Anselme Baud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (août 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Anselme Baud

Pas d'image ? Cliquez ici

Biographie
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance Morzine,
1948
Carrière
Discipline(s) Ski de pentes raides, alpinisme, himalayisme
Profession (s) guide de haute montagne, professeur à l'École nationale des sports de montagne
Autre(s) activité(s) litterature d'alpinisme


Anselme Baud, né à Morzine (Haute-Savoie) en 1948, est un skieur et alpiniste français, guide de haute montagne, professeur à l'ENSA et pionnier du ski extrême.

Biographie[modifier | modifier le code]

Anselme Baud est né à Morzine[1]. Il fait ses débuts en compagnie de son père sur les versants des Hauts-Forts ou de ceux du Roc d'Enfer, dans le massif du Chablais[1]. Un accident à l'âge de 12 ans à pour conséquence de lui fermer les portes d'un avenir dans la compétition en ski alpin[1].

Dans les années 1970, il participe aux débuts de la nouvelle station d'Avoriaz où il est guide et moniteur de ski[1]. Il devient par la suite entraîneur en Oregon, dans le Nord-Ouest des États-Unis, où il assiste également le skieur et alpiniste suisse Sylvain Saudan lors de la « première » du Mont Hood (3 419 m)[1], le .

Au cours de la décennie suivante, il participe, aux côtés d'autres, à la naissance du ski extrême aux États-Unis, avant d'en devenir juge lors des premières compétition en France à Chamonix[1].

Il a réalisé de nombreuses descentes extrêmes dans le massif du Mont-Blanc mais aussi dans toutes les Alpes, les Andes, en Antarctique et dans l'Himalaya. L'une de ses réalisations emblématiques, filmée, est l'arête de Peuterey et de l'aiguille Blanche de Peuterey dans le massif du Mont-Blanc en 1977 avec Patrick Vallençant.

Anselme Baud a été décoré en 2008 de la Légion d'honneur.

Descentes extrêmes[modifier | modifier le code]

  • 1973, couloir Gervasutti à la Tour Ronde.
  • 1973, couloir Couturier à l'aiguille Verte, avec Patrick Vallençant (2e)
  • 1973, couloir Whymper à l'aiguille Verte, avec Patrick Vallençant (2e)
  • 1975, 1re du couloir sud du col Armand Charlet.
  • Tentatives diverses, stoppées par la mauvaise météo à la face Nord du Triolet, au couloir en Y a l'Aiguille Verte, au couloir de l'Isolée au mont Blanc du Tacul, au Nant Blanc (aiguille Verte) etc…
  • 1977, couloir Cordier à l'aiguille Verte (2e)
  • 1977, 1re de la face nord de l'aiguille du Midi, avec Daniel Chauchefoin et Yves Détry
  • 1977, 1re de la face Nord de l'aiguille Blanche de Peuterey avec Patrick Vallençant
  • 1977, 1re de arête de Peuterey, avec Patrick Vallençant
  • 1978, un couloir du Dhaulagiri (Himalaya) lors de la tentative du piler Sud Ouest
  • 1980, 1re ascension française en solo au sommet et sans oxygène du Yalung Kang (8 505 m, sommet ouest du Kangchenjunga, Himalaya), descente entre le camp III (7 800 m) et le camp de base
  • Nombreuses descentes extrêmes avec clients dans les Alpes (Grandes Jorasses, couloir Est du Petit mont Blanc — 1re descente en télémark du couloir Spencer), au Népal et en Bolivie (1re au Condoriri, Vintinani et Huyna Potossi)
  • 1997, couloir nord-ouest du Vinson (Antarctique).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Antoine Chandellier, « Anselme Baud, aux origines du freeride », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne).