Jean-Jacques Grunenwald

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grunenwald.
Jean-Jacques Grunenwald
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Lieux de travail
Formation
Activités
Autres informations
Mouvement
Instruments
Orgue, orgue (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction
Père-Lachaise - Division 71 - Grunenwald 01.jpg

Vue de la sépulture.

Jean-Jacques Grunenwald (Grünenwald), né à Cran-Gevrier, près d’Annecy (Haute-Savoie) le , et mort à Paris le , est un organiste, improvisateur, compositeur, professeur et architecte français.

Biographie[modifier | modifier le code]

De 1973 à sa mort, il fut organiste titulaire de l'église Saint-Sulpice, succédant à son maître Marcel Dupré.

Il est inhumé dans la chapelle des familles Appel Fourgeaud Virenque Grunenwald au cimetière du Père-Lachaise (division 71)[1].

Compositions[modifier | modifier le code]

Célèbres orgues Cavaillé-Coll à l'Église Saint-Sulpice de Paris (1863).

Orgue seul[modifier | modifier le code]

  • Première Suite (1937)
  • Deuxième Suite (1938)
  • Berceuse (1939)
  • Quatre Élévations (1939)
  • Hymne aux Mémoires héroïques (1939)
  • Hymne à la Splendeur des Clartés (1940)
  • Variations brèves sur un noël du XVIe siècle Je me suis levé (1949)
  • Cinq Pièces pour l'Office Divin (1952)
  • Fugue sur les jeux d'anches (1954)
  • Diptyque liturgique (1956)
  • Hommage à Josquin des Prés (1956)
  • Introduction et Aria (1956)
  • Messe du Très Saint Sacrement (1960)
  • Adoratio (1964)
  • Sonate (1964)
  • Pièce en Mosaïque (Contrastes) (1966)
  • Pastorale mystique (1968)
  • Oppositions (1976)
  • Postlude alléluiatique (1977)

Piano seul[modifier | modifier le code]

  • Prélude (1936)
  • La mélodie intérieure (1944)
  • Fantasmagorie (Scherzo) (1946)
  • Cahier pour Gérard: cinq pièces (1948)
  • Capriccio pour piano… (1958)
  • Partita (1971)

Piano et orchestre[modifier | modifier le code]

  • Concerto (1940)
  • Concert d'été pour piano et orchestre à cordes (1944)

Orchestre[modifier | modifier le code]

  • Fêtes de la lumière (1937)
  • Ouverture pour un drame sacré (1954)

Œuvres diverses[modifier | modifier le code]

  • Suite de danses pour clavecin ou piano (1948)
  • Fantaisie-arabesque pour clavecin (ou piano), hautbois, clarinette en la et basson (1950)
  • Sardanapale, drame lyrique en trois actes (1950)
  • Variations sur un thème de Machaut pour clavecin (1957)
  • Henry Barraud (1900-1997) : Te Deum pour orchestre, arrangé pour chœurs et orgue par Jean-Jacques Grunenwald (1957)
  • Psaume CXXIX (De profundis) pour chœur mixte et orchestre (1961)
  • Tu es Petrus pour chœur et deux orgues (1965)
  • Fantaisie en dialogue pour orgue et orchestre (1965)
  • Sonate de concert pour trompette et orchestre à cordes ou trompette et orgue (1967)

Musiques de film[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • "Jean-Jacques Grünenwald: organiste, compositeur, architecte." L'Orgue: Cahiers et mémoires No. 36 (1986). Paris: Association des Amis de l'Orgue, 1986.
  • Darasse, Xavier: "Jean-Jacques Grünenwald", dans Guide de la musique d’orgue, éd. Gilles Cantagrel. Paris: Fayard, 1991: 417-419.
  • Machabey, A.: Portraits de trente musiciens français. Paris, 1949: 93–96.
  • Serret, Gérard (éd.). Jean-Jacques Grünenwald. Paris: G. Serret, 1984.
  • Étienne, Jean-Luc : Jean-Jacques Grünenwald in Bulletin de l'Association Maurice & Marie-Madeleine Duruflé no 6, juin 2006, Paris.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paul Bauer, Deux siècles d'histoire au Père Lachaise, Mémoire et Documents, (ISBN 978-2914611480), p. 394

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :