Adrien Théaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Adrien Théaux
Image illustrative de l’article Adrien Théaux
Adrien Théaux à Hinterstoder en 2011.
Contexte général
Sport Ski alpin
Biographie
Nationalité sportive Drapeau de la France France
Naissance (34 ans)
Lieu de naissance Tarbes
Taille 1,82 m
Poids de forme 82 kg
Club CO Val Thorens
Palmarès
Compétition Or Arg. Bro.
Championnats du monde 0 0 1
Coupe du monde (épreuves) 3 4 6

Adrien Théaux, né le à Tarbes, dans les Hautes-Pyrénées, est un skieur alpin français spécialiste des épreuves de vitesse. Théaux fait ses débuts en Coupe du monde en 2004 et il remporte sa première épreuve en 2011 dans la descente de Lenzerheide. Il remporte la médaille de bronze de super G aux championnats du monde de ski alpin en 2015 à Beaver Creek.

Biographie[modifier | modifier le code]

Premières années[modifier | modifier le code]

Né à Tarbes dans les Hautes-Pyrénées le 18 septembre 1984, Adrien Théaux passe son enfance dans la station de La Mongie[1]. Ses parents tiennent un commerce au sommet du col du Tourmalet. Il commence très tôt le ski dans le sillage et de son père, moniteur de ski et entraîneur à La Mongie[2]. Il fréquente l'école primaire du village de Lesponne puis le collège Blanche-Odin de Bagnères-de-Bigorre[3]. Âgé de 13 ans, Adrien Théaux quitte les Pyrénées en compagnie de sa famille pour s'installer à Val Thorens et intégrer un ski-étude[1]. Il rejoint ainsi son frère aîné Timothée, qui a intégré la formation un an auparavant[2].

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

Débuts prometteurs[modifier | modifier le code]

Parallèlement à ses études, Adrien Théaux obtient ses premiers résultats notoires en ski alpin : 13e du super-G des Championnats du monde juniors à Serre Chevalier en 2003[4], il devient triple champion de France juniors en 2004 en remportant la descente, le super-G et le combiné, puis se classe 2e du slalom et du slalom géant la même année[5]. Toujours en 2004, il participe à ses deuxièmes championnats du monde juniors, à Maribor, où il prend la 6e place en combiné, la 10e en slalom géant et la 11e en descente puis en slalom[4]. En dépit de sa polyvalence, Adrien Théaux se concentre principalement sur les épreuves de vitesse.

Des premiers points en Coupe du monde aux Jeux de Vancouver[modifier | modifier le code]

Il participe à sa première épreuve en Coupe du monde le 28 février 2004 à Kranjska Gora, en Slovénie, où il est aligné sur le slalom géant. Il ne parvient pas à se qualifier pour la deuxième manche. Il intègre de manière régulière l'équipe de France la saison suivante. Le 27 novembre 2004 à Lake Louise, au Canada, où il termine 54e de la descente[4]. Le 11 décembre 2005, Adrien Théaux inscrit ses premiers points en Coupe du monde en se classant 19e du super combiné de Val-d'Isère. Sélectionné pour les Championnats du monde 2007 à Åre en Suède, il prend la 26e place du super-G puis la 23e du super combiné. Il se révèle au grand public le 24 novembre 2007 en se classant pour la première fois dans les dix premiers d'une épreuve de Coupe du monde, avec une 8e place dans la descente de Lake Louise[6]. Avec une 15e place dans la dernière descente de la saison à Kvitfjell, en Norvège, Adrien Théaux se classe 27e au classement général de la discipline. Il manque alors sa qualification pour les finales de la Coupe du monde, disputées à Bormio, seuls les 25 premiers du classement étant sélectionnés[7].

