Journée de la femme digitale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Journée de la femme digitale
Amanda Ouedraogo 02.jpg
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Événement périodiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Pays
Organisation
Fondateurs
Site web

La Journée de la Femme Digitale est un événement annuel dirigé par Delphine Remy-Boutang depuis 2013, en lien avec la Journée internationale des femmes, à Paris. Cet événement a pour objectif de fournir des cas pratiques, des conseils et des possibilités de réseautage pour les femmes actives dans le domaine du numérique[1].

Historique[modifier | modifier le code]

La Journée de la Femme Digitale rassemble des femmes actives dans le domaine du numérique. Cet événement annuel se déroule en France et en Afrique. Il a pour objectif d’encourager les femmes à entreprendre dans le monde du digital.

Édition 2013[modifier | modifier le code]

La première édition de la Journée de la Femme Digitale a eu lieu le au palais Brongniart, une demi-journée de conférence sous le thème « Osez, Innovez, Entreprenez ! »[2],[3],[4]. Cette première édition a accueilli plus de 380 personnes, 18 intervenants, entrepreneurs, dirigeants, ou cadres de grands groupes, venant d’Inde, des États-Unis ou de France y ont pris la parole, dans le cadre de la promotion des femmes dans le numérique.

C’est également à cette occasion que l’Observatoire Orange-Terrafemina a révélé les résultats de l’étude sur les femmes et le digital[5],[6],[7].

Édition 2014[modifier | modifier le code]

La deuxième édition de la Journée de la Femme Digitale s’est tenue le au palais Brongniart autour du thème « Change the Future », célébrant les initiatives de femmes créatrices d’entreprises ou dirigeantes qui font bouger les lignes au sein de leurs organisations pour réussir le virage numérique. 27 intervenants ont discuté du futur de l’éducation, du management, de l’innovation, de recherches de financements. L’entrepreneuriat, l’intrapreneuriat et l’importance de changer les mentalités ont été à l’affiche de cette journée[8].

Édition 2015[modifier | modifier le code]

La troisième édition a eu lieu le au Palais Brongniart autour du thème « Adoptez la digitale attitude ! » Cette 3ème édition a reçu le soutien d’Axelle Lemaire. Cette édition rythmée par une succession de tables rondes et de conférences avec 37 intervenants avait pour objectif de donner envie d’oser et de se réinventer. Son étude menée avec Capgemini Consulting sur le thème « Les Femmes, l’Audace et le Digital » permet de comprendre la transformation digitale et ses opportunités professionnelles à travers le regard des femmes connectées[9],[10].

Édition 2016[modifier | modifier le code]

La quatrième édition a eu lieu le aux Folies Bergère autour du thème « Meet the Future ». La French Tech et Capgemini Consulting ont mené pour cette édition l’étude : « Le digital, quelles nouvelles perspectives pour les femmes ? »[11]. 56% des personnes sondées ont considéré que pour réussir dans le numérique, la capacité à savoir réseauter et participer à des évènements est une compétence à part entière. De ce constat est né le JFD Connect (qui devient par la suite le JFD Club), inauguré en 2016 par Marlène Schiappa, Secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations en 2016 : il s'agit d'un réseau destiné aux femmes du numérique pour la promotion de l’entreprenariat, de l’intrapreneuriat et de l’innovation. Delphine Ernotte-Cunci, Présidente Directrice Générale de France Télévisions en est la marraine[12],[13],[14].

