Delphine Remy-Boutang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Delphine Remy-Boutang
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
(51 ans)
Malestroit
Nationalité
Activité
Entrepreneuse
Autres informations
Organisation
La Journée de la Femme Digitale
A travaillé pour
Distinctions
Chevalier de la Légion d'honneur‎ ()
Inspiring Fifty France (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Née le à Malestroit, Delphine Remy-Boutang est la fondatrice et dirigeante de the bureau, un bureau spécialisé dans le conseil en stratégie digitale basé à Paris, et est co-fondatrice de l'événement annuel La Journée de la Femme Digitale (JFD), qui vise à promouvoir les femmes dans le numérique en Europe et Afrique.

Carrière[modifier | modifier le code]

Journée de la Femme digitale à Paris en 2019 03.jpg
Journée de la Femme digitale à Paris en 2019
Delphine Bourbon et Sophie Viger JFD19 Paris
Amanda Ouedraogo à la Journée de la Femme Digitale à Paris en 2019

Après un début de carrière chez IBM, Delphine Remy-Boutang quitte l'entreprise en 2012 pour fonder à Londres the Bureau[1], un cabinet de conseil en stratégie digitale. Elle ouvre en mars 2013 un autre bureau à Paris pour développer les activités de l'agence.

Elle intervient également par le biais de cette agence dans des conférences autour du thème de la transformation digitale des entreprises, des médias sociaux et de leur utilisation au sein des entreprises et autour de l’innovation, l’entrepreneuriat au féminin, ainsi que la place des femmes dans le numérique.

Delphine Remy-Boutang co-fonde en 2013 La Journée de la Femme Digitale[2], un événement dédié à l’entrepreneuriat et l’intrapreneuriat des femmes soutenu financièrement par quelques entreprises du CAC 40 comme Total, Orange ou L'Oréal. Elle précise que « nous ne sommes pas une association, mais un business rentable »[3].

Après une première édition rue de Valois, deux éditions au Palais Brongniart, l’édition 2016 aux Folies Bergère[4], l’édition 2017 à la Cité de la Mode et du Design, les éditions 2018 et 2019 à la Maison de la Radio, la Journée de la Femme Digitale a organisé en 2019 sa 1re édition internationale à Dakar au Sénégal, sous le thème « Elles Changent le Monde »[5].

En 2018, Delphine Remy-Boutang annonce durant la Journée de la femme digitale la création de la Fondation Margaret, qui a pour mission d’augmenter le nombre de femmes dans le numérique et de soutenir leurs projets, notamment en proposant des bourses, des formations et un accompagnement dans le développement commerciale en Europe et Afrique [6].

La JFD fonde également un club pour la promotion de l’innovation au féminin : le JFD Club, un club business de femmes du digital marrainé par Delphine Ernotte Cunci, PDG de France Télévisions, qui rassemble environ 400 membres en 2019[7].

En novembre 2019 à l’occasion de la Semaine Mondiale de l’Entrepreneuriat, Delphine Remy-Boutang fonde le bureau français du Global Entrepreneurship Network (GEN), qu’elle préside[8]. Chapitre national du GEN qui est une initiative internationale lancée en 2008, par la fondation Kauffman, pour construire un écosystème mondial d’entrepreneurs. Soutenu dès ses débuts par les plus grands leaders mondiaux de Richard Dell à Barack Obama[9], le GEN relie entrepreneurs, investisseurs, chercheurs et décideurs dans 170 pays pour simplifier la création et la croissance d’entreprises.

Engagements[modifier | modifier le code]

En septembre 2017, en réponse à une enquête publiée en août 2017 par le Magazine Capital qui met en avant 11 hommes en chemises blanches pour illustrer l'innovation par les starts ups en France, Delphine Remy-Boutang décide de réunir 13 startuppeuses en chemises blanches pour un article publié dans le magazine Challenges. Le mouvement des Chemises Blanches est lancé. Quelques mois plus tard, La Redoute s’associe également à ce mouvement : Nathalie Balla, PDG de La Redoute et Delphine Remy-Boutang créent une ligne de chemises blanches pour rendre visible l'engagement des femmes[10],[11].

