La Femme de l'aviateur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Femme de l'aviateur
Description de cette image, également commentée ci-après

Parc des Buttes-Chaumont, site de tournage extérieur

Titre original La Femme de l'aviateur
Réalisation Éric Rohmer
Scénario Éric Rohmer
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films du Losange
Compagnie Éric Rohmer
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Durée 94↔107 min
Sortie 1981

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Femme de l'aviateur ou « On ne saurait penser à rien » est un film français réalisé en 1980 par Éric Rohmer et sorti en 1981. C'est le premier des six films de sa collection Comédies et Proverbes.

Synopsis[modifier | modifier le code]

François, employé de La Poste à Paris, termine son travail au petit matin et, avant de rentrer se coucher, veut déposer un petit mot chez Anne, l'élue de son cœur. Entre-temps, Christian, l'amant d'Anne, vient glisser une lettre sous la porte de celle-ci qui, éveillée, le fait entrer. Christian est le pilote d'aviation dont elle n'avait pas de nouvelles depuis trois mois et il désire mettre fin à leur liaison, car il va désormais vivre avec sa femme à Paris. Anne doit partir travailler et elle quitte son domicile en compagnie de Christian. C'est à ce moment-là que François les aperçoit dans la rue. Amoureux transi et jaloux, et connaissant un peu l'histoire d'Anne et de Christian, il va exaspérer celle-ci en voulant à tout prix savoir ce qui se passe. Anne, désorientée, lui demande de lui faire confiance et l'éconduit. C'est alors qu'en quittant Anne, François reconnaît, à la terrasse d'un café, l'aviateur en compagnie d'une femme. Il les suit en empruntant le même bus qu'eux jusqu'au Parc des Buttes-Chaumont où ils descendent. Tout en surveillant le couple qui déambule dans le parc, François noue la conversation avec Lucie, une jeune passagère qui était aussi dans le bus et qui, curieuse, était déjà intriguée par son étrange comportement. François finit par lui avouer pourquoi il suit le couple. Ils échafaudent ensemble divers scénarios jusqu'à ce que le couple entre dans l'immeuble d'un avocat. Ils se postent dans un café en face de l'immeuble, mais le couple tarde à en ressortir et Lucie doit partir. Elle demande à François de la tenir informée des suites de l'histoire, car, piquée au jeu, elle est aussi perplexe que lui : l'aviateur et celle qu'ils prennent pour sa femme, consultent-ils l'avocat pour leur divorce ou pour une autre raison ?

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Distinction[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Initialement, le film aurait dû être tourné au Bois de Boulogne. Rohmer explique le choix final des Buttes Chaumont par le relief du lieu : « Si j'ai finalement choisi les Buttes-Chaumont, c'est à cause de la dénivellation, pour avoir une mise en scène « en hauteur ». »[3]

Accueil[modifier | modifier le code]

« Seul le cinéma français a troussé des comédies sentimentales à deux sous avec une telle élégance. L’intrigue, car Rohmer est le roi des intrigues, n’est qu’un prétexte, tout entier contenu dans le titre, pur leurre et moteur d’un quiproquo. »

— Vincent Ostria, Les Inrocks[4]

« Pour Éric Rohmer, davantage sur les traces de Marcel Carné que par fidélité au cahier des charges de la Nouvelle Vague, Paris est un studio à ciel ouvert. Il y installe ses personnages comme sur un plateau de théâtre. L’artifice des dialogues et des situations vient en permanence contrebalancer l’aspect documentaire des décors naturels. »

— Jérémie Couston, Télérama[5]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • L'inspiration de Rohmer — Lors de la rétrospective de ses œuvres à la Cinémathèque française de mars à mai 2004, Éric Rohmer déclarait[6] : « L'inspiration vient surtout de ma jeunesse : on me demande souvent comment je peux faire des films sur les jeunes en étant vieux, c'est parce que je me souviens. Des épisodes me reviennent. On m'a dit que dans La Femme de l'aviateur je montrais des relations de couple moderne, pourtant j'ai écrit l'histoire en 1945 et le film a été tourné en 1980. D'autre part, les comédiens (plutôt les comédiennes) m'inspirent souvent. »

Acteurs[modifier | modifier le code]

  • Ce film sera le dernier de la jeune carrière de Philippe Marlaud : à seulement 22 ans, il meurt quelques mois après le tournage dans un banal mais tragique accident de camping, sa tente ayant accidentellement pris feu au milieu de la nuit.
  • Anne-Laure Meury a la particularité d'apparaître à la fois dans le premier et le dernier film des Comédies et proverbes. On la retrouve en effet dans L'Ami de mon amie (1987), qui clôture le cycle de Rohmer.
  • Fabrice Luchini avait à l'origine un second rôle dans le film mais n'y apparaît finalement qu'une seconde, sa scène ayant été coupée au montage. Il aura en revanche, quatre ans plus tard, un des rôles principaux dans Les Nuits de la pleine lune, qui reste un des grands succès de Rohmer en termes d'entrée[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hertay 1998, p. 140
  2. Durée annoncée par le CNC.
  3. Alain Hertay, Éric Rohmer: Comédies et proverbes, Liège, Cefal, coll. « Grand écran petit écran », (ISBN 2-87130-058-5, lire en ligne), p. 30
  4. Cf. site des Inrocks, consulté le 21 septembre 2013
  5. Cf. site de Télérama, consulté le 21 septembre 2013
  6. Extrait de son entretien avec Clémentine Gallot de Cinéchronique.
  7. Cf. site de CBO Box office

Liens externes[modifier | modifier le code]