Édition 2017[modifier | modifier le code]

La JFD 2017 a réuni plus de 10 000 participants, 60 intervenants et près de 50 partenaires à la Cité de la Mode et du Design[15],[16]. Cette édition s’internationalise avec son étude en partenariat avec Roland Berger disponible en français, en anglais et en chinois : « Le digital, un levier pour l’égalité professionnelle entre femmes et hommes »[17] qui démontre que 60 % des femmes sont certaines que le digital les aidera à progresser professionnellement, et 74% des femmes et des hommes jugent que les technologies digitales facilitent la vie professionnelle des femmes. Parmi ses intervenants, le photographe Yann Arthus Bertrand, la PDG de France Télévisions Delphine Ernotte-Cunci, la députée Constance le Grip, le serial entrepreneur Alexandre Mars, la championne de boxe Sarah Ourahmoune, Stephane Pallez, PDG de la Française des Jeux, Stéphane Richard, PDG d’Orange ont pris part à l’initiative pour réfléchir et s’engager pour construire un monde meilleur[18],[19],[20],[21].

Édition 2018[modifier | modifier le code]

La 6e édition s’est déroulée à la Maison de la Radio à Paris le . Cette édition marrainée par Stephane Pallez, Présidente Directrice Générale de la Française des jeux, avait pour thème « For a Better World : Le Temps de l’Action ». Mounir Mahjoubi, ancien Secrétaire d’État au numérique et Marlène Schiappa, Secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes, étaient invités d’honneur[22].

L’étude en partenariat avec Capgemini Consulting et la French Tech permet en 5 étapes : Learn, Create, Finance, Drive, Lead, d’identifier des solutions concrètes aux freins et obstacles que peuvent rencontrer les femmes au cours de leur parcours professionnel.

Intelligence artificielle, éducation, diversité, entrepreneuriat, intrapreneuriat, innovation, autant de thèmes abordés par Nathalie Balla, co-présidente de la Redoute[23] Nathalie Debras, Directrice de la Communication de l’Oréal Luxe France,[24] Fabienne Dulac, Directrice Exécutive d’Orange France, Delphine Ernotte, PDG de France Télévisions, François Gay-Bellile, président de Coca-Cola France, Vincent Giret, directeur de Franceinfo, Laurence Lafont, directrice des Divisions Marketing et Opérations chez Microsoft France, Sébastien Missoffe, directeur général de Google France, Elisabeth Moreno, PDG de HP Afrique, etc.

Édition 2019[modifier | modifier le code]

Marrainée par Anne Rigail, directrice générale d’Air France, la 7e édition de la Journée de la Femme Digitale avait pour thème « Elles Changent le Monde », et s’est déroulée le à la Maison de la Radio (Paris, France)[25] et pour la première fois à l’international, le au Pullman Dakar Teranga (Dakar, Sénégal)[26].

2019 marque le début de l’internationalisation de la Journée de la Femme Digitale, qui s’étendra annuellement sur le continent africain (premier continent de l’entrepreneuriat féminin dans le monde)[27] où les nouvelles technologies sont en plein développement et représentent un enjeu socio-économique déterminant.

La Journée de la Femme Digitale a choisi le Sénégal pour lancer sa première édition en Afrique. Le pays multipliant les initiatives et les investissements dans le numérique et Dakar faisant partie du top 10 des villes les plus high-tech du continent[28].

Dalila Kerchouche et Clotilde Chevet à la JFD 2019 à Paris

JFD Europe[modifier | modifier le code]

Le , veille de la Journée de la Femme Digitale 2019, s’est tenu le cocktail de lancement de l’événement à l’hôtel de Matignon à l’initiative et en présence du premier ministre Édouard Philippe, de la secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les Hommes et de la Lutte contre les Discriminations Marlène Schiappa, et de Monsieur le Secrétaire d’État Chargé du Numérique, Cédric O[29].

Le s’est tenu la 7e édition de la Journée de la Femme Digitale à la Maison de la Radio en partenariat avec Franceinfo, suivie par plus de 560 000 auditeurs, participants et téléspectateurs. L’évènement a pour objectif d’inspirer grâce aux conférences, d’expérimenter grâce aux corners qui mettent en avant les dernières innovations technologiques, mais également de resauter entre personnalités de grands groupes aux startups.

