Élisabeth la Coumane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Élisabeth la Coumane
AlzbetaKumanska kralovna.jpg

Représentation d'Élisabeth la Coumane sur son sceau.

Biographie
Naissance
Décès
Activité
ReineVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Árpád, clan Terter (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Kuthen (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfants
Élisabeth de Hongrie (en)
Catherine de Hongrie (en)
Marie de Hongrie
Anne de Hongrie
Ladislas IV de HongrieVoir et modifier les données sur Wikidata

Élisabeth la Coumane (en hongrois Kun Erzsébet, 1240 – entre 1290 et 1295) est une reine de Hongrie, épouse d'Étienne V de Hongrie et mère de Ladislas IV de Hongrie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est la fille d'un chef[1] couman non connu de la parenté (clan Terter (en)) de Kötöny (en) (Kuthen)[2], probablement Szejhán (Zeihan)[3]. En 1254 elle épousa Étienne V de Hongrie[2]. Lorsque celui-ci prit en 1262 le titre de roi « mineur » (en latin rex iunior), Élisabeth fit de même[4]. En 1270 Étienne V fut couronné roi, et elle reine[2].

Après la mort subite de son mari en 1272, elle obtint le pouvoir en tant que tutrice de Ladislas IV de Hongrie encore enfant, mais ne parvint pas à freiner ou à contrebalancer le pouvoir des oligarques de la noblesse. En 1273, Finta Aba (es) la captura et l'enferma au château de Turóc. En 1274, elle fut à nouveau capturée à Buda. Après sa libération, elle gouverna entre 1280 et 1284 les banats de Macsó et de Bosnie[2], et porta à partir de 1282 le titre de « princesse de toute la Slavonie » (en latin ducissa totius Sclavonie).

Elle était en litige constant avec son fils et avec différentes factions d'oligarques. Son conseiller personnel était Joachim Gutkeled (es)[2].

Après la mort de son fils Ladislas IV en 1290, elle ne joua plus de rôle politique. Elle fut enterrée auprès de son mari Étienne V dans l'abbaye dominicaine de l'île aux Lièvres.

Enfants[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(hu) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en hongrois intitulé « Kun Erzsébet magyar királyné » (voir la liste des auteurs).

  1. En hongrois fejedelem, et en latin imperator sur son sceau
  2. a, b, c, d et e (hu) Ágnes Kenyeres (dir.), Magyar életrajzi lexikon I. (A–K) [« Encyclopédie biographique hongroise »], Budapest, Akadémiai kiadó, (ISBN 9789630524971), « Erzsébet (Kun Erzsébet) »
  3. (hu) Gyula Kristó, Magyarország története, 895-1301 [« Histoire de la Hongrie, 895-1301 »], Budapest, Osiris, (ISBN 963-389-506-5), p. 308
  4. En 1264, elle confirma le don d'un domaine du comitat de Borsod avec le titre latin de « reine mineure » : en latin Elisabeth Dei gratia junior regina Hungariae.

Voir aussi[modifier | modifier le code]