La Pocatière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Pocatière
Blason de La Pocatière
Intellectum valde amo
La Pocatière
Le Collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière.
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Bas-Saint-Laurent
Subdivision régionale Kamouraska
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Sylvain Hudon
2017-2021
Constitution
Démographie
Gentilé Pocatois, oise
Population 4 120 hab.[1] ()
Densité 193 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 22′ 00″ nord, 70° 02′ 00″ ouest
Superficie 2 130 ha = 21,30 km2
Divers
Code géographique 2414085
Devise J’ai pour l’intelligence une grande vénération[2]
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
La Pocatière

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
La Pocatière

Géolocalisation sur la carte : Bas-Saint-Laurent

Voir la carte administrative de la zone Bas-Saint-Laurent
City locator 14.svg
La Pocatière

Géolocalisation sur la carte : Bas-Saint-Laurent

Voir la carte topographique de la zone Bas-Saint-Laurent
City locator 14.svg
La Pocatière
Liens
Site web Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata

La Pocatière est une ville située dans la municipalité régionale de comté de Kamouraska au Québec (Canada) dans la région administrative du Bas-Saint-Laurent[3]. Ses habitants sont les Pocatois[4].

Description[modifier | modifier le code]

Sise à 130 km à l'est de Québec, La Pocatière est la porte d'entrée du Bas-Saint-Laurent. L'agglomération compte 5 763 habitants avec la municipalité voisine de Sainte-Anne-de-la-Pocatière. Un projet de regroupement municipal a récemment été rejeté par les citoyens. La ville de La Pocatière et ses environs constituent l'agglomération la plus importante entre Montmagny et Rivière-du-Loup.

Le centre-ville de La Pocatière.

La Pocatière a la particularité, grâce à son cégep à vocation technique (santé animale, environnement, éducation spécialisée, technologie physique, informatique...), à l'Institut de technologie agroalimentaire (ITA-technique en transformation des aliments, production animale, production horticulture et environnementale...) et à son collège d'enseignement secondaire privé, d'accueillir chaque année près de 1800 élèves des niveaux secondaires et collégial de tout le Québec.

La ville est le siège d'un évêché catholique dont la particularité est qu'il ne porte pas uniquement le nom de la ville (comme c'est l'usage habituellement) mais celui de Sainte-Anne-de-la-Pocatière.

La région offre une particularité géologique intéressante, les collines abruptes et isolées appelées monadnocks qui se dressent dans la plaine. La montagne du Collège, sise au centre de la ville, est une de ces collines et elle offre sur la région une vue particulièrement saisissante.

Les autres attractions de la ville sont notamment :

Géographie[modifier | modifier le code]

Dans la MRC : Kamouraska

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Les Éboulements,
Fleuve Saint-Laurent
Rivière-Ouelle,
Saint-Pacôme
Rose des vents
N Saint-Gabriel-Lalemant
O    La Pocatière    E
S
Saint-Roch-des-Aulnaies Sainte-Anne-de-la-Pocatière Saint-Onésime-d'Ixworth

Histoire[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

  • 1670 : Le 18 septembre, François Pollet de la Combe Pocatière obtient par cession de son beau-père Nicolas Juchereau de Saint-Denis, la seigneurie de Saint-Denis-de-Sainte-Anne (détachée de la Seigneurie des Aulnaies à la Grande-Anse).
  • 1672 : Le 29 octobre, Marie-Anne Juchereau, veuve de François Pollet, se fait concéder une seigneurie, à l'est du fief obtenu en 1670, qui prendra le nom de Sainte-Anne-de-la-Pocatière.
  • 1827 : Fondation du Collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, un collège classique, par l'abbé Charles-François Painchaud, curé de l'endroit. Les classes commencent en 1829.
  • 1845 : Érection de la Municipalité de Sainte-Anne-de-la-Pocatière.
  • 1859 : La municipalité est desservie par le chemin de fer du Grand Tronc. La gare est construite (elle sera déclarée monument historique en 1995).
  • 1859 : Fondation, par l'abbé François Pilote, de l'école d'agriculture, la première au Canada et la seconde en Amérique du Nord, 4 ans après celle de Lansing (Michigan).
  • 1911 : Construction de la nouvelle école d'agriculture.
  • 1920 : Incendie du collège et reconstruction.
  • 1960 : Le village de Sainte-Anne se détache de la Corporation municipale de Sainte-Anne-de-la-Pocatière et devient Ville de La Pocatière en 1961.
  • 1961 : Jean-Yves Bélanger construit son premier Moto-Ski dans le garage de Ch-Eugène Bouchard.
  • 1962 : Construction de l'usine Moto-Ski. Elle sera rachetée par Bombardier en 1971.
  • 1969 : Fondation du CÉGEP de La Pocatière.
  • 1974 : L'usine Bombardier est convertie et agrandie pour la commande de 423 voitures du Métro de Montréal (création de Bombardier Transport).
  • 1995 : Fondation du Centre de développement bioalimentaire du Québec (incubateur) dans la municipalité de Sainte-Anne-de-la-Pocatière.
  • 2005 : Inauguration de l'usine-école et incubateur en transformation alimentaire, agrandie en 2006.
  • 2008 : Début de la construction d'un nouvel aréna, le Centre Bombardier, inauguré en 2009.
  • 2009 : Fêtes des 150 ans de l'enseignement de l'agriculture au Canada.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de La Pocatière
Intellectum valde amo
(J’ai pour l’intelligence une grande vénération)