Pauline Gibert de France Médias Monde à la Journée de la femme digitale 2019

Chaque année, la Journée de la Femme Digitale propose de prendre le temps de réflexion face à la sous-représentation des femmes dans le numérique et à la tête d’entreprises. Co-réalisé avec Capgemini Invent France, l’étude « Elles Changent le Monde », se concentre sur trois grands facteurs : la Confiance, la Formation, le Financement. Elle révèle des enseignements et des actions concrètes pour l’amélioration de la représentation des femmes dans les métiers du numérique et de l’entrepreneuriat[30].

En 2019, la JFD publie son « Manifeste pour un monde digital inclusif »[31], signé par une quinzaine de grands groupes qui se sont fixés des objectifs à respecter en faveur de la mixité et de la féminisation des métiers dans le numérique : Adobe France, Air France, Capgemini Invent France, Facebook France, FDJ, Google France, L'Oréal, La Poste, Lenovo, Microsoft France, Natixis, Oracle France, Orange France et Total[32].

La Journée de la Femme Digitale a constitué un comité de sages réunissant des personnalités de la société civile, de la politique ainsi que des chercheurs et académiciens, qui observent et analysent l'efficacité des actions menées pour un état des lieux en au cours de la 8e édition de La Journée de la Femme Digitale. Sa composition : Frédéric Bardeau, président de l'école Simplon, Susan Elizabeth Black, développeuse et chercheuse, Nathalie Collin, directrice générale adjointe chargée de la branche numérique et de la communication du groupe La Poste, Julie Davico-Pahin, cofondatrice d'Ombrea, Laurence Devillers, professeure en intelligence artificielle, Momar Nguer, président de la division marketing & services et membre du comité exécutif, groupe Total, Stéphane Pallez, PDG de la Française des jeux, Laure de La Raudière, députée, membre de la commission des Affaires économiques, Anne-Marie Rocco, grand reporter, Challenges, Delphine Remy-Boutang, CEO the Bureau et la Journée de la Femme Digitale, Marlène Schiappa, Secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations.

JFD Afrique[modifier | modifier le code]

La première édition de la Journée de la Femme Digitale en Afrique qui s’est tenue le au Pullman Dakar Teranga au Sénégal a accueilli plus de 650 participants et 50 intervenants leaders et entrepreneurs de renom du digital venant du Cameroun, d’Afrique du Sud, du Mali, du Nigeria, Tchad, Bénin, Togo ou de Côte d’Ivoire.

La Journée de la Femme Digitale a pour ambition de bâtir des ponts entre les femmes africaines et européennes qui imaginent et mettent en œuvre des solutions concrètes et participent activement à la croissance économique de leur continent[33].

La JFD Learning Expedition[modifier | modifier le code]

Profitant de sa présence au Sénégal, la JFD a organisé sa Learning Expedition en partenariat avec l’opérateur téléphonique Orange-Sonatel. Une journée consacrée à la découverte de l’écosystème à la pointe de l’entrepreneuriat et de l’innovation technologique sénégalais, ponctuée par la visite de plusieurs structures clés du secteur : la Sonatel Academy, Jokkolabs, le Lab Innovation et la Maison de la PME by Société Générale, l’accélérateur de startup Kinaya Lab, le Festic (association des femmes dans les TICs), le premier incubateur du Sénégal, le CTIC et le FODEM (fonds de développement et de solidarité municipal)[34].

Le JFD Club[modifier | modifier le code]

En 2016, est lancé le JFD Club, une initiative qui vise à réunir les femmes évoluant dans le domaine des nouvelles technologies. Le réseau compte près de 400 femmes digitales qui se réunissent chaque mois autour d’événements permettant de développer leur réseau  et parcours professionnels[35].

Marrainé par Delphine Ernotte-Cunci, PDG de France Télévisions, le JFD Club favorise l’influence des femmes au sein des organisations, crée des rencontres entre grands groupes et startups pour booster l’innovation et découvrir le potentiel économique et social des femmes dans le numérique[36].

