Louis Lachenal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Louis Lachenal

Pas d'image ? Cliquez ici

Biographie
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance ,
Annecy
Décès (à 34 ans),
vallée Blanche (massif du Mont-Blanc)
Carrière
Disciplines Alpinisme
Ascensions notables deuxième ascension de la face nord de l'Eiger, première ascension de l'Annapurna
Plus haut sommet Annapurna
Profession guide de haute montagne

Louis Lachenal, né le à Annecy et mort le dans la vallée Blanche à Chamonix, est un alpiniste français, premier vainqueur avec Maurice Herzog, en 1950, de l'un des sommets de plus de huit mille mètres : l'Annapurna (8 091 m).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Né à Annecy (Haute-Savoie) le , Louis Lachenal effectue ses premières escalades sur le rocher du Biclope en 1934.

Enfant de chœur assidu[1], il préfère l'univers de la rue aux bancs de l'École des Frères, quai des Cordeliers. Il passe son certificat d'études à l'École Supérieure Technique, puis entre au lycée. Mais déjà, dans ses escapades avec ses camarades, il aime le goût du risque ; et la quête du danger sera toujours chez lui une sorte d'idéal de vie. Devenu louveteau dans une association de scouts, il révèle ses dons d'invention et ses talents de grimpeur. Ainsi, à 13 ans, la vocation l'appelle dans les massifs qui entourent Annecy : la Tournette, le Parmelan, l'Arcalod.

En 1941, il devient membre de l'organisation Jeunesse et Montagne. En 1942, il est porteur breveté du Club alpin français, auquel il a adhéré dès 1937. Cette fonction consiste à seconder un guide lors d'une ascension, voire à assurer son rôle, selon les compétences dont on dispose. En juin-juillet, il participe à un stage d'alpinisme dont il sort premier chef de cordée, l'occasion d'une fête à Chamonix, où il rencontre pour la première fois Lionel Terray. Quelques mois plus tard à peine, il fera connaissance avec Gaston Rébuffat, par hasard, dans un train à l'arrêt. Le 1er octobre, il est engagé comme instructeur alpin et moniteur de ski au centre des Contamines-Montjoie.

Le , il épouse Adèle Rivier (1920-1983). Deux enfants naissent de cette union, Jean-Claude (1944) et Christian (1946). Lachenal construit lui-même son chalet pour leur donner un foyer.

Des Alpes à l'Annapurna[modifier | modifier le code]

En 1945, il effectue ses premières courses avec Lionel Terray : la face Nord des Droites et la face Est du Moine. Suivront — entre autres, et toujours en compagnie de Lionel Terray — la quatrième ascension de l'éperon Walker en 1946, la seconde ascension de la paroi Eigerwand en 1947[2].

En 1948, il devient membre de la Compagnie des guides de Chamonix. En 1949, il enchaîne les ascensions. En particulier, il entreprend de gravir en une seule journée trois itinéraires jugés difficiles (arête Est du Crocodile, face Est du Caïman, voie Ryan au Plan)[3].

En , le bruit court : une expédition française vers l'Himalaya se prépare. Lucien Devies, président du Comité, en est l'un des principaux organisateurs. Mais les difficultés diplomatiques sont telles qu'on n'ose encore y croire. Et la nouvelle tombe : le Népal ouvre ses frontières. Le , l'expédition quitte Paris pour Le Caire. Puis, le lendemain, elle prend la direction du Népal en passant par Bahreïn, Karachi, New Delhi. La longue marche d'approche du sommet et l'établissement des camps de base prend deux mois complets[4].

Le il fait partie avec Maurice Herzog de la cordée qui arrive au sommet de l'Annapurna, première au monde sur un sommet de plus de huit mille mètres. Les deux hommes n'avaient pas de masque à oxygène[5].

Tombe de Louis Lachenal.

Cette victoire sur l'Annapurna est aussi celle d'une équipe : les guides chamoniards Gaston Rébuffat et Lionel Terray, la jeune cordée de Jean Couzy et Marcel Schatz, le Dr Jacques Oudot, et le cinéaste Marcel Ichac (le seul ayant déjà une expérience himalayenne). Lors de cette expédition, Lachenal a les pieds gelés et doit être amputé. La descente ressemble à un long chemin de croix qui dure plus d'un mois, du au  : mauvais temps persistant en cette période de course contre la mousson (brouillard, avalanches, orages…), souffrances multiples (aux pieds, aux yeux…), terrains accidentés (passages de gorges, de moraines encombrées de blocs rocheux, traversée de kilomètres de ravins et de forêts, franchissement de torrents tumultueux…), défection des porteurs, etc.[6]

Après son retour à l'aéroport d'Orly, un séjour à la clinique Vaugirard et la remise de la Légion d'Honneur, Louis Lachenal retourne à Chamonix. Il donne ensuite une série de conférences (Connaissance du Monde), dès 1951 sur le territoire français et jusqu'au Congo belge en 1952. Il se met au pilotage d'automobiles sur les routes françaises, avant de reprendre les entraînements et les ascensions. Il prend la direction de l'équipe de France de ski en descente et slalom, et escalade le mont Rose en .

