Jean-Yves Lafesse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean-Yves Lafesse
Image dans Infobox.
Jean-Yves Lafesse en 2011.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
VannesVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Jean-Yves Charles LambertVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Période d'activité
Enfant
Autres informations
A travaillé pour

Jean-Yves Charles Lambert, dit Jean-Yves Lafesse, est un humoriste et acteur français né le à Pontivy (Morbihan) et mort le à Vannes (Morbihan)[1].

Il est connu pour ses canulars téléphoniques, ainsi que pour ses gags filmés en caméra cachée auprès des passants dans la rue.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Yves Lafesse naît à Pontivy[2]. Il est footballeur au Stade pontivyen jusqu'à ses 16 ans, jouant au poste de latéral droit (« arrière droit »)[3]. Après une adolescence agitée, il quitte sa Bretagne natale en 1974, et vit quatre ans d'aventures de Paris à Djibouti, en passant par l'Italie et l'Angleterre où il devient punk[4] en 1976.

Il choisira ultérieurement son nom de scène très spécifique en référence à la partie du corps qui lui a servi à inscrire l'unique but dans ses compétitions de football[3].

Formation[modifier | modifier le code]

Jean-Yves Lafesse à gauche et Philippe Gildas à droite dans un studio de la station de radio Europe 1 en .

Jean-Yves Lafesse passe son bac, suit des études de lettres et de cinéma de 1978 à 1981 à Censier et au CLCF.

En 1981, il fait ses débuts en tant qu'animateur sur des radios libres, Carbone 14 ou Kiss FM[5], puis sur Radio Nova, à partir de 1984, pour laquelle il réalise plus de deux mille impostures téléphoniques.

Carrière[modifier | modifier le code]

Jean-Yves Lafesse rejoint par la suite Europe 1 et Canal+, en 1985, France 2, TF1, France 3, M6, Paris Première, et la TSR dans l'émission Lafestival[6]. Sur FR3, dans sa pastille baptisée Radio carotte, il interviewe des passants une carotte à la main[7]. Par la suite, il est réputé pour utiliser son auriculaire comme micro, geste qu'il pratique pendant dix à douze ans, ainsi que pour son expression « Pourvu que ça dure ! » qui conclut les sujets immanquablement commencés par le non moins fameux « Ça ne peut plus durer ! », ce qui est « le symbole de l'absurde. On y est mais on est au spectacle, alors pourvu que le spectacle dure, même s'il y a des guerres ». Il apprend par la suite que Letizia Bonaparte employait l'expression « Pourvou qu'ça doure ! » avec l'accent corse, en évoquant les victoires de son fils Napoléon[8],[9].

Il publie deux livres : Les Grandes Impostures téléphoniques en 1992 et Petit Précis de l'imposture en 1994.

En 2000, il se réfugie dans un camion étrange baptisé « Uniqueaumonde.com », où les passants sont conviés à entrer pour en découvrir les merveilles et où trône sa majesté Internet, sans modem et surtout sans ordinateur. En réalité, Lafesse, sous le pseudo de Jo Quartz, les piège, dans 10 m2, sous l'œil de cinq caméras.

Jean-Yves Lafesse incarne le personnage du commissaire San-Antonio dans deux livres audio adaptés de Frédéric Dard (La Rate au court-bouillon et Votez Bérurier, 2012), publiés aux éditions Road Book[10].

Le , pour la première fois, il monte sur scène au palais des congrès de Pontivy devant sept cents personnes et livre la première répétition, Lafesse en répét, de son premier spectacle, qu'il commença à tourner en 2014-2015.

Il incarne Pierre Dac dans La Guerre des ondes, produit par Capa Drama et réalisé par Laurent Jaoui. Ce téléfilm est diffusé le sur France 3.

Jean-Yves Lafesse démarre la tournée de son premier spectacle, Détraqué, en . Le , il commence sa nouvelle farce Jean-Yves Lafesse c/ Germaine Ledoux : le combat, au théâtre des Deux Ânes à Paris, qu'il joue jusqu'à la fin de l'année.

Après une phase de silence, Jean-Yves Lafesse s'installe à Saint-Germain-en-Laye au début de l’année 2019. Il y organise quelques sketches ainsi qu'à Poissy[11].

Il prête sa voix à Adrien Dubouchon dans les nouveaux épisodes de Tom-Tom et Nana de 2019.

Il quitte Paris et s'installe en Bretagne à Vannes en 2019[12]. Il est recruté par la station de radio France Bleu Breizh Izel pour la saison 2019-2020[13], et y propose des contes humoristiques qu'il a écrits avec son frère[14].

Mort[modifier | modifier le code]

Jean-Yves Lafesse meurt le à Vannes de la maladie de Charcot diagnostiquée l’année précédente[12],[15],[16]. Ses obsèques ont lieu le au crématorium de Plescop[17].