La saison suivante, il se montre plus régulier dans ses résultats en descente et poursuit sa progression : 20e à Lake Louise, 18e à Beaver Creek, 14e à Bormio puis 11e à Wengen[4], Adrien Théaux obtient le meilleur résultat de sa carrière en prenant la 5e place de la descente des Mondiaux de Val-d'Isère, le 7 février 2009[8]. Deux jours plus tard, dans l'épreuve du super combiné, il signe le 3e temps de la descente, mais il est contrait d'abandonner après avoir manqué une porte sur le haut du tracé de la manche de slalom[9]. Grâce à deux nouvelles places dans les dix premiers, à Kvitfjell (9e) puis à Åre (6e), Adrien Théaux se classe au 18e rang du classement général de la Coupe du monde de descente[10]. En mars 2009, il remporte un deuxième titre de champion de France de super-G sur la piste de Lélex-Crozet[11], quelques jours après s'être classé 2e de la descente derrière Yannick Bertrand[12].

Adrien Théaux débute la saison 2009-2010 par une 13e place en descente à Lake Louise, avant de se classer 6e en super-G, toujours dans la station canadienne, égalant ainsi son meilleur résultat en Coupe du monde[13]. Par la suite, ses résultats sont plus mitigés : Adrien Théaux ne retrouve le top 10 qu'à l'occasion du super-G de Kitzbühel, dernière course avant les Jeux[14]. Sélectionné pour les Jeux olympiques d'hiver de 2010 à Vancouver, il est engagé sur trois épreuves : la descente, dont il se classe 16e, le super-G, duquel il prend la 13e place, puis le combiné, où il obtient son meilleur résultat en finissant 12e. Il est d'ailleurs le meilleur Français dans ces deux dernières épreuves[15]. En mars 2010, il réalise le doublé lors des championnats de France en gagnant la descente puis le super-G[4]. Adrien Théaux participe ensuite aux premiers Jeux mondiaux militaires d'hiver, organisés en Vallée d'Aoste. Sur la piste de Pila, il s'adjuge la médaille d'or en slalom géant, devant les Italiens Manfred Moelgg et Massimiliano Blardone[16].

Premiers podiums, premiers succès[modifier | modifier le code]

Adrien Théaux se classe 3e sur la Streif, à Kitzbühel, en 2011.

Adrien Théaux obtient son premier podium en Coupe du monde le 4 décembre 2010, en terminant à la 2e place du super-G de Beaver Creek, dans le Colorado. Devancé de seulement onze centièmes par l'Autrichien Georg Streitberger[17], Théaux se montre satisfait de sa performance : « C'est vraiment beaucoup d'émotion, je suis très content et très fier de moi[18]. » 7e en descente à Bormio puis 13e à Wengen[4], il confirme son nouveau statut en prenant la 3e place de la descente de Kitzbühel, remportée par le Suisse Didier Cuche sur la piste mythique de la Streif[19]. Sa performance est d'autant plus remarquée que le Français s'est élancé avec le dossard no 28[20]. Il se présente alors avec ambition aux Championnats du monde 2011, disputés à Garmisch-Partenkirchen, mais ses résultats sont décevants puisqu'il chute dès le début de la descente après avoir perdu un ski, puis termine seulement 10e du super-G[21]. Adrien Théaux termine cependant la saison en beauté en obtenant la première victoire de sa carrière lors de la descente finale de Lenzerheide, en Suisse, ne devançant que d'un centième le concurrent autrichien Joachim Puchner[22],[23]. C'est la première victoire d'un skieur français dans une descente de Coupe du monde depuis le succès de Pierre-Emmanuel Dalcin à Val-d'Isère en 2007[24]. Adrien Théaux doit notamment sa victoire aux conditions météorologiques clémentes lors de son passage, tandis qu'elles se sont ensuite dégradées, rendant la visibilité trop faible pour une partie des concurrents[25]. Avec ce succès, il boucle ainsi la meilleure saison de sa carrière en prenant la 12e place du classement général de la Coupe du monde. Ses bons résultats en descente lui valent notamment de se classer au 6e rang du classement de la spécialité[10]. Le 24 mars 2011, à Tignes, Adrien Théaux conserve son titre de champion de France du super-G[26].

Le Français David Poisson gagne le bronze en descente aux Mondiaux de Schladming. Adrien Théaux est 10e.

