Classe Branlebas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un bateau ou un navire image illustrant la mer
Cet article est une ébauche concernant un bateau ou un navire et la mer.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Classe Branlebas
Image illustrative de l'article Classe Branlebas
Le Sape.
Caractéristiques techniques
Type contre-torpilleur
Longueur 57,9 m
Maître-bau 6,56 m
Tirant d'eau 2,37 m
Déplacement 344 tonnes
Propulsion 2 machines à vapeur (alternatives)
2 chaudières Normand ou Du Temple
Puissance 6.800 cv
Vitesse 27,5 nœuds maxi
Caractéristiques militaires
Blindage ceinture = 20 mm
Armement 1 canon de 65 mm (M.1902)
6 canons de 47 mm(M.1902)
2 tubes lance-torpilles de 450 mm
Rayon d’action 2.100 miles à nœuds
(80 tonnes de charbon)
Autres caractéristiques
Équipage 60-75
Histoire
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale française
Commanditaire Marine nationale française
Période de
construction
1907-1909
Période de service 1908-1931
Navires construits 10
Navires prévus 10
Navires perdus 2
Navires démolis 8
Précédent Classe Claymore Classe Spahi Suivant

La Classe Branlebas est la sixième classe de contre-torpilleurs construite pour la Marine nationale française entre 1907 et 1908. Elle est réalisée sur différents chantiers navals français : Rochefort, Le Havre, Saint-Nazaire, Nantes et Bordeaux (deux unités par chantier).
Ces dix navires sont utilisés durant la Première Guerre mondiale. Ils portent des noms communs liés aux activités, équipements ou traditions de l'infanterie : branle-bas, étendard, fanfare, fanion, gabion, glaive, oriflamme, poignard, sabretache et sape.

Conception[modifier | modifier le code]

C'est la première classe de destroyer qui bénéficie d'un blindage de coque de 20 mm pour protéger la salle des machines et les chaudières.

Pertes[modifier | modifier le code]

  • Le Branlebas fut coulé par une mine allemande le 30 septembre 1915 à Nieuport.
  • L'Étendard est torpillé et coulé par le torpilleur allemand A39 le 25 avril 1917 en mer du Nord, au large de Dunkerque.

Les unités de la classe[modifier | modifier le code]

Nom Chantier naval Quille Lancement Mis en service Fin de carrière
M42 Glaive Arsenal de Rochefort rayé le
M43 Poignard Arsenal de Rochefort rayé le
M47 Sabretache Établissement de la Brosse et Fouché Nantes rayé le
M48 Oriflamme Établissement de la Brosse et Fouché Nantes rayé le
M49 Étendard Société de Travaux Dyle et Bacalan Bordeaux coulé le
M50 Fanion Société de Travaux Dyle et Bacalan Bordeaux rayé le
M51 Sape Ateliers et Chantiers de la Loire Penhoët Saint-Nazaire rayé le
M52 Gabion Ateliers et Chantiers de la Loire Penhoët Saint-Nazaire rayé le
M53 Branlebas Augustin Normand Le Havre coulé le
M54 Fanfare Augustin Normand Le Havre rayé le

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Robert Gardiner, Roger Chesneau, Eugene Kolesnik : Conway's All the World's Fighting Ships (1860-1905) (ISBN 0 85177 133 5)
  • Roche, Jean-Michel (2005). "Classement par types". Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours 2, 1870 - 2006. Toulon: Roche (ISBN 978-2-9525917-0-6)

Sources[modifier | modifier le code]