Alexis Chabert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alexis Chabert
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Pseudonyme
KolonelchabertVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Alexis Chabert (né le à Paris) est un auteur français de bande dessinée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1962 à Paris, Alexis Chabert étudie quelques mois aux Beaux-Arts de Versailles avant de se consacrer à l'étude de la guitare au conservatoire[1]. Tout en continuant à pratiquer la musique, il travaille ensuite dans la publicité et l'illustration[2]. Au début des années 1990, il se met à travailler sur un projet de bande dessinée avec Éric Suchère[1]. La maison d'édition Delcourt, à qui il avait présenté ses planches, l'associe au scénariste prolifique Didier Convard pour la série d'aventures médiévales Rogon le Leu, dont Chabert dessine quatre albums publiés de 1996 et 2001[1]. Parallèlement à ce travail réaliste, il dessine Noémie, bande dessinée jeunesse écrite par Bertrand Escaich et publiée par Pointe Noire en 2001[1].

Après Rogon le Leu, Chabert s'essaye à l'heroic fantasy en dessinant les quatre volumes de La Prophétie des deux mondes, série écrite par Frédéric Lenoir publiée par Albin Michel de 2003 à 2008[1]. Tous deux réalisent également pour L'Écho des savanes une bande dessinée satirique sur George Bush Jr., recueillie par Glénat en 2008[3]. Toujours avec le même auteur, il publie des gags en une planche dans la revue "Le Monde des Religions". L'année suivante, Bamboo publie Taxi Molloy, sa première collaboration avec François Dimberton[4]. L'éditeur Bamboo publie également en 2011-2012 sa série Bourbon Street, écrite par Philippe Charlot ; cette évocation de La Nouvelle-Orléans permet à Chabert d'illustrer pour la musique[1].

Après un docu-fiction en bande dessinée sur la vie en Corée du Nord[5], Chabert dessine quatre bandes dessinées biographiques respectivement consacrées à Louis de Funès[6],[7], Serge Gainsbourg[8], Brigitte Bardot et Sacha Guitry[9],[10],[11]. Il revient à la fiction avec Inversion, récit écrit par Sylvie Gaillard et Frank Woodbrige et publié par Bamboo en 2018[12], puis Hector le boucher dont il a écrit le scénario et publié par Jungle en 2019[13].

En 2016, il commence à utiliser le pseudonyme « Kolonelchabert », auquel il pensait pour éviter l'homonymie avec un autre auteur[14].

Publications[modifier | modifier le code]

  1. Le Château-sortilège, 1996 (ISBN 2-84055-079-2).
  2. Frères de sang, 1997 (ISBN 2-84055-123-3).
  3. Le Chien rouge, 1998 (ISBN 2-84055-182-9).
  4. Den Bleiz, 2001 (ISBN 2-84055-444-5).
  1. L'Étoile d'Ishâ, 2003 (ISBN 2-226-13732-7).
  2. Le Pays sans retour, 2004 (ISBN 2-226-15264-4).
  3. Solâna, 2005 (ISBN 2-226-15821-9).
  4. La Nuit du serment, 2008 (ISBN 978-2-226-17147-4).
  1. Les Fantômes de Cornelius, 2011 (ISBN 978-2-8189-0595-1).
  2. Tournée d'adieux, 2012 (ISBN 978-2-8189-2146-3).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f (en) « Alexis Chabert », sur Comiclopedia, .
  2. « Alexis Chabert », sur editions-delcourt.fr.
  3. Manuel F. Picaud, « L'Élu », sur Auracan,
  4. Benjamin Roure, « Taxi Molloy », sur BoDoï, .
  5. Marie-Florence Gaultier, « « La faute, une vie en Corée du Nord » : un reportage sans concession », sur L'Express,
  6. Philippe Muri, « Louis de Funès devient un héros de BD », sur 24heures.ch,
  7. a et b Jean-Laurent Truc, « Interview : Louis de Funès, le talent d’un homme discret et angoissé », sur Ligne claire,
  8. a et b Jean-Laurent Truc, « Gainsbourg, une biographie riche en couleurs », sur Ligne claire,
  9. a et b Frédéric Bounous, « Sacha-Guitry, une vie en bande dessinée », sur Planète BD,
  10. a et b Benoît Richard, « Sacha-Guitry, une vie en bande dessinée », sur Benzine mag,
  11. Philippe Durant, « une vie en bande dessinée : Sacha Guitry », sur L'Internaute,
  12. Laurent Turpin, « « Inversion » par Kolonelchabert, Sylvie Gaillard et Frank Woodbridge », sur BoDoï, .
  13. a et b Jean-Laurent Truc, « Hector le boucher, bien grillé le steak », sur Ligne claire,
  14. Alexis Chabert, « Alexis Chabert », sur editions-jungle.fr.
  15. Jean-Laurent Truc, « Punk Mamy, Aux armes les doyens ! », sur Ligne claire,

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Géant Vert, « Punk Mamy : aux armes les doyens : les vieux sont le futur des jeunes », dBD, no 137,‎ , p. 85.
  • Michael Sztanke (interviewé) et Frédéric Bosser, « Michael Sztanke : la faute à qui ? », dBD, no 83,‎ , p. 26-31.
  • Éric Adam, « La Faute, une vie en Corée du Nord : sombres jours au pays du matin calme », dBD, no 83,‎ , p. 74.

Liens externes[modifier | modifier le code]