Classe Brumaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Classe Brumaire
image illustrative de l’article Classe Brumaire
Un sous-marin de la classe Brumaire à Cherbourg
Caractéristiques techniques
Type Sous-marin
Longueur 52,15 m
Maître-bau 5,41 m
Tirant d'eau 3,10 m (en surface)
Déplacement 398 tonnes en surface
551 tonnes en plongée
Propulsion
  • 2 moteurs diesel à 4 temps MAN
  • 2 moteurs électriques
Puissance 840 ch (thermique)
660 ch (électrique)
Vitesse 13 nœuds en surface
8,80 nœuds en plongée
Caractéristiques militaires
Armement
  • étrave: 1 tube à torpilles de 450 mm
  • arrière: 6 tubes à torpilles de 450 mm
Autres caractéristiques
Équipage 25
Histoire
Constructeurs Chantiers de Cherbourg
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale|Marine nationale
Date début commande 1906
Période de
construction
1906 - 1913
Période de service 1912 - 1930
Navires construits 16
Navires perdus 3
Navires démolis 13

La classe Brumaire est une classe de seize sous-marins construits pour la marine nationale française peu avant la Première Guerre mondiale. Tous participent à la guerre, trois seront coulés.

Conception[modifier | modifier le code]

Les sous-marins sont conçus sur la base d'un design de Maxime Lauboeuf.

Unités[modifier | modifier le code]

  • Le Brumaire (Q60), lancé le 29 avril 1911, envoyé à la casse en 1930.
  • Le Frimaire (Q62), lancé le 26 août 1911, envoyé à la casse en 1923.
  • Le Nivôse (Q63), lancé le 6 janvier 1912, envoyé à la casse en 1921.
  • Le Foucault (Q70), lancé le 15 juin 1912. Il est coulé par un bombardement d'hydravions de la marine austro-hongroise au large de Kotor le 15 septembre 1916 devenant le premier sous-marin victime d'une attaque aérienne.
  • Le Euler (Q71), lancé le 12 octobre 1912, envoyé à la casse dans les années 1920.
  • Le Franklin (Q72), lancé le 22 mars 1913, envoyé à la casse en 1922.
  • Le Faraday (Q78), lancé le 27 juin 1911, envoyé à la casse en 1921.
  • Le Volta (Q79), lancé le 23 septembre 1911, envoyé à la casse en octobre 1922.
  • Le Newton (Q80), lancé le 20 mai 1912, envoyé à la casse en décembre 1925.
  • Le Montgolfier (Q81), lancé le 18 avril 1912, envoyé à la casse en 1921.
  • Le Bernouilli (Q83), lancé le 1 juin 1911. Le 4 avril 1916, il entre dans le port de Kotor et détruit la poupe du destroyer autro-hongrois Czepel. Le 28 juillet 1917, il percute accidentellement le U-Boot U-47 après un duel aux torpilles raté. Il est probablement victime d'une mine et coule au large de Kotor le 13 février 1918[1]. Il était commandé par le lieutenant de vaisseau Defforges[2].
  • Le Joule (Q84), lancé le 7 septembre 1911. Il est coulé par des mines durant la bataille des Dardanelles le 1er mai 1915, son commandant était le lieutenant de vaisseau Aubert du Petit-Thouars de Saint-Georges.
  • Le Coulomb (Q85), lancé le 13 juin 1912, envoyé à la casse en 1919, commandé par le lieutenant de vaisseau Magnier.
  • L' Arago (Q86), lancé le 29 juin 1912, envoyé à la casse en 1921.
  • Le Curie (Q87), lancé le 18 juillet 1912. Il est coulé le 20 décembre 1914 en essayant d'infiltrer la principale base navale autrichienne à Pula. Restauré, il reprend du service sous les couleurs austro-hongroises, avec l'indicatif U-14. Il est retourné à la France à la fin de la guerre, puis envoyé à la casse en 1923.
  • Le Verrier (Q88), lancé le 31 octobre 1912, envoyé à la casse en 1925.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Brumaire class submarine » (voir la liste des auteurs).
  • Auguste Thomazi, La guerre navale aux Dardanelles, Paris, Payot,
  • Michel Vergé-Franceschi (dir.), Dictionnaire d’Histoire maritime, Paris, éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 1508 p. (ISBN 2-221-08751-8 et 2-221-09744-0).
  • Jean Meyer et Martine Acerra, Histoire de la marine française, Rennes, éditions Ouest-France, , 427 p. (ISBN 2-7373-1129-2)
  • François Cochet et Rémy Porte, Dictionnaire de la Grande Guerre 1914-1918, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins »,
  • Alain Boulaire, La Marine française : De la Royale de Richelieu aux missions d'aujourd'hui, Quimper, éditions Palantines, , 383 p. (ISBN 978-2-35678-056-0)
  • Rémi Monaque, Une histoire de la marine de guerre française, Paris, éditions Perrin, , 526 p. (ISBN 978-2-262-03715-4)
  • Jean-Michel Roche, Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours, t. II : 1870-2006, Millau, (ISBN 2-9525917-1-7)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]