Juan Orlando Hernández

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Juan Orlando Hernández
Illustration.
Juan Orlando Hernández en 2018.
Fonctions
Président de la République du Honduras

(8 ans)
Élection 24 novembre 2013
Réélection 26 novembre 2017
Vice-président Ricardo Álvarez Arias
Prédécesseur Porfirio Lobo
Successeur Xiomara Castro
Président du Congrès national du Honduras

(4 ans)
Prédécesseur José Alfredo Saavedra
(intérim)
Roberto Micheletti
Successeur Mauricio Oliva
Biographie
Nom de naissance Juan Orlando Hernández Alvarado
Date de naissance (53 ans)
Lieu de naissance Gracias (Honduras)
Nationalité hondurienne
Parti politique Parti national du Honduras
Conjoint Ana García
Diplômé de Université nationale autonome du Honduras
Université d'État de New York à Albany
Religion Catholicisme

Juan Orlando Hernández
Présidents de la République du Honduras

Juan Orlando Hernández Alvarado, né le à Gracias (Honduras), est un homme d'affaires et homme d'État hondurien, président de la République de 2014 à 2022.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Il est avocat de formation. Solidement implanté dans le milieu des affaires, il possède une exploitation agricole, un hôtel, une radio et une chaîne de télévision[1].

Débuts en politique[modifier | modifier le code]

Il est élu pour la première fois député en 1997 et prend la présidence du Congrès national en 2010 après avoir soutenu le coup d’État contre Manuel Zelaya. Il obtient l'investiture du Parti national du Honduras pour l'élection présidentielle de 2013, à la suite d'un vote interne au cours duquel son rival l'accuse de fraudes. Il prend soin durant la campagne électorale de se démarquer du président sortant Porfirio Lobo, pourtant issu du même parti que lui mais au bilan économique peu flatteur[1].

Élection présidentielle de 2013[modifier | modifier le code]

Il est élu président de la République le . Sa principale adversaire, Xiomara Castro, ne reconnaît toutefois pas les résultats annoncés par le Tribunal suprême électoral et son époux, l'ancien président Manuel Zelaya, appelle à manifester[2].

Président de la République[modifier | modifier le code]

Exercice du pouvoir[modifier | modifier le code]

Conservatisme sociétal[modifier | modifier le code]

Sa présidence est marquée par une poussée de l'influence des organisations évangéliques conservatrices et de l'Opus Dei sur les décisions gouvernementales. La prière obligatoire en début de journée est instituée dans les écoles et dans certaines institutions comme la police et l'armée. Début 2021, l'interdiction totale de l'avortement et du mariage homosexuel est inscrite dans la Constitution, rendant très difficile une modification ultérieure de la législation[3].

Politique étrangère[modifier | modifier le code]

Il est proche des États-Unis pendant la présidence de Donald Trump. Ce dernier le reçoit à la Maison Blanche le 25 septembre 2019 pour la signature d'un accord migratoire[4].

Le magazine The Times of Israel définit Juan Orlando Hernández comme « l’un des alliés les plus fiables d’Israël » en Amérique latine. Le Honduras a déplacé à Jérusalem sa capitale en Israël (faisant suite à une décision analogue de Donald Trump), régulièrement soutenu Israël aux Nations unies et dans d’autres instances internationales et déclaré « organisations terroristes » le Hezbollah libanais et les groupes armés palestiniens[5].

Politique économique[modifier | modifier le code]

Sur le plan économique, il fait adopter des réformes néolibérales conduisant à des privatisations dans les secteurs de l’énergie, de l’eau, de la sécurité sociale et du secteur minier. À partir de 2013, des Zones d’emploi et de développement économique (ZEDE) sont installées sur le territoire hondurien. Également connues sous l’appellation de « Villes modèles », ces zones permettent à des entreprises privées, généralement étrangères, de gérer comme elles l'entendent la main-d’œuvre et les terres en disposant de leurs propres police et administration judiciaire[6].

Accusations d’autoritarisme et de corruption[modifier | modifier le code]

Ses opposants lui reprochent de se conduire de façon autoritaire pour avoir fait destituer quatre juges de la Cour suprême qui contestaient l'un de ses projets, et pour la création d'une police militaire chargée de lutter contre le trafic de drogues mais accusée de s'en prendre aussi aux militants des droits de l'homme et opposants politiques[7]. Formée par les États-Unis, elle fait en outre l'objet de scandales de corruption[8].