Le prix Margaret[modifier | modifier le code]

Le prix Margaret, créé en 2016, rend hommage à Margaret Hamilton, informaticienne à la NASA ayant contribué aux premiers pas de l’Homme sur la Lune. Le prix récompense une femme digitale engagée pour un  monde meilleur[37].

Palmarès des lauréates
Edition Catégorie Prénom Nom Titre Entreprise
2016 Intrapreneure Magali Théveniault Directrice secteur travel & Hospitality Capgemini Consulting
Entrepreneure Véronique Morali Présidente du directoire Webedia
2017 Intrapreneure Roxanne Varza Directrice Fondatrice Station F, StartHer
Entrepreneure Josephine Goube CEO TechFugees
2018 Intrapreneure Siham Laux CEO, Fondatrice Ôfildesvoisins, Groupe La Poste
Entrepreneure Lucie Basch Co-Fondatrice et Directrice Too Good to Go
Coup de Coeur Céline Bardet Fondatrice We are not Weapons of War
2019 Margaret Europe Julie Davico-Pahin Co-Fondatrice & Co-CEO Ombrea
Margaret Afrique Arielle Kitio CEO Caysti
Margaret d'Honneur Rebecca Enonchong Fondatrice et CEO AppsTech
Margaret Coup de Coeur Diarata N'Diaye Fondatrice et CEO App-Elles

La Fondation Margaret[modifier | modifier le code]