Delphine Remy-Boutang s'engage au sein de Pour les Femmes dans les Médias[12] créée par Françoise Laborde, ex-Membre du CSA.

Elle est marraine aux côtés de la championne Olympique de Boxe Sarah Ourhamoune de la deuxième édition du programme d'accélération #LesSprinteuses, créé par Willa (ex Paris Pionnières) en collaboration avec l'incubateur spécialisé dans l'innovation sportive Le Tremplin, en partenariat avec La Mairie de Paris et du Groupe FDJ[13].

Delphine Remy-Boutang est également marraine du programme Elles Codent[14] de la Wild Code School, une école qui forme au métier de développeuse web. Ce programme, soutenu par la Mairie de Paris dans le cadre du dispositif Paris Code, a permis à 30 demandeuses d'emploi parisiennes de devenir développeuses web.

En janvier 2018, Delphine Remy-Boutang rejoint le Conseil du numérique de la région Ile de France présidé par Valérie Pécresse[15].

La même année, elle participe à la Journée internationale des droits des femmes au Ministère de l’Europe et des affaires étrangères[16].

Delphine Remy-Boutang est membre du Think Tank Marie Claire, Agir pour l’Egalité. Le comité scientifique se réunit cinq fois par an autour des thématiques de l'égalité, pour débattre, échanger et établir des recommandations[17].

Elle est intervenue au Women’s Forum[18], en juillet 2015 au TedX Paris Finir un rêve inachevé[19], au Women For Future organisé par La Tribune en 2017[20], ou encore à Viva Technology[21].

Elles Changent Le Monde[modifier | modifier le code]

En octobre 2021, Delphine publie “Elles Changent Le Monde”, le livre événement de la JFD où 60 femmes de la tech se dévoilent pour inspirer les nouvelles générations[22]. Le livre sensibilise le grand public et en particulier les jeunes filles aux opportunités qu’offrent le monde numérique, déconstruit les stéréotypes de genre et ouvre la voie de la réussite au plus grand nombre.

Co-édité par la JFD et Women Art by Art Kids Company, “Elles changent le monde” est une plongée dans les univers de femmes qui changent le monde dans leurs entreprises, dans leurs startups ou à travers leurs initiatives[23]. De page en page le lecteur part en Europe, passe par l’Afrique jusqu’en Australie à la rencontre de rôles modèles féminins de la tech. Une bouffée d’air intergénérationnelle, puisque le lecteur y retrouve les parcours d’exception de femmes engagées et de nouvelles étoiles montantes du numérique[24].

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 2013, elle fait partie des 20 Femmes influentes en France selon L’Express[réf. nécessaire].

En 2015, elle est élue Femme en Or Digitale[réf. nécessaire].

En 2016 elle est promue à l’Ordre national de la Légion d’honneur au grade de Chevalier[25].

En 2017, elle fait partie des 10 femmes à suivre en 2017 selon Start Her[26].

En 2017, elle fait partie des 20 femmes les plus influentes selon La Tribune[réf. nécessaire].

En 2017, elle fait partie des 99 talents des FW Talents, une initiative lancée par FrenchWeb[réf. nécessaire].

En 2018, elle fait partie des femmes qui disruptent le secteur du numérique en France, selon Forbes[27].

En 2018, elle fait partie de la promotion France 2018 d’Inspiring Fifty[28].

Depuis 2019, membre d’honneur du Réseau des Femmes Africaines Diplômées de l’ENA.

En 2020, elle est parmi les 100 personnalités françaises les plus influentes dans tech[29].

