Roxanne Varza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Roxanne Varza
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nationalités
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions
Inspiring Fifty France (d) ()
Inspiring Fifty Europe (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Roxanne Varza, née le [1] à Palo Alto (Californie)[2],[3], est une dirigeante d’entreprise américaine. Elle est directrice et responsable de la mise en œuvre de Station F, l’incubateur géant créé par Xavier Niel sur le site de la halle Freyssinet[2],[3],[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Une jeunesse américaine[modifier | modifier le code]

Sa grand-mère, iranienne, avocate de formation, est poétesse[5]. Ses parents quittent l'Iran après la révolution de 1979[5],[6] et se réfugient aux États-Unis où son père a étudié à Stanford[5]. Ils sont naturalisés américains[3]. Son père est ingénieur informaticien[6] puis devient trader. Sa mère, professeure d'anglais pour les étrangers[3], possède des livres en français[5],[7]. Roxanne Varza étudie le français au lycée[2] et obtient une licence en littérature française à l’UCLA[6] en 2006, après une année d'échange à Bordeaux[8]. Parmi ses professeurs, elle compte Alain Mabanckou, écrivain franco-congolais qui reçoit en 2006 le prix Renaudot pour son ouvrage Mémoires de porc-épic, un livre qui l'a impressionnée[5]. Elle a aussi été touchée par la lecture de grands auteurs ou philosophes tels Molière, Baudelaire, Voltaire, Rousseau ou Rabelais[5]. Francophile, elle intègre en 2007 l’Agence française pour les investissements internationaux, rebaptisée aujourd’hui Business France[5],[7]. Elle y conseille des entreprises de la Silicon Valley qui souhaitent s'installer en France[4],[6].

Une carrière française[modifier | modifier le code]

Roxanne Varza décide alors de s'installer en France et de reprendre ses études. De 2009 à 2011 elle suit un double cursus Sciences Po Paris/London School of Economics[7] et décroche un Master en Affaires Internationales et un Master de Politique économique Internationale[7],[9],[10]. Davantage intéressée par les start-up que par le développement économique, elle choisit le capital-risque comme sujet de son master[7]. En parallèle de ses études, elle crée Techbaguette[1],[3],[5],[9], un blog en relation avec tout ce qui touche les start-up, l'innovation et les entrepreneurs, et destiné à promouvoir les start-up françaises auprès des investisseurs anglo-saxons[3]. Elle est alors repérée par TechCrunch, le site d'information américain spécialisé dans l'actualité des start-up créé par Michael Arrington, et devient la rédactrice en chef de la version française du site de à [3],[4],[7],[5],[9],[10]. Elle contribue aussi à d'autres titres tels The Telegraph, The Kernel, Betakit and Business Insider[4]. Elle continue ensuite de fréquenter le monde des nouvelles technologies, du e-commerce et de l'innovation, en travaillant pour des entreprises et des start-up à Paris et à Londres[3], puis intègre en l'incubateur parisien de Microsoft situé Rue du Sentier (Paris 02)[3],[11], où elle reste trois ans pour y développer entre autres les programmes Spark[12] et Bizspark[13] dans le cadre de Microsoft Ventures, un dispositif destiné à soutenir les entrepreneurs du numérique[4],[5],[10].

En , elle demande la nationalité française[14].

Une femme de réseau[modifier | modifier le code]

Roxanne Varza est également cofondatrice de Girls in Tech Paris[7],[9] et Girls in Tech London[7], les versions française et anglaise de l'association Girls In Tech[10],[15], une organisation qui œuvre pour accroitre la place des femmes dans le secteur des nouvelles technologies[3]. Girls In Tech organise des formations à l'initiation à l'écriture de code informatique[1], et des conférences ouvertes à un public mixte mais où seules les femmes sont autorisées à s'exprimer[5]. Girls In Tech est le promoteur du Pitch Night, un concours destiné aux entreprises les plus innovantes créées par des femmes[1],[5],[6],[16]. En 2014 c'est la Danoise Gulnaz Khusainova, créatrice de l'application EasySize qui est primée[17]. Roxanne Varza est également co-créatrice de Tech.eu[7],[18], un site d'information dédié à la technologie en Europe, et organise depuis 2011, des « FailCon », qui permettent à des créateurs d'entreprises de discuter de leurs échecs au cours de conférences[7],[19],[20].