Il entame la saison 2011-2012 en s'alignant au départ du slalom géant de Sölden en Autriche, mais ne parvient pas à se qualifier pour la seconde manche de la course. Il échoue également dans la même épreuve quelques semaines plus tard lors des deux géants disputés à Beaver Creek[4]. Entre-temps, il obtient cependant le quatrième podium de sa carrière en prenant la 3e place du super-G de Lake Louise, derrière le Norvégien Aksel Lund Svindal et le Suisse Didier Cuche[27],[28], quelques jours après s'être classé 6e de la descente dans la station canadienne[4]. Adrien Théaux peine ensuite à confirmer ce bon début de saison : 15e en Super-G à Val Gardena, 14e en descente à Bormio et 16e en descente puis en super combiné à Wengen. Il retrouve le top 10 à Kitzbühel (9e de la descente) et se distingue par ses résultats en super combiné, d'abord dans la station autrichienne puis à Chamonix, se classant deux fois au 4e rang, au pied du podium[29],[30]. Le 11 février 2012, à l'occasion de la première descente sur la piste de Rosa Khutor, à Sotchi où se dérouleront les Jeux olympiques 2014, il obtient son deuxième podium de l'hiver avec une troisième place derrière Beat Feuz et Benjamin Thomsen[31],[32]. Deux semaines plus tard, il monte une nouvelle fois sur le podium en terminant 2e du super-G dans la station suisse de Crans-Montana, derrière l'Autrichien Benjamin Raich et devant Didier Cuche[33]. À cette occasion, Adrien Théaux déclare sa fierté de se retrouver sur le podium en compagnie de deux grands champions de la discipline[34]. Il conclut la saison par deux nouveaux top 10 en descente, 8e à Kvitfjell puis 9e à Schladming, lors des finales mondiales[4]. À l'issue des différentes épreuves, il se place au 8e rang du classement du combiné, au 9e rang en super-G et au 11e rang en descente, ce qui lui vaut la 14e place finale au classement général de la Coupe du monde[4]. Il redevient champion de France de descente le 27 mars à L'Alpe d'Huez[35].

En septembre 2012, alors qu'il prend part à un entraînement de super-G lors d'un stage de préparation au Chili, Adrien Théaux heurte la base d'un piquet. Rapatrié en France, il est opéré de la main droit et observe six semaines d'immobilisation du poignet[36]. Cela ne l'empêche pas de réussir son début de saison : après s'être classé 13e de la descente de Lake Louise, il prend le lendemain la 2e place du super-G, bien que largement distancé par le vainqueur Aksel Lund Svindal[37]. C'est le septième podium de sa carrière et le deuxième à Lake Louise en deux années. Décevant à Beaver Creek avec une 26e place en descente et une 25e en super-G, Adrien Théaux enchaîne ensuite les bons résultats, à la fois en descente (5e à Val Gardena, 7e à Kitzbühel) et en super-G (10e à Bormio, 8e à Wengen)[4]. Il participe aux Championnats du monde 2013 à Schladming en Autriche, où il prend d'abord la 9e place du super-G, puis la 10e en descente, tandis que son compatriote David Poisson monte sur la troisième marche du podium[38]. Le 2 mars 2013, Adrien Théaux remporte la deuxième victoire de sa carrière en s'imposant dans la descente de Kvitfjell, devant Aksel Lund Svindal, qui vient pourtant de remporter le titre de champion du monde de la discipline[39],[40]. Pour la troisième année consécutive, Théaux achève la saison parmi les quinze meilleurs skieurs mondiaux[10]. Dans la foulée, il remporte la descente et le super-G à l'occasion des 100e championnats de France de ski alpin, disputés dans la station pyrénéenne de Peyragudes[41]. Les deux médailles de bronze récoltées en compagnie de Maxime Tissot et Steve Missillier en slalom géant et slalom spécial par équipes lors des Jeux mondiaux militaires organisés à Annecy viennent couronner une saison réussie pour le skieur de Val-Thorens[42].

