André Burguière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

André Burguière, né en 1938 à Paris, est un historien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

André Burguière a été directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales. Spécialiste de l'histoire de la famille et de la population à l'époque moderne, il a contribué au développement de l'anthropologie historique dans le prolongement de l'histoire des mentalités dont Marc Bloch et Lucien Febvre, fondateurs de l'École des Annales, ont été les initiateurs.

Il a consacré également plusieurs de ses travaux à l'histoire comparée du phénomène national et à l'histoire des sciences sociales.

Ses contributions ont été essentielles pour faire bénéficier l'approche historique des bénéfices de la démarche anthropologique[réf. nécessaire]. Ses contributions par exemple en matière d'histoire du corps, d'histoire de la santé et d'histoire des relations familiales ont contribué largement à l'élaboration de « l'histoire des mentalités », rendue célèbre par les ouvrages plus connus de Marc Bloch, Philippe Ariès ou Fernand Braudel.

Il a été professeur invité à l'université du Michigan à Ann Arbor, à l'université de New York, à l'université de Californie à Berkeley, à l'université de Californie à Irvine, à l'université de Virginie à Charlottesville, à l'université Loránd Eötvös de Budapest, à la Maison franco-japonaise de Tokyo, à l'Academia Sinica de Taïpeh.

Il est membre du comité de direction de la revue Annales, dont il fut le secrétaire de 1969 à 1976 et des revues Communications, Ethnologie française.

Il collabore régulièrement au Nouvel Observateur depuis 1975.

En 1970, il a été producteur (avec Olivier Burgelin) de l'émission radiophonique hebdomadaire « Au carrefour des sciences de l'homme » sur France Culture.

En 1971, il a été producteur (avec Jean Marc Leuwen) de l'émission mensuelle de télévision, « Les Chemins de l'Histoire » sur Antenne 2.

En 2007, Il appelle à voter pour Ségolène Royal, dans un texte publié dans Le Nouvel Observateur, « contre une droite d’arrogance », pour « une gauche d’espérance »[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La gauche va-t-elle disparaître ?, Paris, Stock, 2017
  • Le mariage et l'amour en France de la Renaissance à la Révolution, Paris, Le Seuil, 2011
  • L'École des Annales : une histoire intellectuelle, Paris, Odile Jacob, 2006
  • La famille en Occident du XVIe au XVIIIe siècles, Bruxelles, avec François Lebrun, éd. Complexe, 2005
  • The Construction of Minorities ; Cases for Comparison across Time and around the World, (avec Grew Raymond), Ann Arbor, The University of Michigan Press, 2003
  • Une histoire anthropologique de l'Islam méditerranéen : mélanges offerts à Lucette Valensi, Paris, éd. Bouchène, 2002
  • Histoire de la France, A. Burguière, J. Revel (dir.) Paris, Seuil, 5 vol. 1989-1993, réédition en poche, coll. « Points Histoire », 5 vol., ([2001]
  • Paysages et paysans, Paris, Nathan, 1991
  • Marc Bloch aujourd'hui : histoire comparée et sciences sociales, (codir. avec Hartmut Atsma), Paris, Éditions de l'EHESS, 1990
  • Histoire de la famille, (A. Burguière, Ch.F. Klapisch, M. Segalen, F. Zonabend (dir.) Paris, Armand Colin, 1986
  • Dictionnaire des sciences historiques, Paris, PUF, 1986.
  • Regards sur la France : un peuple dans son histoire, Paris, La Documentation française, 1982
  • Le Tiers-monde et la gauche (codir. avec Jean Daniel), Paris, Le Seuil, 1979
  • Bretons de Plozévet, Paris, Flammarion, 1975

Bibliographie critique[modifier | modifier le code]

  • Le corps, la famille et l'État : hommage à André Burguière (sous la dir. de Myriam Cottias, Laura Downs, Christiane Klapisch-Zuber, avec Gérard Jorland), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010
  • Dictionnaire des sciences humaines (dir. Sylvie Mesure), Paris, PUF. 2006 (article : André Burguière par Alain Collomp)

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]