En 2020, elle est parmi les 20 personnalités incontournables de la tech en France, selon Les Pépites Tech[30].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Qui est Delphine Remy-Boutang, fondatrice de la Journée de la Femme Digitale? », sur Socialnetlink, le lien vers l'actu IT africaine et des startups, (consulté le )
  2. « Le numérique en manque de femmes », sur TV5MONDE, (consulté le )
  3. Maïlys Khider et Timothée de Rauglaudre, « Dans les réseaux « féministes » du CAC 40 », sur Le Monde diplomatique,
  4. « Le numérique : un tremplin professionnel pour les femmes? », sur TV5MONDE, (consulté le )
  5. « Technologies et genre : la Journée de la femme digitale s'invite au Sénégal », sur La Tribune (consulté le ).
  6. « Le prix Margaret veut booster les femmes du digital », sur Challenges (consulté le ).
  7. Audrey Chabal, « En Septembre, Les Femmes De La JFD Auront Leur Espace », sur Forbes France, (consulté le ).
  8. Cécile Blanchard, « Lancement du Global Entrepreneurship Network en France », Quotidien,‎ (lire en ligne)
  9. « Global Entrepreneurship Week : Portrait De La Coordinatrice Ronita Chhim », Quotidien,‎ (lire en ligne)
  10. « Le coup de gueule en photo des créatrices de start-up », sur Challenges (consulté le )
  11. « La photo sans femme qui fait réagir les startupeuses françaises », sur start.lesechos.fr (consulté le ).
  12. « Françoise Laborde : "Les femmes doivent davantage exister dans les médias" », sur Europe 1 (consulté le )
  13. « #LesSprinteuses | Paris Pionnières » (consulté le ).
  14. « Anna Stépanoff, fondatrice de la Wild Code School : « On peut se former au code à tout âge et même en étant enceinte » - Le Monde Informatique », sur LeMondeInformatique (consulté le )
  15. « Première séance de travail du Conseil du numérique d’Île-de-France », sur www.iledefrance.fr,
  16. Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères, « Journée internationale des droits des femmes au ministère de l'Europe et des Affaires étrangères (08.03.18) », sur France Diplomatie : : Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères (consulté le )
  17. « Think tank Marie Claire : Agir pour l'égalité », sur Marie Claire (consulté le ).
  18. « Women's Forum: Le Davos des femmes s'installe au Louvre », sur Challenges (consulté le )
  19. « Finir un rêve inachevé « TEDxVaugirardRoad » (consulté le )
  20. « Women For Future s'engage pour la mixité globale », sur La Tribune (consulté le )
  21. « 5 femmes inspirantes découvertes à VivaTech », sur marieclaire.fr, Féminin, (consulté le )
  22. François Sorel, « Delphine Remy-Boutang (The Bureau & JFD) : 60 femmes de la Tech se dévoilent dans un ouvrage pour inspirer les nouvelles générations », sur bfmtv.com, (consulté le )
  23. « Quand les femmes réussissent dans le numérique », sur Challenges, (consulté le )
  24. « Elles changent le monde : la JFD donne la parole à 60 femmes de la tech », sur L'ADN, (consulté le )
  25. « Culture : les décorés de la Légion d’honneur de Pâques 2016 | www.louvrepourtous.fr », sur www.louvrepourtous.fr (consulté le ).
  26. (en-US) StartHer, « Les 10 femmes à suivre en 2017 », sur StartHer, (consulté le ).
  27. https://start.lesechos.fr/startups/actu-startups/92-femmes-a-suivre-dans-la-tech-en-france-selon-forbes-13142.php
  28. « Inspiring Fifty France 2018 : 50 femmes pionnières qui transforment la technologie malgré les obstacles », sur Pressroom, (consulté le ).
  29. « Les 21 femmes les plus influentes de la Tech en France », sur Maddyness - Le Magazine sur l’actualité des Startups Françaises, (consulté le )
  30. (en) Adrien Chaltiel, « ÉCOSYSTÈME ENTREPRENEURIAL FRANÇAIS EN 2020 », sur Medium, (consulté le )