Déception olympique et médaille mondiale[modifier | modifier le code]

La saison 2013-2014 commence bien pour Adrien Théaux : il signe son troisième podium consécutif à Lake Louise, cette fois-ci en descente, en prenant la 3e place derrière l'Italien Dominik Paris et l'Autrichien Klaus Kröll[43]. Le 20 décembre, à Val Gardena, il monte à nouveau sur la troisième marche du podium, en super-G, derrière Aksel Lund Svindal et Jan Hudec[44]. Il se place au 4e rang de la descente à Bormio, puis à la même place à Kitzbühel, ce qui lui permet d'intégrer le top 5 mondial en descente et d'envisager une médaille olympique aux Jeux de Sotchi[45]. Quelques jours avant l'ouverture de la compétition, il déclare vouloir gagner une médaille dans chacune des disciplines dans lesquelles il est engagé, et plus particulièrement en super combiné[46]. Alors qu'il figure parmi les favoris de l'épreuve de descente, Théaux n'obtient que la 18e place à plus d'une seconde et demie du vainqueur autrichien Matthias Mayer[47]. Il connaît une nouvelle déception cinq jours plus tard en prenant seulement la 17e place dans le super combiné[48]. Pour sa dernière course en super-G, il termine au 11e rang, loin de ses espoirs de médaille. Adrien Théaux ne cache pas sa déception, à l'image de son entraîneur Patrice Morisod qui déclare que l'équipe de France de vitesse est passée « complètement à côté de [ses] Jeux[49]. » Lors des dernières courses de la saison, Théaux ne parvient pas à élever son niveau, se classant 11e et 17e des deux descentes de Kvitfjell, 56e du super-G également disputé dans la station norvégienne et enfin 10e de la descente finale de Lenzerheide[4], au cours de laquelle il se fracture le poignet gauche en heurtant un piquet[50].

en mars 2019 au Super Slalom de La Plagne

Adrien Théaux change de matériel pour la saison 2014-2015 en rejoignant la marque Head, comme plusieurs autres membres de l'équipe de France. Il se fixe comme objectif de remporter une médaille aux championnats du monde, de remporter un petit globe en descente ou en super-G[51] ainsi que d'être sur le podium à chaque course[52]. Les premiers résultats ne sont pas à la hauteur de ses ambitions : à Lake Louise, il se classe 30e de la descente et 26e du super-G. Lors des courses suivants, il ne parvient pas à se hisser dans le top 10 et glisse même jusqu'au 41e rang de la descente de Santa Caterina, en Italie[4]. Il réalise son premier top 10 le 23 janvier à Kitzbühel, en prenant la 4e place du super-G à une demi-seconde du vainqueur, l'Italien Dominik Paris[53].

Le 5 février, sur la Birds of Prey de Beaver Creek, il gagne la médaille de bronze du super-G des Championnats du monde 2015, derrière l'Autrichien Hannes Reichelt et le Canadien Dustin Cook. Il obtient donc sa première médaille mondiale sur la piste où il avait obtenu son premier podium en Coupe du monde quatre années plus tôt[54]. Il participe à la descente deux jours plus tard, dont il se classe 8e, déclarant que ses jambes « étaient un peu lourdes[55] ». Adrien Théaux confirme son regain de forme avec une 7e place dans la descente de Saalbach le 21 février, son deuxième top 10 de la saison en Coupe du monde[56]. Le lendemain, il monte sur le podium du super-G en prenant la 2e place de la course derrière l'Autrichien Matthias Mayer[57]. Onzième de la descente et septième du super-G lors des finales à Méribel, il achève finalement la saison au 22e rang du classement général, tout en se classant 7e en super-G[10]. Le 1er avril, il remporte le titre de champion de France du super-G dans la station de Serre Chevalier, en devançant Thomas Mermillod-Blondin d'un centième de seconde[58].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Selon le Suisse Patrice Morisod, entraîneur de l'équipe de France de vitesse depuis 2009[59], Adrien Théaux est plus à l'aise sur les pistes pentues et au profil très technique, comme la Streif de Kitzbühel ou la Birds of Prey de Beaver Creek[60],[61]. Il est membre de la « génération 84 », nom donné à un groupe de skieurs français ayant fait leurs classes ensemble jusqu'à rejoindre l'équipe de France, comprenant notamment Jean-Baptiste Grange, double champion du monde de slalom, Steve Missillier, médaillé olympique, Thomas Mermillod-Blondin ou Thomas Frey[62].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Adrien Théaux vit dans la station savoyarde de Val-Thorens. Il se décrit comme « quelqu'un d'assez calme » et comme un « épicurien[46] ». Il possède une maison à Biarritz où il aime se rendre pour surfer[1]. Il apprécie plus généralement les sports de glisse et de vitesse comme les courses automobiles et la moto. Il est également un amateur de rugby, et soutient les clubs du Stade toulousain et du Biarritz olympique, de par ses origines pyrénéennes[46].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques d'hiver[modifier | modifier le code]