Il est contesté en 2015 par des dizaines de milliers de manifestants réclamant sa démission à la suite d'un scandale de corruption impliquant des dirigeants de son parti[9],[10]. Quelque 120 millions de dollars destinés à l’achat de médicaments ont été détournés des fonds de l’Institut hondurien de sécurité sociale (IHSS). À la suite d'un accord avec l'opposition pour mettre fin au mouvement de protestation, le gouvernement accepte la création de la Mission d’appui contre la corruption et l’impunité au Honduras (MACCIH), organisme placé sous l'autorité de l’OEA. Elle est cependant dissoute par les autorités en 2020[6].

Bilan[modifier | modifier le code]

Les douze années de pouvoir du Parti national (2010-2022) ont été marquées, d'après le quotidien Le Figaro, par une dégradation des conditions de vie de la population du fait d'une corruption généralisée au sein de l’État, de l'un des taux d'homicides les plus élevés de la planète et d'un taux de pauvreté dépassant 70 % ; une situation qui a provoqué une émigration massive vers les États-Unis[11].

Élection présidentielle de 2017[modifier | modifier le code]

À la suite d'une requête du Parti national, la Cour suprême supprime, le , les articles de la Constitution et du code pénal interdisant au président d'exercer un second mandat consécutif. Ces articles avaient été invoqués par le Parti national pour justifier la destitution du président Manuel Zelaya, accusé d'avoir envisagé de les supprimer[12]. Le , Juan Orlando Hernández remporte la primaire du Parti national pour la présidentielle de 2017. Il devient le premier président sortant de l'histoire du Honduras à briguer sa réélection[13].

Les résultats de l'élection présidentielle le donnent en tête du scrutin avec 43 % des voix, mais l'élection est notamment contestée par Salvador Nasralla (41,4 %), candidat d'une coalition de gauche, qui dénonce des fraudes et un parti pris du Tribunal suprême électoral en faveur du président sortant[14]. Devant les appels à manifester de l'opposition, Juan Orlando Hernández déclare l'état d'urgence. Une trentaine de manifestants sont tués et plus de 800 arrêtés[15]. D'après l'ONU et la Commission interaméricaine des droits de l'homme, « beaucoup d'entre eux ont été transférés dans des installations militaires, où ils ont été brutalement battus, insultés et parfois torturés »[16].

Il est investi le pour un second mandat[17].

Manifestations de 2019[modifier | modifier le code]

En , un projet de privatisations à la demande du FMI dans la santé et l'éducation conduit à d'importantes manifestations se caractérisant par des blocus[18]. Le mouvement se poursuit en août[19].

Le , au cours du procès, l'ancien maire de El Paraíso et ancien narcotrafiquant Amilcar Alexander Ardón, affirme en tant que témoin que le narcotrafiquant mexicain El Chapo a donné un million de dollars à Juan Antonio afin de financer la campagne électorale de Juan Orlando[20].

Plusieurs centaines de personnes manifestent le à Tegucigalpa, la capitale du Honduras, pour demander la démission de Juan Orlando Hernández[21]. Ils sont alors dispersés par la police[22]. Une contre-manifestation de soutien au président Hernández réunit plusieurs milliers de personnes[21].

Le , Juan Antonio Hernández Alvarado est déclaré coupable de trafic de drogue par un jury populaire d'un tribunal fédéral de New York[23]. Alors que Juan Orlando Hernández critique le verdict, considérant le dossier comme vide, l'opposition appelle à des manifestations pour obtenir sa démission[24]. Les manifestations et les concerts de casseroles durent à travers le mois d'octobre et le pays, et dégénèrent parfois en scènes de violence entre les manifestants et les policiers ou en pillages. Les manifestants exigent la démission de Juan Orlando Hernández et la tenue d'élections anticipées.

Accusations de liens avec le trafic de drogue[modifier | modifier le code]

Le procès de Juan Antonio Tony Hernández Alvarado, ancien député et frère du président du Honduras Juan Orlando Hernández, arrêté à l'aéroport de Miami en , commence aux États-Unis le . Celui-ci est accusé de trafic de drogue pour avoir exporté plusieurs tonnes de cocaïne vers les États-Unis, de possession d'armes, et d'être lié aux meurtres de deux narcotrafiquants rivaux en 2011 et 2013[25],[26] ; le scandale devient politique quand le président Juan Orlando Hernández et son prédécesseur Porfirio Lobo sont soupçonnés d'avoir utilisé l'argent de la drogue pour financer leurs campagnes électorales de 2009 et 2013[26].

