Le Favril (Eure-et-Loir)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Favril
Le Favril (Eure-et-Loir)
Église Saint-Pierre du Favril.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Chartres
Intercommunalité Communauté de communes Entre Beauce et Perche
Maire
Mandat
John Billard
2020-2026
Code postal 28190
Code commune 28148
Démographie
Gentilé Favrilois, Favriloise
Population
municipale
363 hab. (2017 en augmentation de 7,08 % par rapport à 2012)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 27′ 52″ nord, 1° 07′ 46″ est
Altitude Min. 178 m
Max. 247 m
Superficie 23,8 km2
Élections
Départementales Canton d'Illiers-Combray
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Le Favril
Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir
Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Le Favril
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Favril
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Favril
Liens
Site web https://le-favril-28.fr/

Le Favril est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Du mot latin fabrilia, le diminutif de Făbrĭca, « atelier d'artisan », à l'origine de notre « fabrique », a principalement désigné la forge .

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le de l’an 1841, en son château des Vaux, Étienne Jean François Charles, marquis d’Aligre, président du collège électoral d’Eure-et-Loir en 1814, Pair de France en 1815, léguait une somme de 900 000 francs à partager entre neuf communes, dont la commune du Favril, à charge pour celle-ci, de fonder un hôpital qui porterait le nom de son fondateur gravé sur deux pierres placées, l’une à l’intérieur, et l’autre à l’extérieur de l’édifice.

Par des codicilles olographes datés des et , le marquis d’Aligre confirmait son don et complétait ses volontés : « chaque commune aura en outre les baliveaux arbres et meubles existants sur les territoires ci-dessus » et « je lègue à la commune du Favril 100 000 francs et tous les baliveaux du Parc de la Rivière ».

Le , le marquis d’Aligre, généreux donateur, décédait à Paris en son hôtel de la rue d’Anjou-Saint-Honoré.

Naquit alors entre les héritiers du marquis d’Aligre et la commune du Favril un désaccord sur le sens de « l’étendue du legs des baliveaux », legs qui se révélait beaucoup plus important et complexe qu’il n’y paraissait.

En 1848, nanti de l’autorisation du président de la République, Jean-François Marchand, maire du Favril, entamait une procédure qui devait perdurer jusqu’en 1867.

Durant ces vingt années émaillées de jugements en appel, d’appels contradictoires en conciliations, les différents maires de la commune défendirent avec acharnement les intérêts du bureau de bienfaisance et assurèrent une gestion avisée et intelligente de bon père de famille.

En , après avoir sollicité l’accord de monsieur le préfet, monsieur Lavie, maire du Favril, résidant ferme de La Rousselière, procéda au placement des fonds légués par le marquis d’Aligre, et acheta pour le compte du bureau de bienfaisance, une grange située à Pontgouin, rue de la Brasserie, et un lot de terres labourables situées à Pontgouin d’une part (24 ha et 45 a) et à Digny d’autre part (24 ha et 94 a), terres dont le centre communal d'action sociale du Favril, est, aujourd’hui encore, propriétaire.

Le , monsieur de Pomereu, époux de la petite-fille du marquis Étienne d’Aligre et exécuteur testamentaire, fit don à la commune du Favril d’une parcelle de terre lui appartenant, ce qui permit ainsi de réaliser le vœu de son grand-père : la construction d’un hospice auquel on adjoignit une école de filles. Le , en présence de Monsieur Pomereu d’Aligre et Monsieur Gateau, maire du Favril, la première pierre de l’asile d’Aligre fut posée…

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie (ancien asile d'Aligre).
La mairie (ancien asile d'Aligre).
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1919 1927 Victor Leroy    
19xx 1938 Auguste Petiot    
1938 1945 Henri Briand    
1945 1953 Marcel Abraham    
1953 1959 Alicia Leroy    
1959 1983 André Rousseau SE  
1983 2001 Suzanne Legros SE  
2001 2005 Danielle Bougas SE  
2005 2008 Gilbert Riant SE  
2008 En cours John Billard SE Cadre dans un groupe d'assurances
Président de l'Association des maires ruraux d'Eure-et-Loir (AMR28)
Vice-président de l’Association des maires ruraux de France (AMRF)[1]
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3].

En 2017, la commune comptait 363 habitants[Note 1], en augmentation de 7,08 % par rapport à 2012 (Eure-et-Loir : +0,26 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
823867837867838835739767788
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
698711679648643622572582580
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
595583543447422398371387290
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
329277268266300280314319324
2013 2017 - - - - - - -
345363-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Ferme à côté de l'église.
Ferme à côté de l'église.
  • Agriculture ;
  • Élevage.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le Favril (Église).
Le Favril (Église).
  • Manoir dit La Grand'maison, des XVIe et XVIIe.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]