Béatrice de Provence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Béatrix.
Béatrice de Provence
Miniature représentant Béatrice de Provence.
Miniature représentant Béatrice de Provence.
Titre
Reine consort de Naples

(1 an 1 mois et 4 jours)
Successeur Marguerite de Bourgogne-Tonnerre
Reine de Sicile

(1 an 1 mois et 4 jours)
Prédécesseur Helena Angelina Doukaina
Successeur Marguerite de Bourgogne-Tonnerre
Comtesse de Provence

(22 ans 1 mois et 4 jours)
Prédécesseur Raimond Bérenger IV
Successeur Charles II
Biographie
Dynastie Maison de Barcelone
Date de naissance
Date de décès (à 36 ans)
Lieu de décès Nocera (Naples)
Père Raimond-Bérenger IV de Provence
Mère Béatrice de Savoie
Conjoint Charles Ier de Naples

Béatrice de Provence, née en 1231 et morte à Nocera le , est une comtesse de Provence et de Forcalquier, fille de Raimond-Bérenger IV, comte de Provence et de Forcalquier, et de Béatrice de Savoie. Par mariage, elle devient reine de Naples et de Sicile.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Béatrice naît en 1231[1]. Elle est la fille de Raimond-Bérenger IV, comte de Provence et de Forcalquier, et de Béatrice de Savoie, dont elle porte le prénom[1]. Elle est l'héritière du comté de Provence et celui de Forcalquier[1],[2].

Mariage de la Provence et de la France[modifier | modifier le code]

Miniature représentant Béatrice de Provence et Charles Ier d'Anjou.
Béatrice de Provence et Charles Ier d'Anjou.

Un projet de mariage est organisé avec Charles, frère du roi de France, Louis IX[3], qui a épousé Marguerite, sœur aînée de Béatrice[1]. En 1245, le mariage est préparé par sa mère, Béatrice, comtesse douairière de Provence, et le Conseil de régence. Ceux-ci font une demande d'autorisation au pape Innocent IV pour ce projet[3]. La réponse est positive, le roi de France avait déjà obtenu l'accord de son côté[3]. L'oncle de Béatrice, l'archevêque de Lyon Philippe de Savoie, est l'intermédiaire privilégié entre les différentes parties[3].

Toutefois, certains princes ne sont pas favorables à ce rapprochement entre la Provence et le royaume de France. Ainsi, le comte de Toulouse qui ne participe pas aux tractations menace d'envahir le comté, son voisin le roi d'Aragon, Jacques Ier approche avec son armée[3]. Charles intervient en pénétrant en Provence avec une troupe de chevaliers, obligeant le roi d'Aragon à se retirer[3].

La jeune fille est remise à Charles, avec le consentement du roi Louis IX. De fait, Charles devient comte de Provence[3]. Le mariage se déroule le à Aix[3],[2]. Après un court séjour en Provence, les jeunes époux rentre en France[3].

Ses deux autres sœurs, Éléonore (1223-1291), reine d'Angleterre depuis 1236, et Sancie (1228-1261), comtesse de Cornouailles[1], réclament une part d'héritage de la Provence[3].

Ce mariage est qualifié par l'historien Gérard Sivéry comme « l'un des chefs-d'œuvre de la grande stratégie matrimoniale médiévale »[3].

Comtesse de Provence[modifier | modifier le code]

Charles d'Anjou est adoubé en mai 1246[3]. Trois mois plus tard, il est fait par son frère comte d'Anjou et du Maine[2],[3].

Charles d'Anjour reprend la politique d'expansion en direction de la péninsule italienne entamée par le comte Raimond-Bérenger IV de Provence[2].

Les Provençaux se soulèvent contre ce prince étranger au printemps 1946[3]. En 1265, son pouvoir est définitivement assis sur la Provence[2].

Famille[modifier | modifier le code]

Statue représentant Béatrice de Savoie
Statue de Béatrice de Provence.
(Musée d'histoire de Marseille).

Béatrice épouse en 1246 Charles Ier (1226 † 1285), roi de Naples et de Sicile (1266-1285), comte d'Anjou et du Maine (1246-1285)[1],[3],[2], et ont :


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Emmanuel Davin, « Béatrice de Savoie, Comtesse de Provence, mère de quatre reines (1198-1267) », Bulletin de l'Association Guillaume Budé, vol. 1, no 2,‎ , p. 176-189 (lire en ligne).
  2. a, b, c, d, e et f Jean-Paul Boyer, « De force ou de gré. La Provence et ses rois de Sicile (milieu XIIIe siècle-milieu XIVe siècle) », dans Élisabeth Verry (sous la dir.), Les princes angevins du XIIIe au XVe siècle: Un destin européen, Rennes, Presses universitaires de Rennes, , 322 p. (lire en ligne), p. 23-59.
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o Gérard Sivéry, Marguerite de Provence : Une reine au temps des cathédrales, Fayard, coll. « Biographies Diverses », 302 p. (ISBN 978-2-21364-782-1, lire en ligne), p. 46-47.