La justice américaine accuse Juan Orlando Hernández, en janvier 2021, d’être lié au narcotrafic. Le président hondurien aurait accepté des pots-de-vin de narcotrafiquants, protégeant en échange leurs activités[27].

Le 7 février 2022, le secrétaire d'État des États-Unis Antony Blinken annonce qu'il figure sur une liste de dirigeants politiques corrompus depuis juillet 2021. Le 14 février, la justice américaine demande son extradition. Il se rend à la police hondurienne qui a émis un mandat d'arrêt à son encontre le 15 février, alors que sa maison est quadrillée par 600 policiers et des manifestants[28]. Un cousin de l'ancien président est arrêté le 19 février alors qu'il tentait de déplacer des valises contenant de fortes sommes d'argent en liquide[29].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-Michel Caroit (Saint-Domingue, correspondant régional), « Au Honduras, résultat contesté à la présidentielle », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  2. « Présidentielle au Honduras : le candidat de droite reconnu vainqueur », Libération, 28 novembre 2013
  3. (en-US) Suyapa Portillo, « In Honduras, the Right Is Permanently Locking in Its Abortion Ban », sur jacobinmag.com,
  4. François-Xavier Gomez, « Au Honduras, un ex-président aux portes du pénitencier », sur Libération,
  5. Lazar Berman, « Le président sortant du Honduras : les liens étroits continueront avec Israël », sur fr.timesofisrael.com,
  6. a et b « L’Age d’or et la fin de cycle ne sont plus ce qu’ils étaient », América Latina en Movimiento,‎ (lire en ligne)
  7. « Honduras : Juan Orlando Hernandez, un futur président à poigne », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  8. Alexander Main, « Passage en force au Honduras », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. « Au Honduras, simulacre de mesures anticorruption », sur www.medelu.org
  10. « Honduras: la population vent debout contre le président », RFI,‎ (lire en ligne)
  11. Patrick Bèle, « Xiomara Castro, première femme à la tête du Honduras », sur Le Figaro,
  12. « Au Honduras, le pays des coups d’État quotidiens », sur www.medelu.org,
  13. http://www.liberation.fr/planete/2017/12/05/presidentielle-au-honduras-30-des-bulletins-vont-etre-verifies_1614498
  14. Pauline Dumonteil, « Honduras: qui sont les deux candidats qui se disputent la présidence », Le Figaro,‎ (lire en ligne Accès libre, consulté le ).
  15. « Manifestation massive contre la réélection du président au Honduras », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le )
  16. « Des organismes réclament le respect des droits fondamentaux au Honduras », sur Radio-Canada.ca,
  17. « Honduras: investiture sous haute tension pour le président Hernandez - Amériques - RFI », sur RFI (consulté le )
  18. Le Point, magazine, « Au Honduras, la pire crise politique depuis le coup d'Etat de 2009 », sur Le Point (consulté le )
  19. Le Point, magazine, « Honduras: nouvelle journée de mobilisation des pro et anti-Hernandez », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le ).
  20. (es) « Testigo afirma que ‘El Chapo’ aportó a campaña presidencial hondureña », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le )
  21. a et b (es) Reuters, « Exigen en Honduras renuncia del presidente por vínculos con el narco », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le )
  22. « Honduras: la police disperse une manifestation contre le président », sur L'Obs (consulté le )
  23. (es) « Declaran culpable de narcotráfico a hermano de presidente hondureño », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le )
  24. « Le frère du président hondurien reconnu coupable de trafic de drogue à New York », sur Le Point (consulté le )
  25. (es) AFP, « Hermano del presidente de Honduras, a juicio en EU por narcotráfico », sur jornada.com.mx, La Jornada, (consulté le )
  26. a et b Angeline Montoya, « Le frère du président hondurien jugé pour trafic de drogue à New York », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le )
  27. « EEUU: Presidente Honduras dijo que ejército ayudaría a narco », sur AP NEWS,
  28. « L’ex-président du Honduras « JOH », réclamé par les Etats-Unis pour trafic de drogue, s’est livré à la police », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
  29. (es) « Detienen a familiar de expresidente hondureño Juan O. Hernández », sur www.telesurtv.net,

Liens externes[modifier | modifier le code]