Roxanne Varza est membre du Conseil national du numérique. En , le site d'information en ligne américain Business Insider classe Roxanne Varza parmi les 30 femmes de moins de 30 ans les plus influentes dans le secteur technologique[1]. Elle est aussi nommée dans des classements supplémentaires de Business Insider, Vanity Fair, Le Figaro, l'Evening Standard[4]. Elle est également membre de Epilepsy Advocate[4], une communauté qui regroupe des personnes atteintes d’épilepsie, des membres de leur famille ou du corps médical.

Xavier Niel, qu'elle a connu lors de son passage à TechCrunch, la sollicite pour exprimer ses idées sur le projet de la Halle Freyssinet et lui confie, à partir d'[6], la direction de l'incubateur station F qui accueille sur 34 000 m2 des start-up[3]. Elle constitue une équipe de sept collaborateurs qui lancent le processus de sélection des start-up début [10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e « Roxanne Varza : « Il faut savoir oser » », sur http://www.mariefrance.fr, (consulté le ).
  2. a b et c Sébastien Pierrot, « Roxanne Varza, La fée Start-Up », Management, no 239,‎ , p. 60
  3. a b c d e f g h i j et k « Roxanne Varza, la nouvelle papesse du high-tech et des start-up en France », sur http://www.lejdd.fr/, (consulté le ).
  4. a b c d e f et g (en) « Roxanne Varza », sur https://techcrunch.com/ (consulté le ).
  5. a b c d e f g h i j k et l « Qui est Roxanne Varza, la reine des start-ups françaises ? », sur Les Inrocks.com, (consulté le ).
  6. a b c d e et f « Roxanne Varza, jeune impératrice des start-up », sur www.http://madame.lefigaro.fr/, (consulté le ).
  7. a b c d e f g h i et j (en) « Roxanne Varza: Entrepreneur. Microsoft France startup lead. Adoptive Parisian. », sur http://www.techrepublic.com/, (consulté le ).
  8. Qui est Roxanne Varza, la reine des start-ups françaises ?, Les Inrocks, 5 mars 2016.
  9. a b c et d « Dossier : 5 Modèles de réussite au féminin - Roxanne Varza, Directrice associée de Microsoft Ventures », sur http://www.marieclaire.fr, (consulté le )
  10. a b c d et e « La jeune équipe derrière l'incubateur géant de la Halle Freyssinet », sur http://start.lesechos.fr/, (consulté le )
  11. « La France, ce pays qui crée des start-up à la chaîne ! », sur http://www.capital.fr, (consulté le )
  12. « Vidéo Roxanne Varza (Microsoft Spark) : « Les start-up en Europe davantage marquées par l’esprit d’entreprise » », sur http://www.itespresso.fr, (consulté le )
  13. « Roxanne Varza / Microsoft : « Spark se distingue par son modèle de mentoring » », sur http://laruche.wizbii.com, (consulté le )
  14. « Roxanne Varza / 10 ans après : sommes-nous à la veille d'un nouveau krach ? », 28 minutes,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. « "La France des Solutions" distingue 24 jeunes qui ont de l’avenir », sur http://www.letudiant.fr, (consulté le )
  16. « La Lady Pitch Night de Girls in Tech », sur http://www.digitalbusinessnews.com, (consulté le )
  17. « Interview Roxanne Varza – Lady Pitch Night : « Donner plus de visibilité aux femmes dans l’IT » », sur http://www.itespresso.fr, (consulté le )
  18. « Girls In Tech Paris : L'équipe », sur https://gitparis.com/ (consulté le )
  19. « Parler de ses échecs, c’est tendance ! », sur http://start.lesechos.fr, (consulté le )
  20. « Roxanne Varza, 30 ans, coach de start-up », sur http://madame.lefigaro.fr, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]