Adrien Théaux a participé à trois éditions des Jeux olympiques, en 2010, 2014 et 2018. Il a pris le départ de huit courses, trois descentes, trois super G, deux super combinés, qu'il a toutes terminées. Son meilleur résultat est une 11e place dans le super G de Sotchi, en 2014[63].

Épreuve / Édition Drapeau : Canada Vancouver 2010 Drapeau : Russie Sotchi 2014 Drapeau : Corée du Sud Pyeongchang 2018
Super G 13e 11e 15e
Descente 16e 18e 26e
Super combiné 12e 17e

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Adrien Théaux a participé à sept éditions des Championnats du monde entre 2007 et 2019, et il y a pris 17 départs. Il a remporté une médaille de bronze sur le super-G de Beaver Creek en 2015[64].

Épreuve / Édition Drapeau : Suède Åre 2007 Drapeau : France Val d'Isère 2009 Drapeau : Allemagne Garmisch-Partenkirchen 2011 Drapeau : Autriche Schladming 2013 Drapeau : États-Unis Vail - Beaver Creek 2015 Drapeau : Suisse Saint-Moritz 2017 Drapeau : Suède Åre 2019
Descente - 5e Abandon 10e - 27e 15e
Super G 26e 21e 10e 9e Médaille de bronze, monde Bronze 16e 5e
Super combiné 23e Abandon - Abandon - 9e

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

  • Meilleur classement général : 11e en 2016.
  • 12 podiums, dont 3 victoires.

Classements par épreuve en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Le meilleur rang d'Adrien Théaux au classement général de la Coupe du monde est une 11e place en 2016[10].

Saison / Épreuve Général Descente Slalom Slalom géant Super G Combiné
Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points Class. Points
2006 115e 19 - - - - - - - - 31e 19
2007 98e 38 - - - - - - 42e 10 27e 28
2008 61e 123 27e 76 - - - - 43e 7 26e 40
2009 44e 191 18e 150 - - - - 33e 20 27e 21
2010 28e 249 27e 68 - - 41e 13 16e 110 19e 58
2011 12e 512 6e 265 - - - - 10e 175 15e 72
2012 14e 628 11e 279 - - - - 9e 219 8e 115
2013 15e 443 7e 232 - - - - 5e 191 18e 20
2014 16e 397 10e 248 - - - - 16e 113 13e 36
2015 22e 365 18e 160 - - - - 7e 190 22e 15
2016 11e 714 7e 370 - - - - 7e 248 6e 96
2017 22e 340 19e 233 - - - - 17e 107 - -
2018 18e 407 9e 238 - - - - 10e 169 - -
2019 32e 258 18e 125 - - - - 15e 133 - -

Détail des victoires[modifier | modifier le code]

Saison / Épreuve Descente Total
2011 Drapeau : Suisse Lenzerheide 1
2013 Drapeau : Norvège Kvitfjell 1
2016 Drapeau : Italie Santa Caterina 1
Total 3 3

Performances générales[modifier | modifier le code]

Adrien Théaux a pris 208 départs en Coupe du monde. Il est monté à douze reprises sur le podium, dont trois victoires, remportées en descente[4].

Résultat Descente Super-G Slalom géant Combiné Slalom Total
1re place 3 - - - - 3
2e place - 4 - - - 4
3e place 3 2 - 1 6
Top 10 22 17 - 5 1 45[Note 1]
Top 30 67 42 1 22 1 124[Note 1]
Autres 22 10 0 0 0 32
Départs 90 57 25 30 6 208[Note 1]

Mis à jour le 29 décembre 2015.

Championnats de France[modifier | modifier le code]

Adrien Théaux a participé à toutes les éditions des championnats de France de ski alpin depuis 2001, sauf en 2006. Il compte 11 titres de champion de France, dont 4 en descente et 7 en super-G[65].

Épreuve / Édition Descente Super G Slalom géant Slalom Super combiné
Championnats 2001
Val-Thorens
73e 13e
Championnats 2002
Val-d'Isère/Megève
42e 48e 44e 30e
Championnats 2003
Les Menuires
49e 32e 19e Abandon
Championnats 2004
Les Carroz/Flaine
29e 33e 5e 11e
Championnats 2005
L'Alpe d'Huez
31e 26e 5e 13e
Championnats 2006
Championnats 2007
Val-d'Isère/Val Cenis
4e Médaille d'or 14e Abandon
Championnats 2008
Auron/Isola 2000
4e 5e 14e 24e Médaille de bronze
Championnats 2009
Lélex-Crozet
Médaille de bronze Médaille d'or 8e 17e 7e
Championnats 2010
Les Menuires
Médaille d'or Médaille d'or Médaille de bronze 14e
Championnats 2011
Tignes
Médaille d'argent Médaille d'or Médaille de bronze
Championnats 2012
L'Alpe d'Huez
Médaille d'or 4e
Championnats 2013
Peyragudes
Médaille d'or Médaille d'or
Championnats 2014
Méribel
70e Abandon Abandon
Championnats 2015
Serre-Chevalier
Médaille d'or
Championnats 2016
Serre-Chevalier
Médaille d'argent
Championnats 2017
Val Thorens
Médaille d'or
Championnats 2018
Châtel
Médaille d'or Médaille d'argent

Championnats du monde junior[modifier | modifier le code]

Adrien Théaux a participé à deux éditions des Championnats du monde juniors, dans le Briançonnais en 2003 puis à Maribor en 2004[4].

Épreuve / Édition Descente Super G Slalom géant Slalom Combiné
Mondiaux 2003
Drapeau : France Serre Chevalier/Montgenèvre
48e 13e Abandon Disqualifié
Mondiaux 2004
Drapeau : Slovénie Maribor
11e 38e 10e 11e 6e

Jeux mondiaux militaires d'hiver[modifier | modifier le code]

Caporal-chef dans l'armée de terre, affecté à l'École militaire de haute montagne de Chamonix, Adrien Théaux est membre de l'équipe de France militaire. Il a participé à deux éditions des Jeux mondiaux militaires d'hiver[4].

Épreuve / Édition Drapeau : Italie Vallée d'Aoste 2010 Drapeau : France Annecy 2013
Slalom géant Médaille d'or Or 13e
Slalom géant par équipes - Médaille de bronze Bronze
Slalom 6e 13e
Slalom par équipes - Médaille de bronze Bronze

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Ce nombre prend en compte la neuvième place d'Adrien Théaux dans l'épreuve citadine de Moscou en 2012.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Anthony Thomas-Commin, « Ce qu'il faut savoir sur Adrien Théaux », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 14 février 2015).
  2. a et b Patrick Favier, « Ski alpin : Adrien Théaux sur ses neiges », sur sudouest.fr, Sud Ouest, (consulté le 14 février 2015).
  3. Cyril Doumergue, « Adrien de La Mongie », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le 16 février 2015).
  4. a b c d e f g h i j k l m n o et p « Adrien Théaux Results », sur data.fis-ski.com, Fédération internationale de ski (consulté le 14 février 2015).
  5. Jérôme Desmas, « Adrien Théaux : à toute vitesse vers Sotchi », sur linternaute.com, L'Internaute, (consulté le 14 février 2015).
  6. « Théaux éclipse Dénériaz », sur eurosport.fr, Eurosport France, (consulté le 14 février 2015).
  7. « Miller sur son 31 », sur eurosport.fr, Eurosport France, (consulté le 14 février 2015).
  8. « Kucera dompte Bellevarde », sur 20minutes.fr, 20 minutes, (consulté le 14 février 2015).
  9. « Svindal résiste à Lizeroux », sur lejdd.fr, Le Journal du dimanche, (consulté le 14 février 2015).
  10. a b c d et e « Adrien Théaux WC Standings », sur data.fis-ski.com, Fédération internationale de ski (consulté le 14 février 2015).
  11. « Théaux Super Géant », sur ffs.fr, Fédération française de ski, (consulté le 16 février 2015).
  12. « Championnats de France de ski alpin : Yannick Bertrand Champion de descente », sur ffs.fr, Fédération française de ski, (consulté le 16 février 2015).
  13. « Osborne au paradis, Théaux bon 6e », sur ffs.fr, Fédération française de ski, (consulté le 14 février 2009).
  14. « Cuche mate l'Autriche, Théaux top 10 », sur ffs.fr, Fédération française de ski, (consulté le 14 février 2009).
  15. [PDF]Vancouver 2010 : brochure des résultats officiels de ski alpin (13 au 27 février), LA84 Foundation, , 571 p. (lire en ligne).
  16. « JMM à Aoste : Adrien Théaux médaille d'or », sur ffs.fr, Fédération française de ski, (consulté le 15 février 2015).
  17. Manuele Lang, Diane Falconer, « Ski: le Français Adrien Théaux 2e du Super-G de Beaver Creek », sur fr.reuters.com, Reuters, (consulté le 14 février 2015).
  18. Mirko Hominal, « Beaver Creek / Super-G : Adrien Theaux magnifique deuxième », sur ski-nordique.net, (consulté le 14 février 2015).
  19. « Ski : Adrien Théaux 3e de la mythique descente de Kitzbühel », sur rtl.fr, RTL, (consulté le 14 février 2015).
  20. « Ski : Cuche s'impose à Kitzbühel, Théaux sur le podium », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 14 février 2015).
  21. « L'or pour Innerhofer, Théaux 10e », sur eurosport.fr, Eurosport, (consulté le 14 février 2015).
  22. « À 26 ans, le Français Adrien Théaux a décroché sa première victoire en Coupe du monde en remportant la descente de Lenzerheide, en Suisse », sur france24.com, France 24, (consulté le 14 février 2015).
  23. François-Xavier Rallet, « Théaux, le meilleur pour la fin », sur eurosport.fr, Eurosport, (consulté le 14 février 2015).
  24. « Ski : Théaux s'impose en descente à Lenzerheide, 1er succès », sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le 15 février 2015).
  25. « Grande première pour Théaux », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 15 février 2015).
  26. « Super-G : Théaux garde son titre », sur ffs.fr, Fédération française de ski, (consulté le 16 février 2015).
  27. « Ski à Lake Louise : Svindal gagne le Super-G, Théaux 3e », sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le 15 février 2015).
  28. François-Xavier Rallet, « Une belle boîte pour Théaux », sur eurosport.fr, Eurosport, .
  29. « Les Bleus juste au pied du podium », sur ffs.fr, Fédération française de ski, (consulté le 15 février 2015).
  30. « Chamonix : Pinturault 2e du super-combiné ! », sur ffs.fr, Fédération française de ski, (consulté le 15 février 2015).
  31. Jonathan Murciano, « Théaux en forme olympique à Sotchi », sur francesoir.fr, France-Soir, (consulté le 15 février 2015).
  32. « Théaux 3e de la descente de Rosa Khutor remportée par Feuz », sur 20minutes.fr, 20 minutes, (consulté le 15 février 2012).
  33. « Théaux sur la boîte », sur eurosport.fr, Eurosport, .
  34. « Ski : Adrien Théaux deuxième du Super-G de Crans-Montana », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 15 février 2015).
  35. « Descente : Adrien Théaux champion de France », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le 16 février 2015).
  36. « Adrien Théaux blessé à la main droite », sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le 15 février 2015).
  37. « Ski : premier podium de la saison pour Adrien Théaux », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 15 février 2015).
  38. « David Poisson médaillé de bronze aux mondiaux de descente », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 15 février 2015).
  39. « Ski : Théaux se révèle, Maze triomphe », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 15 février 2015).
  40. « Au tour d'Adrien Théaux », sur leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le 15 février 2015).
  41. Thierry Jouve, « Championnats de France de ski : le Tarbais Adrien Théaux fait un doublé historique », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le 15 février 2015).
  42. « Annecy 2013 2d CISM World Winter Games - Alpine Skiing », sur cismmilsport.org, Conseil international du sport militaire (consulté le 15 février 2015).
  43. Laurent Vergne, « Adrien Théaux termine troisième de la descente, remportée par Dominik Paris », sur eurosport.fr, Eurosport France, (consulté le 15 février 2015).
  44. « Val Gardena : Aksel Lund Svindal s'impose lors du Super-G, Adrien Théaux termine 3e », sur eurosport.fr, Eurosport France, (consulté le 15 février 2015).
  45. « L'instant T pour Théaux ? », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 15 février 2015).
  46. a b et c Olivier Guillemain, « JO: Adrien Théaux, priorité au Super combiné », sur reuters.fr, Reuters, (consulté le 15 février 2015).
  47. Denis Souilla, « JO de Sotchi : la désillusion pour Adrien Théaux et Johan Clarey », sur francebleu.fr, France Bleu, (consulté le 15 février 2015).
  48. Fabrice Valery, « JO de Sotchi : Adrien Théaux termine le super-combiné à une décevante 17e place », sur france3-regions.francetvinfo.fr, France Télévisions, (consulté le 15 février 2015).
  49. « Sotchi 2014: le ski alpin français n'y arrive toujours pas », sur leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le 15 février 2015).
  50. « Coupe du monde (H) : Fracture du poignet pour Adrien Théaux », sur franceinfo.fr, France Info, (consulté le 15 février 2015).
  51. « Ski: Pinturault part à la chasse aux globes », sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le 15 février 2015).
  52. « A.Théaux : « Je vise le podium sur chaque course » », sur sport365.fr, Sport365, (consulté le 15 février 2015).
  53. « Théaux : «Ça fait du bien» », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 15 février 2015).
  54. « Super-G : Adrien Théaux en bronze au Mondiaux », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 15 février 2015).
  55. « Adrien Théaux: «Les jambes étaient un peu lourdes» », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 17 février 2015).
  56. « Mayer et les Autrichiens trop forts », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 22 février 2015).
  57. « Mayer vainqueur, Théaux sur le podium », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 22 février 2015).
  58. « Théaux sacré en super-G », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 1er avril 2015).
  59. « Morisod n'est pas parti », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 19 février 2015).
  60. Xavier Richard, « Théaux deviendra grand », sur francetvsport.fr, France Télévisions, (consulté le 19 février 2015).
  61. « Théaux veut changer de trajectoire », sur republicain-lorrain.fr, Républicain lorrain, (consulté le 19 février 2015).
  62. Emmanuel Bunoz, « Une génération de choc », sur ledauphine.com, Le Dauphiné libéré, (consulté le 19 février 2015).
  63. (en) « Adrien Théaux », sur sports-reference.com (consulté le 17 février 2015).
  64. (en) « Adrien Théaux results : FIS World Ski Championships », sur data.fis-ski.com, Fédération internationale de ski (consulté le 17 février 2015).
  65. « Adrien Théaux results : National Championships », sur date.fis-ski.com, Fédération internationale de ski (consulté le 20 février 2015).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :