Michel Treguer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Michel Treguer
Xikeal1.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (78 ans)
Nationalité
Activités

Michel Treguer[1] (né en 1940) est un réalisateur de télévision, producteur de radio, journaliste et écrivain français.

Origine[modifier | modifier le code]

Deuxième enfant d'une famille de quatre, ses premières années pendant la Seconde Guerre mondiale, jusqu'au cours préparatoire compris, se déroulent dans le petit village de Coat-Méal, Nord-Finistère. En 1946, sa famille s'installe à Brest. Il rejoint l'école publique de Traon-Quizac, puis le lycée de Brest. En 1958, il entre en Mathématiques Spéciales au lycée Saint-Louis à Paris, puis l'École polytechnique en 1959. En 1961, il devient sous-lieutenant d'active pour son service militaire. Après six mois d'école militaire des Transmissions à Montargis, il est affecté en Algérie . Avant même la fin de ses études à Polytechnique, il a contacté la « RTF », mais il doit patienter pour la rejoindre en tant qu'ingénieur et suivre pendant deux ans les cours à l'École Nationale Supérieure des Télécommunications. En 1964, il entre au « Service de la Recherche de l'ORTF » dirigé par l'ingénieur musicien Pierre Schaeffer. En 1968, il sort de la fonction publique pour vivre en réalisateur indépendant.

Carrière audiovisuelle[modifier | modifier le code]

Son passé de polytechnicien lui vaut de se voir d'abord confier des émissions scientifiques. Il rencontre nombre de créateurs et d'artistes contemporains (Claude Lévi-Strauss, Jacques Lacan, Roman Jakobson, Henri Atlan, René Girard, Julien Gracq, Hans Hartung, Robert Rauschenberg, etc.). Ill diversifie ensuite ses activités de réalisateur dans de multiples secteurs de la télévision et de la radio : émissions musicales, enfantines, de fiction ; films, directs, etc. À 30 ans, il décide de surcroît de « rapprendre la langue de sa lignée », i.e. le breton, qui ne lui pas été enseignée. À partir de 1978, tout en poursuivant sa « carrière française » à Paris, il signe également des émissions en breton sur France 3 Ouest à Rennes, qu'il signe Mikeal Treger conformément à l'usage du Goueled Leon, le « Bas Léon » nord-finistérien.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Sit-coms[modifier | modifier le code]

  • Salut les homards (2 épisodes, TF1)
  • Sexe, violence et opérette avec Katrine Boorman et le grand orchestre du Splendid (10 épisodes, Réseaux câblés)

Théâtre[modifier | modifier le code]

Productions[modifier | modifier le code]

Réalisations[modifier | modifier le code]

Œuvre écrite[modifier | modifier le code]

(Livres en librairies)[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une traduction en français du recueil en langue bretonne de Roparz Hemon, Ur Breizhad oc'h adkavaout Breizh (Al Liamm, 1972). Ces articles publiés entre 1922 et 1935 s'attachaient à proposer des moyens de revitaliser la culture bretonne, mais ils prenaient aussi plus généralement la défense des « petites nationalités », annonçant en un sens la mondialisation à venir. La présentation du livre dans Ouest-France le 15 janvier 2006 ayant provoqué une réaction critique[2] de Françoise Morvan le 20 février suivant, Michel Treguer lui avait répondu dans un article publié en mars 2006 sur le blog de la rédaction sous le titre Silences bretons et repris le 1er avril par l'Agence Bretagne Presse[3], rappelant notamment en ces termes pourquoi il avait opéré cette traduction : « Plusieurs commentateurs présentaient depuis des décennies les articles de jeunesse de Roparz Hemon comme annonciateurs des compromissions de l’Occupation, sans jamais en proposer la lecture intégrale ; des articles qu’aucune université du pays n’avait jugé bon d’éditer en français. Mon entreprise n’était pas fondamentalement militante. Je voulais simplement que les non-bretonnants puissent découvrir d’où était parti le jeune professeur de lycée brestois, certes nationaliste mais admirateur de Tagore, de Gandhi et de toutes les cultures opprimées, avant qu’une tragique histoire n’en fasse, dans l’imaginaire politiquement correct de la Libération, un affreux Breiz Atao. » 

  • Espèce d'Homme ! (Éditions du Temps, 2007)
  • Gwir (Éditions Yoran Embanner, 2008)
  • Avec le temps (editions-dialogues.fr, 2010)
  • le-septieme-jour.net (editions-dialogues.fr, 2011)

(Livres sur internet, au format numérique et en volumes imprimés) [modifier | modifier le code]

  • NOTE de Michel Treguer sur l'autoédition numérique
  • Préavis (Comédie / Roman dialogué)
  • Cohensidansepochtli (Roman)
  • Rature (Roman)
  • Sexuelles (Roman)
  • Aveuglément (Récits)
  • Quoi d'Autre ? (Essai)
  • Tolente (Roman)
  • Qu'est-ce que tu racontes ? (Roman)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]