La 6ème édition fut marquée par le lancement de la Fondation Margaret, qui a pour mission d’augmenter le nombre de femmes dans le numérique et de soutenir leurs projets. La fondation propose des bourses et des formations pour les femmes souhaitant s’orienter dans les métiers de l’innovation et les sensibilise à l’entrepreneuriat et aux nouvelles technologies dès le lycée[38].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Lancement du club JFD Connect Club pour les femmes du digital », sur Siècle Digital, (consulté le 20 mai 2016)
  2. Martine Fuxa, « Lancement de la première journée de la femme digitale », ecommerce mag,‎ (lire en ligne)
  3. Bruno, « La journée de la femme digitale, c'est le 8 mars », Consonaute,‎ (lire en ligne)
  4. Émilie Poyard, « Ne ratez pas la première journée de la femme digitale », Elle,‎ (lire en ligne)
  5. « Journée de la femme digitale : "Le Web est un outil d’égalité entre les sexes" », sur www.terrafemina.com (consulté le 21 juillet 2019)
  6. VALERIE TALMON, « Femmes créatrices : zoom sur la première Journée de la femme digitale », sur Les Echos Executives, (consulté le 21 juillet 2019)
  7. « Change the future avec la journée de la femme digitale », Businessofeminin,‎ (lire en ligne)
  8. Valérie Talmon, « Le 7 mars c'est la journée de la femme digitale », Les échos,‎ (lire en ligne).
  9. « Adoptons la Digital Attitude », Madame Figaro, no 21951,‎ , p. 9
  10. Valérie Talmon, « Journée de la femme digitale : donner de l'élan aux créatrices », sur Les Échos,
  11. « Le digital : quelles nouvelles perspectives pour les femmes ? », sur Capgemini France, (consulté le 21 juillet 2019)
  12. « Visionnaires et ultra-connectées, ces femmes ont conquis le monde digital », Madame Figaro,‎ (lire en ligne)
  13. « La Journée de la Femme Digitale devient un club », Les Echos Business,‎ (lire en ligne)
  14. « JFD CLUB - La journée de la femme digitale », sur http://lajourneedelafemmedigitale.fr/ (consulté le 3 janvier 2017)
  15. « Les Docks – Cité de la Mode et du Design, Seine ouverte sur la création », sur www.citemodedesign.fr (consulté le 3 janvier 2017)
  16. Armelle Levy, « La 5e Journée de la Femme Digitale va ouvrir ses portes ce jeudi », RTL.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 31 mars 2017).
  17. POSTE PAR Philippe Rioux, « Le digital, un levier pour l’égalité professionnelle entre femmes et hommes », sur Technomedia (consulté le 21 juillet 2019)
  18. Christine Siméone, « La place des femmes dans l'économie numérique : toute petite », France Inter,‎ (lire en ligne, consulté le 31 mars 2017)
  19. Mylène Bertaux, « Journée de la femme digitale : on y était ! », Madame Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 31 mars 2017)
  20. « Revivez Les Meilleurs Moments De La Journée De La Femme Digitale | Forbes France », Forbes France,‎ (lire en ligne, consulté le 31 mars 2017)
  21. « La Mixité Dans Le Digital : Les Choses Avancent Mais Il Reste Du Travail | Forbes France », Forbes France,‎ (lire en ligne, consulté le 31 mars 2017)
  22. « Femmes et digital : actions ! », sur La Tribune (consulté le 21 juillet 2019)
  23. J. Marniemi et M. G. Parkki, « Radiochemical assay of glutathione S-epoxide transferase and its enhancement by phenobarbital in rat liver in vivo », Biochemical Pharmacology, vol. 24, no 17,‎ , p. 1569–1572 (ISSN 0006-2952, PMID 9, DOI 10.1016/0006-2952(75)90080-5, lire en ligne, consulté le 21 juillet 2019)
  24. R. J. Lefkowitz, « Identification of adenylate cyclase-coupled beta-adrenergic receptors with radiolabeled beta-adrenergic antagonists », Biochemical Pharmacology, vol. 24, no 18,‎ , p. 1651–1658 (ISSN 0006-2952, PMID 11, DOI 10.1016/0006-2952(75)90001-5, lire en ligne, consulté le 21 juillet 2019)
  25. « Événement : La 7ème édition de « La Journée de la Femme Digitale », le 17 avril à la Maison de la Radio », sur Franceinfo, (consulté le 21 juillet 2019)
  26. « Technologies et genre : la Journée de la femme digitale s'invite au Sénégal », sur La Tribune (consulté le 21 juillet 2019)
  27. Marlène Panara, « Entrepreneuriat : les Africaines championnes du monde », sur Le Point, (consulté le 20 juillet 2019)
  28. « Tech-Innovation : les dix villes les plus high-tech en Afrique | adiac-congo.com : toute l'actualité du Bassin du Congo », sur www.adiac-congo.com (consulté le 21 juillet 2019).
  29. Grazia.fr, « Édouard Philippe invite les femmes de la Tech à afficher leur... - Grazia », sur www.grazia.fr, (consulté le 21 juillet 2019)
  30. « Dans l’entrepreneuriat au féminin, la question du financement est cruciale », sur Chut ! par Les Chuchoteuses, (consulté le 21 juillet 2019)
  31. « Un manifeste pour un monde digital inclusif pour la 7eme Journée de la Femme Digitale », sur CB News (consulté le 21 juillet 2019)
  32. « Plaidoyer pour un monde digital plus féminin », sur Challenges (consulté le 21 juillet 2019)
  33. « Ambiance Africa - 23/05/2019 - Africa Radio », sur www.africaradio.com (consulté le 21 juillet 2019)
  34. « #Dakar #Senegal : brèves de la semaine du 4 février », sur lepetitjournal.com (consulté le 21 juillet 2019)
  35. « JFD Club : le repaire des femmes du numérique », sur Capital.fr, (consulté le 21 juillet 2019)
  36. « Delphine Remy-Boutang : "On ne se construit jamais seule, ou l’importance du réseau" », sur La Tribune (consulté le 21 juillet 2019)
  37. « Journée de la femme digitale: comment le prix Margaret booste les start-uppeuses », sur Challenges (consulté le 21 juillet 2019)
  38. Anaelle Grondin, « Entreprendre au féminin : la formation, un enjeu capital », sur Les Echos Executives, (consulté le 21 juillet 2019).

Liens externes[modifier | modifier le code]