Saint-Pacôme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint Pacôme.
Saint-Pacôme
Saint-Pacôme vu du golf
Saint-Pacôme vu du golf
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Bas-Saint-Laurent
Subdivision régionale Kamouraska
Statut municipal Municipalité
Maire
Mandat
Robert Bérubé
2017-2021
Constitution
Démographie
Gentilé Pacômien, ienne
Population 1 598 hab.[1] (2016)
Densité 55 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 24′ 00″ nord, 69° 57′ 00″ ouest
Superficie 2 895 ha = 28,95 km2
Divers
Code géographique 14070
Localisation
Localisation de Saint-Pacôme dans le Kamouraska
Localisation de Saint-Pacôme dans le Kamouraska

Géolocalisation sur la carte : Bas-Saint-Laurent

Voir sur la carte administrative du Bas-Saint-Laurent
City locator 14.svg
Saint-Pacôme

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Saint-Pacôme

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Saint-Pacôme

Saint-Pacôme est une municipalité intégrée à la municipalité régionale de comté (MRC) de Kamouraska, dans la région administrative du Bas-Saint-Laurent, au Québec, au Canada[2].

Situation[modifier | modifier le code]

Saint-Pacôme est situé au cœur du doux pays du Kamouraska, à quelques kilomètres du fleuve Saint-Laurent et à 10 km au nord-est de La Pocatière sur la Route 230. Les agglomérations importantes les plus proches sont Montmagny à 70 km au sud-ouest et Rivière-du-Loup à 65 km au nord-est. Le village se distingue par son relief accidenté au piedmont des Appalaches et les sinuosités de la rivière Ouelle qui le traverse. Ces attraits lui valent de figurer parmi les plus beaux villages du Québec.

Saint-Pacôme est le lieu de naissance du pianiste-compositeur André Gagnon.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Deux hypothèses existent selon l'origine du patronage de la municipalité, la première hypothèse vient d'un écrit du curé P. A. Caron racontant que lors de l'érection canonique, l'évêque, monseigneur Cazeau, proposa de donner le nom de Saint-Côme, mais les paroissiens n'en voulurent pas. L'évêque proposa alors Saint-Pacôme que les citoyens acceptèrent[3].

La deuxième hypothèse viendrait plutôt du fait que les premiers paroissiens étaient pauvres et la paroisse aurait été mis sous le patronage de Saint Pacôme qui était réputé pour avoir vécu de manière austère[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 1851 : Fondation de la municipalité de Saint-Pacôme à même la partie sud de la paroisse de Rivière-Ouelle.
  • 1859 : La municipalité est desservie par le chemin de fer. La principale activité économique est l'industrie forestière et ce jusque dans les années 1950.
  • 1926 : Séparation de Saint-Pacôme village et paroisse.
  • 1938 : Fondation, le 8 décembre, de Saint-Gabriel-Lalemant à même la partie sud de la paroisse de Saint-Pacôme. Le nouveau village compte déjà 1200 habitants.
  • 1952 : Fermeture de la scierie et fin de la drave sur la rivière Ouelle.
  • 1958 : Première inondation du village.
  • 1966 : La rivière Ouelle obtient le statut de rivière à saumon ; début d'ensemencement.
  • 1971 : Construction du premier parcours du club de golf La Pruchière.
  • 1979 : Fusion de Saint-Pacôme village et paroisse.
  • 1981 : La Municipalité de Saint-Pacôme achète la pente de ski de la Côte des Chats et crée la Station de neige.
  • 1994 : Construction du second parcours du club de golf.
  • 1998 : Création de l'Association des plus beaux villages du Québec. Saint-Pacôme en fait partie.
  • 1998 : Construction des infrastructures municipales d'aqueduc et d'égout et réfection des rues dans la plus grande partie du village.
  • 2001 : Fêtes du 150e anniversaire de fondation de la municipalité. La Société du roman policier de Saint-Pacôme est créée.
  • 2004 : La Station de neige Saint-Pacôme devient la Station plein-air Saint-Pacôme. (4 saisons).
  • 2005 : En avril, Saint-Pacôme subit la pire inondation de son histoire.
  • 2005 : Installation de la station d'hébertisme d'Arbre en Arbre à la Station plein-air. Fermée en 2012 pour réévaluation, elle est démolie à l'été 2013.
  • 2010 : Ouverture de la bibliothèque municipale Mathilde Massé.
  • 2013 : Fermeture pour rénovation de la Station plein-air Saint-Pacôme.


Administration[modifier | modifier le code]

Les élections municipales se font en bloc pour le maire et les six conseillers[5].

Saint-Pacôme
Maires depuis 2005
Élection Maire Qualité Résultat
2005 Gervais Lévesque Voir
2009 Voir
2013 Nathalie Lévesque Voir
2017 Robert Bérubé Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1991 1996 2001 2006 2011 2016
1 880 1 799 1 705 1 685 1 658 1 598

Art et culture[modifier | modifier le code]

En 2001, dans le cadre de son 150e anniversaire de fondation et afin de promouvoir ses charmes, la municipalité s'est autoproclamée « Capitale du roman policier ». Depuis cette année-là, Saint-Pacôme est l'hôte chaque année d'un festival littéraire du roman policier organisé par la Société du roman policier de Saint-Pacôme qui remet deux prix littéraires, le prix Saint-Pacôme du roman policier et le prix de la rivière Ouelle de la nouvelle policière[6]. D'autres prix se sont ajoutés au fil des ans.

Sport et loisirs[modifier | modifier le code]

Le Club de golf de Saint-Pacôme propose, en été, un circuit pittoresque qui attire des golfeurs de partout au Québec. Les fosses de la rivière Ouelle, en amont du village, attirent les amateurs de pêche au saumon. Durant l'hiver, la Station plein-air qui était le rendez-vous des skieurs et des planchistes, dut fermer ses portes à la suite de la saison 2013. Plusieurs facteurs en sont responsables dont la vétusté des équipements nécessitant un important réinvestissement, une réduction de l'achalandage en partie causée par les conditions climatiques défavorables dues à des précipitations tardives durant l'hiver, et la difficulté de conserver cette neige. De plus, le déficit budgétaire laissé par le projet d'Arbre en Arbre, a aussi contribué à la fermeture de la Station plein-air.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Recensement du Canada, 2016
  2. Gouvernement du Québec, « Répertoire des municipalités - Saint-Pacôme », sur Ministère des Affaires municipales, Régions et Occupation du territoire (consulté le 19 février 2011)
  3. Hormisdas Magnan, Dictionnaire historique et géographique des paroisses, missions et municipalités de la Province de Québec, Arthabaska, L'Imprimerie d'Arthabaska Inc.,
  4. « Fiche descriptive », sur www.toponymie.gouv.qc.ca (consulté le 13 septembre 2017)
  5. « Liste des municipalités divisées en districts électoraux », sur DGEQ (consulté en janvier 2018)
  6. Société du Roman policier de Saint-Pacôme, « Présentation de la société », sur Société du Roman policier de Saint-Pacôme (consulté le 11 juillet 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Rivière-Ouelle Saint-Philippe-de-Néri Rose des vents
N Mont-Carmel
O    Saint-Pacôme    E
S
Sainte-Anne-de-la-Pocatière Saint-Gabriel-Lalemant