L'écu de La Pocatière se blasonne ainsi :

D'azur, à une gerbe de blé d'or accompagnée en chef de deux étoiles de même; à un chef cousu de gueules chargé d'un livre ouvert d'argent, sur lequel les lettres de sable, accosté de deux croix patriarcales d'or[2].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1961 1966 1971 1976 1981 1986 1991 1996 2001
3 0863 4704 2564 3194 5604 8164 6484 8874 518
2006 2011 2016 - - - - - -
4 5754 2664 120------

Administration[modifier | modifier le code]

Les élections municipales se font en bloc pour le maire et les six conseillers[5].

La Pocatière
Maires depuis 2003
Élection Maire Qualité Résultat
2003 André Théberge Voir
2005 Bernard Généreux Député conservateur de Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup (2009-2011 & depuis 2015) Voir
2009 Sylvain Hudon Voir
2013 Voir
2017 Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises

Urbanisme[modifier | modifier le code]

L'autoroute 20 passe au nord-ouest de la ville. 4 sorties relient l'autoroute à La Pocatière, soit les sorties 430 (route 132), 436 (Boulevard Industriel), 439 (rue Guimond) et 444 (route 132). La sortie 439 relie directement la 20 au centre-ville. La route 132 est une artère importante de la ville, étant parallèle à l'autoroute 20, la suivant au sud-est. La route 230, débutant sur la route 132 au sud-ouest du centre-ville, passe directement dans le centre-ville, continuant vers le nord-est, vers Saint-Pacôme.
La Pocatière est située à exactement 127 kilomètres au nord-est de la sortie pour Québec de l'autoroute 20 (312), 61 kilomètres de Montmagny (378), 66 kilomètres au sud-ouest de Rivière-du-Loup et 171 kilomètres de Rimouski.
La Pocatière n'est pas indiquée sur les panneaux routiers de l'autoroute 20, excepté sur ceux de distance.
C'est aussi l'un des deux seuls endroits entre Montréal et son terminus où l'autoroute 20 est plus près du fleuve que la route 132[6], l'autre étant Rivière-du-Loup.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la ville tourne autour des institutions d'enseignement et de l'usine de Bombardier Transport qui emploie, selon les aléas des contrats obtenus, environ 400 ouvriers pour la fabrication de matériel ferroviaire. L'importante ferme expérimentale du gouvernement fédéral a été reconvertie au cours des années 1990 en entreprises du domaine bioalimentaire et on y a ouvert en 2005 un incubateur bioalimentaire.

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

  • André Migner (ca 1640-1727), soldat du régiment de Carignan-Salières y est mort.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Recensement du Canada, 2016
  2. a et b « Les Armoiries de la ville », sur Ville de La Pocatière (consulté le 3 juillet 2016)
  3. Gouvernement du Québec, « Répertoire des municipalités - La Pocatière », sur Ministère des Affaires municipales, Régions et Occupation du territoire (consulté le 1er février 2011)
  4. Toponymie : La Pocatière
  5. https://www.electionsquebec.qc.ca/francais/municipal/carte-electorale/liste-des-municipalites-divisees-en-districts-electoraux.php DGEQ - Liste des municipalités divisées en districts électoraux
  6. MapArt 2008, p. 415

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hébert, Yves, Montmagny et la Côte-du-Sud, Québec, Les éditions GID, 2005,124 pages (On y trouvera quelques biographies de personnalités de cette municipalité dans cet ouvrage) (ISBN 2-922668-62-2)
  • MapArt, Canada back road atlas / atlas des rangs et chemins, Oshawa, Ontario, MapArt Publishing, , 702 p. (ISBN 978-1-55368-614-9).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]