Foudre (transport d'hydravions)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Foudre (homonymie).
Foudre
Image illustrative de l'article Foudre (transport d'hydravions)

Autres noms La Seine[réf. nécessaire]
Type transport d'hydravions
Histoire
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale française
Chantier naval Chantiers de la Gironde, Bordeaux
Quille posée (F.C. Gironde (Bordeaux))
Lancement
Armé (porte-torpilleurs)
Modifié 1907(bâtiment atelier)
Modifié 1910 (mouilleur de mines)
Modifié décembre 1911 (transport d'hydravions)
Modifié mai 1914 (installation à l'avant d'une plateforme pour le lancement des hydravions)
Statut Retiré du service
Équipage
Équipage 430 officiers, officiers mariniers, quartiers-maîtres et matelots
Caractéristiques techniques
Longueur 118,70 m
Maître-bau 15,60 m
Déplacement 6 089 tonnes (pleine charge)
Puissance machines à vapeur : 2 turbines à engrenages (t.e.), 24 chaudières, 2 lignes d'arbres (8,6 MW)
Vitesse 19,6 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage 11,7 cm
Armement 8 canons de 99 mm, 4 canons de 65 mm, 4 canons antiaérien de 47 mm
Aéronefs 4 hydravions
Carrière
Port d'attache Port militaire de Toulon

La Foudre est un transport d'hydravions français, le premier de l'histoire[1]. Son développement suit l'invention, en 1910, de l'hydravion avec le Canard Voisin français.

Croiseur porte-torpilleur[modifier | modifier le code]

La Foudre comme porte-torpilleurs.
La Foudre et ses torpilleurs-vedettes.

Admise en service en 1897 dans la marine française la Foudre a d'abord été un croiseur porte-torpilleurs, dont le rôle consistait à mettre en œuvre en haute mer des petits torpilleurs-vedettes (au nombre de huit), dont la taille réduite et l'autonomie insuffisante ne leur permettaient pas de se rendre par eux-mêmes sur les lieux de l'action.

Par la suite transformée en bâtiment atelier (en 1907) puis en mouilleur de mines (en 1910) c'est en 1911 que la Foudre sera aménagée pour des expérimentations d'aviation.

Porte-hydravions[modifier | modifier le code]

Bâtiment d'expérimentation pour l'aviation[modifier | modifier le code]

En avril 1910, le vice-amiral Boué de Lapeyrère, alors ministre de la Marine, institue un comité d'étude sur l'utilisation par la marine des ballons et des avions.

Le 29 novembre 1911, une base d'aéronautique de la marine est établie à Fréjus Saint-Raphaël, et le ravitailleur de torpilleurs Foudre est envoyé à l'arsenal de Toulon pour y être converti en ravitailleur d'hydravions. Le bâtiment est aménagé d'une manière totalement nouvelle. Une plate-forme est installée à l'avant pour permettre à un hydravion d'en décoller. L'hydravion devait ensuite se poser sur l'eau, puis être hissé à bord au moyen d'une grue.

Ravitailleur et base flottante d'hydravions[modifier | modifier le code]

En 1913 la Foudre devient un porte-hydravions (dépôt, transport, et mis en œuvre par l'intermédiaire d'une grue) avec un pont d'envol. D'abord installés dans des hangars sur le pont principal, les hydravions torpilleurs étaient ensuite mis à l'eau à l'aide d'une grue[2].

Expérimentations de décollage sur plateforme[modifier | modifier le code]

En novembre 1913, une plateforme de 10 mètres de long est montée dans le but de lancer des hydravions Caudron G.3. Un décollage est mené avec succès le 8 mai 1914, mais la plateforme est démontée au début de la Première Guerre mondiale.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Au cours de ce conflit, la Foudre a principalement servi comme bâtiment base pour hydravions et pour sous-marins. En 1916, elle est devenue bâtiment de commandement.

Galerie photographique[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le premier navire transformé en porte-hydravions est le croiseur auxiliaire Foudre en août 1912 » Marine nationale
  2. Description de la Foudre.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :