Saint-Luperce

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Luperce
Saint-Luperce
Le château de Blanville
 Inscrit MH (1969)[1].
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Chartres
Canton Illiers-Combray
Intercommunalité Communauté de communes entre Beauce et Perche
Maire
Mandat
Pierrette Salmon
2014-2020
Code postal 28190
Code commune 28350
Démographie
Population
municipale
875 hab. (2016 en augmentation de 0,46 % par rapport à 2011)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 26′ 12″ nord, 1° 19′ 02″ est
Altitude Min. 148 m
Max. 176 m
Superficie 14,35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Saint-Luperce

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Saint-Luperce

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Luperce

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Luperce
Liens
Site web http://www.saintluperce.fr

Saint-Luperce est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Luperce
Fontaine-la-Guyon Saint-Aubin-des-Bois Cintray
Courville-sur-Eure Saint-Luperce Saint-Georges-sur-Eure
Saint-Germain-le-Gaillard Orrouer Saint-Georges-sur-Eure

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Loulappe, Hartencourt, la Gadelière, Château de Blanville ayant appartenu à la famille comtale Ducluzel.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Provenant de l'ouest par Courville-sur-Eure, la rivière l'Eure, affluent en rive gauche du fleuve la Seine, traverse le nord de la commune pour se diriger ensuite vers le sud-est et Saint-Georges-sur-Eure.

Saint-Luperce bénéficie depuis 1965 d'une station hydrologique sur l'Eure. Le débit moyen annuel ou module de l'Eure, observé à Saint-Luperce durant une période de 53 ans (de 1965 à 2017), est de 1,59 m3/s, soit 1 590 litres par seconde[2].

La hauteur maximale instantanée, relevée à Saint-Luperce le , est de 1,71 m. À partir d'une hauteur d'eau supérieure à 1 m, certaines vannes en aval sont ouvertes, afin de préserver Chartres d'une inondation[3].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La gare de Saint-Aubin - Saint-Luperce, située sur le territoire de la commune de Saint-Aubin-des-Bois, à proximité de Saint-Luperce, est une halte de la ligne de Paris-Montparnasse à Brest.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Jean-Paul Dorange    
mars 2008 En cours Pierrette Salmon SE Employée

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2016, la commune comptait 875 habitants[Note 1], en augmentation de 0,46 % par rapport à 2011 (Eure-et-Loir : +0,82 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
484439503513542576554572591
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
618645624600569593571569530
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
520537541512488506522539504
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
510514530665757850885871875
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Blanville[modifier | modifier le code]

 Inscrit MH (1969)[1].

Ses années de construction sont 1643 et 1750.
Le château de Blanville fut rebâti pour François-Pierre du Cluzel, futur intendant de la généralité de Tours.
Antoine Marie et Marie Thérèse Ducluzel marient civilement leur fille Marie-Antoinette au comte Frédéric de Merode le 25 juillet 1811 en cette commune. Ce dernier, nommé maire par le préfet du département en 1828, allait devenir un héros national lors de la révolution belge de 1830 où il allait mourir à Malines. En 1930, le domaine appartenait à la comtesse de Cossé-Brissac.

Sont inscrits au titre de Monument historique par l'arrêté du 6 novembre 1969 :

  • Les façades et les toitures du château et de ses dépendances ;
  • À l'est, la cour d'honneur avec ses deux pavillons d'angle ;
  • Le jardin à la française et les douves, ainsi que le tapis vert situé devant le château et les deux pavillons d'entrée.

L'église Saint-Luperce[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Dansaert, Frédéric de Merode en 1830, librairie Albert Dewit, Bruxelles, 1930

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]