Famille[modifier | modifier le code]

Jean-Yves Lafesse a eu deux filles, dont la comédienne Jeanne Lambert, et deux fils avec Marie-Ève Schoettl, fille du conseiller d'État Jean-Éric Schoettl, de qui il a divorcé.

Canulars téléphoniques[modifier | modifier le code]

  • Les Impostures, 1991
  • C'est pas possiiible !, 1993
  • L'Album des impostures : grandiose, 1995
  • L'Album des impostures : sublime, 1995
  • À fond Lafesse !, 2001
  • C'est pas possiiible, Lafesse droite - Volume 2, 2008
  • La Réouverture de Lafesse, 2009

Sketchs / DVD[modifier | modifier le code]

  • Pourvu que ça dure ! (1995)
  • Pourvu que ça dure ! / Ça recommence… (1998)
  • Plus loin dans Lafesse/Les yeux dans Lafesse (2000)
  • Lafesse à poil (2002)
  • Lafesse refait le trottoir (2004)
  • Lafesse dans la rue - Les Impostures / C'est pas possiiible (2004)
  • Lafesse Unique au monde.com (2004)
  • Lafesse dépasse les bornes (2006)
  • Lafesse gauche, Lafesse droite (2006)
  • Lafesse dans l'camion ! (2007)
  • Les Ledoux « enfin » (2007)
  • Lafesse aux trousses (2007)
  • Lafesse gauche, Lafesse droite - Volume 2 ()
  • La Réouverture de Lafesse ()
  • Et Dieu créa… Lafesse ()
  • Lafesse-Noz ()
  • Lafesse-La belle paire (2012)
  • Lafesse-Germaine Ledoux Miss France 1936 (2017)

Spectacles[modifier | modifier le code]

  • 2014 : Lafesse en répet
  • 2015 : Détraqué
  • 2015 : Jean-Yves Lafesse VS Germaine Ledoux : le combat
  • 2016 : Jean-Yves Lafesse pour de vrai !

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fichier des décès
  2. « L'humoriste Jean-Yves Lafesse est mort à l'âge de 64 ans, annonce sa famille », sur Franceinfo, (consulté le ).
  3. a et b Jacques Besnard, « Quand Jean-Yves Lafesse nous racontait… », sur sofoot.com, nouvelle publication le 23 juillet 2021 d’un entretien réalisé en novembre 2016 (consulté le ).
  4. « Lafesse comme vous ne l'avez jamais vu - Vidéo dailymotion », sur Dailymotion, (consulté le ).
  5. « Face à face avec Lafesse **** », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. « Les archives de la RTS », sur rts.ch (consulté le ).
  7. Docs Fun and Sports, « Lafesse - Radio carotte », sur YouTube, (consulté le ).
  8. « L'humoriste Jean-Yves Lafesse dévoile son DVD et le jeu "la boîte à gages" », sur France 3 Bretagne, .
  9. « Mort de l’humoriste Jean-Yves Lafesse à 64 ans », sur Libération, .
  10. Book d'oreille, « Jean-Yves LAFESSE (deux livres audio) » (consulté le ).
  11. Thomas Richardson, « Jean-Yves Lafesse adopte Saint-Germain-en-Laye et fait le pitre à Poissy », sur Actu.fr, 78actu, .
  12. a et b « L’humoriste Jean-Yves Lafesse est mort », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  13. Brulhatour, « France Bleu Breizh recrute Jean-Yves Lafesse », sur www.lalettre.pro, (consulté le ).
  14. « Jean-Yves Lafesse. Nouveau chroniqueur France Bleu Breizh Izel », sur Le Télégramme, (consulté le ).
  15. « Mort de l'humoriste Jean-Yves Lafesse à l'âge de 64 ans », sur BFMTV.com (consulté le ).
  16. « Jean-Yves Lafesse, l’humoriste breton est décédé », sur France 3 Bretagne, (consulté le ).
  17. Lionel Cabioch, « Décès de Jean-Yves Lafesse. Des Vannetais révèlent la face cachée de l’humoriste » Accès payant, sur Ouest-France (consulté le ) : « Un hommage lui sera rendu, le jeudi , à 15 h 30, au crématorium de Plescop. ».
  18. Jean-Laurent Truc, « Punk Mamy, Aux armes les doyens ! », sur Ligne claire, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Documentation[modifier | modifier le code]

  • Yves Lafesse (interviewé), Frédéric Bosser et Géant Vert, « Jean-Yves Lafesse : le rire par commodité », dBD, no 137,‎ , p. 62-66.
  • Géant Vert, « Punk Mamy : aux armes les doyens : les vieux sont le futur des jeunes », dBD, no 137,‎ , p. 85.

Liens externes[modifier | modifier le code]