemy du XVIIe siècle d'inspiration romane.
  • Le four à pain du Petit Fayolle.
  • Le château d'eau (alt. 125 m) visible depuis plusieurs endroits du département et qui dessert plusieurs communes avoisinantes en eau potable.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. a, b, c, d et e Carte IGN sous Géoportail
  3. Carte du BRGM sous Géoportail
  4. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  5. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Ruffec », sur Infoterre,‎ 1973 (consulté le 7 janvier 2012)
  6. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. III, Angoulême, imprimerie Despujols,‎ 1900, 582 p., p. 233
  7. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud,‎ 1989, 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 10,11,411
  8. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  9. Carte de Cassini sous Géoportail
  10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. A-F. Lièvre in Christian Vernou, La Charente, Maison des Sciences de l'Homme, Paris, coll. « Carte archéologique de la Gaule »,‎ 1993, 253 p. (ISBN 2-87754-025-1), p. 143
  12. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf,‎ 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 220
  13. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. III, Angoulême, imprimerie Despujols,‎ 1900, 582 p., et t.IV
  14. Bulletin municipal no 2 – Janvier 2003
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012
  16. « Evolution et structure de la population à Lonnes en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  17. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]