Le Freney-d'Oisans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Freney.
Le Freney-d'Oisans
La mairie-école du Freney-d’Oisans
La mairie-école du Freney-d’Oisans
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Oisans-Romanche
Intercommunalité Communauté de communes de l'Oisans
Maire
Mandat
Christian Pichoud
2014-2020
Code postal 38142
Code commune 38173
Démographie
Population
municipale
252 hab. (2014)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 02′ 45″ nord, 6° 07′ 35″ est
Altitude 927 m
Min. 871 m
Max. 3 445 m
Superficie 14,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Le Freney-d'Oisans

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Le Freney-d'Oisans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Freney-d'Oisans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Freney-d'Oisans
Liens
Site web www.freneydoisans.com

Le Freney-d'Oisans est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Plan topographique de Mont-de-Lans en 1947. Le Freney-d'Oisans en haut à gauche.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le Freney-d'Oisans est situé dans l'Oisans, aux abords du massif des Écrins, dans les Alpes françaises. La Romanche est le principal torrent qui traverse la commune.

Le village principal est traversé par la route départementale 1091 (ex-RN 91), qui relie Grenoble (Isère) à Briançon (Hautes-Alpes), tout en se trouvant à proximité du Bourg-d'Oisans et des Deux-Alpes. Il est également en aval du barrage du Chambon.

Les hameaux de la commune[modifier | modifier le code]

Puy Le Haut, Puy Le Bas, le Perier, Sous L'Église, la Grange, Champ Rond, Sous la Broue, Les Chazeaux.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes accessibles relativement directement par une route carrossable sont : Auris en Oisans, Clavans-en-Haut-Oisans, Mizoën et Mont-de-Lans[1]. Oz et Vaujany ont des territoires touchant celui du Freney-d'Oisans mais du fait du relief, aucune voie carrossable n'existe, il est nécessaire de contourner le massif (passer par Le Bourg-d'Oisans).

Rose des vents Oz Vaujany Clavans-en-Haut-Oisans Rose des vents
Auris / Huez N Clavans-en-Haut-Oisans
Mizoën
O    Le Freney-d'Oisans    E
S
Mont-de-Lans Mont-de-Lans Mont-de-Lans

Toponymie[modifier | modifier le code]

Au XIe siècle, la paroisse est mentionnée sous la forme ecclesai S. Aeigii in Fraxeneto[2]. Le toponyme dérive de frênaie[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans l'Antiquité romaine, une voie romaine longe la vallée de la Romanche, reliant le col du Montgenèvre à Grenoble.

Le territoire fait partie de l'Oisans et dès le XIe siècle il appartient au Dauphiné de Viennois. Lors du « transport » de celui-ci au royaume de France, il devient une partie de la Province du Dauphiné.

Au XIIIe siècle, toute la vallée de Bourg-d'Oisans a été ensevelie par un lac naturel formé à la suite d'un éboulement de rochers dans la vallée de la Romanche.[réf. nécessaire] En 1219, le barrage ainsi formé céda et provoqua l'Inondation de Grenoble en 1219.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1981 en cours Christian Pichoud PS puis DVG Retraité
Conseiller général du Canton du Bourg-d'Oisans (1998-2015)

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 252 habitants, en diminution de -7,35 % par rapport à 2009 (Isère : 3,74 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
459 409 561 617 598 630 645 668 670
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
655 626 586 539 501 509 451 423 407
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
388 348 355 317 272 482 296 218 176
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
210 154 133 180 177 221 277 252 252
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et patrimoine bâti[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En mars 2017, la commune confirme le niveau « une fleur » au concours des villes et villages fleuris, ce label récompense le fleurissement de la commune au titre de l'année 2016[7].

Vie associative[modifier | modifier le code]

  • Club informatique Freneytique[8]

Festival de musique[modifier | modifier le code]

  • Les Estivales du Freney[9]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « https://www.geoportail.gouv.fr/carte », sur www.geoportail.gouv.fr (consulté le 3 février 2017)
  2. a et b D'après Henry Suter, « Le Freney », Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, sur henrysuter.ch, Henry Suter, 2000-2009 (consulté le 27 octobre 2016).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. « Les villes et villages fleuris > Isère », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 7 août 2017).
  8. Club informatique Freneytique
  9. Les Estivales du Freney, sur le site lefreney-d-oisans.com