Ernest Renan (croiseur cuirassé)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un bateau ou un navire image illustrant le domaine militaire
Cet article est une ébauche concernant un bateau ou un navire et le domaine militaire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ernest Renan
Image illustrative de l'article Ernest Renan (croiseur cuirassé)
Le croiseur cuirassé Ernest Renan

Type croiseur cuirassé
Histoire
A servi dans Marine nationale (France)
Chantier naval Atelier du Penhoet-Saint-Nazaire
Quille posée
Lancement
Armé 2008
Statut retiré le
Équipage
Équipage 825 (officiers, officiers mariniers, quartiers maîtres et matelots)
Caractéristiques techniques
Longueur 159 mètres
Maître-bau 21,5 mètres
Tirant d'eau 8,30 mètres
Déplacement 13 730 tonnes
Propulsion 3 machines (42 chaudières Niclausse)
Puissance 37 600 cv
Vitesse 24 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement 4 × 194 mm (canon 40 - mod. 1893)
12 × 164 mm (canon 45 - mod. 1893)
6 × 75 mm (canon anti-aérien)
12 × 65 mm
2 tubes lance-torpilles (450 mm)
Rayon d'action 6 700 milles à 10 nœuds
Carrière
Port d'attache Drapeau de la France France

L’Ernest Renan est un croiseur cuirassé de la marine française qui a servi de type au développement de la classe Edgar Quinet.
Il porte le nom d'Ernest Renan (1823-1892), en l'honneur du philosophe et historien français.

Histoire[modifier | modifier le code]

Schéma du Ernest Renan

Le croiseur cuirassé Ernest Renan est de la lignée du Léon Gambetta (1901). Il a servi dans la 1re division légère de Méditerranée.

En 1919, avec le Décidée et le Bambara, il participe à la défense de la Syrie.

En 1921, il transporta de Batoumi à Constantinople la classe politique de la République démocratique de Géorgie qui fuyait l'invasion soviétique de la Géorgie, notamment Ekvtimé Takhaïchvili et le trésor national géorgien[1]'[2].

Il fut rayé du service en 1931.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien interne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Note et référence[modifier | modifier le code]

  1. Mirian Méloua, EKVTIME TAKAISHVILI, 16 mars 2011, Comité pour l’information sur l’Europe de l’Est, Paris-Sorbonne
  2. Lili Sakhltkhutsishvili, Le Trésor récupéré, Le Canard du Caucase n°2, décembre 2012.

Sources:

  • Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours, Tome II, 1870-2006, LV Jean-Michel Roche, Imp. Rezotel-Maury Millau, 2005.[1]
  • Conway's All The World's Fighting Ships 1860-1905 de Robert Gardiner, Roger Chesneau, Eugene Kolesnik (ISBN 0-85177-133-5)