Mort accidentelle[modifier | modifier le code]

Lachenal est mort en montagne. Le au soir, il entraîne Jean-Pierre Payot dans une descente à ski de la Vallée Blanche, au-dessus de Chamonix. Skiant en tête à grande vitesse, il disparaît soudain dans une crevasse dissimulée par un pont de neige[7], que Payot évite de justesse. À grand peine, celui-ci réussit à prévenir les guides de Chamonix, et ils récupèrent dans la nuit le corps de Lachenal, tombé à vingt-huit mètres de profondeur[8]. Ramenée à Chamonix, sa dépouille est veillée par ses compagnons de l'Annapurna, Maurice Herzog et Gaston Rébuffat[5].

Louis Lachenal était surnommé Biscante[9],[10].

Ascensions marquantes[modifier | modifier le code]

  • 1942 : première du versant nord-est du col du Caïman
  • 1946 : quatrième ascension de l'éperon nord des Droites, avec Lionel Terray, en huit heures, alors que le meilleur temps réalisé auparavant était de 18 heures ; quatrième ascension de l'éperon Walker en face nord des Grandes Jorasses en 2 jours avec une variante importante dans le haut, due à une erreur provoquée par le brouillard
  • 1947 : deuxième ascension de la face nord de l'Eiger avec Lionel Terray
  • 1950 : première ascension d'un sommet de plus de 8 000 m, l'Annapurna, avec Maurice Herzog

Distinctions[modifier | modifier le code]

Divergence avec Maurice Herzog[modifier | modifier le code]

Dans les notes prises en vue d'un livre qu'il projetait sur la conquête de l'Annapurna, Louis Lachenal note que son amputation risquait de compromettre la poursuite de sa vie d'alpiniste : « La montagne n’était pas mon occupation du dimanche, c’était ma vie, à moi. Pas seulement ma vie matérielle. » Développant sa divergence avec Herzog, il ajoute : « Je savais que mes pieds gelaient, que le sommet allait me les coûter. Pour moi, cette course était une course comme les autres, plus haute que dans les Alpes, mais sans rien de plus. Si je devais y laisser mes pieds, l’Annapurna, je m’en moquais. Je ne devais pas mes pieds à la jeunesse française. Pour moi, je voulais donc descendre. J’ai posé à Maurice la question de savoir ce qu’il ferait dans ce cas. Il m’a dit qu’il continuerait. Je n’avais pas à juger ses raisons ; l’alpinisme est une chose trop personnelle. Mais j’estimais que s’il continuait seul, il ne reviendrait pas. C’est pour lui et pour lui seul que je n’ai pas fait demi-tour. Cette marche au sommet n’était pas une affaire de prestige national. C’était une affaire de cordée. »[12].

Sur plusieurs points, Lachenal a cependant donné des versions différentes au fil du temps. La version pré-citée, tirée de ses Commentaires, est la plus négative mais diffère d'autres versions plus positives qu'il a pu donner[13].

Selon Lachenal, Herzog avait « un sens très réduit de l'organisation », mais c'était « un extraordinaire animateur » dont la résistance physique et la technique d'alpiniste ont surpris « les trois professionnels de l'équipe » (Lachenal, Rébuffat et Terray)[14]. En août 1955, Herzog et Lachenal font entre amis l'ascension du mont Rose : « tous les mauvais souvenirs étaient effacés »[15].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Pierre commémorative à Annecy sur la promenade Louis Lachenal au bord du Thiou.

On a donné le nom de Louis Lachenal au lycée polyvalent d'Argonay (Haute-Savoie), à une école élémentaire et maternelle à Mantes-la-Jolie (Yvelines), à un collège dans la ville de Saint-Laurent-de-Mure (au sud-est de Lyon) et à un complexe sportif à Saint-Pierre-du-Perray. À Annecy, on trouve également une Promenade Louis Lachenal. Plusieurs villes de France, notamment Grenoble, Toulouse, Thionville, Genas, Chamonix, Valence, ont une rue ou une allée qui porte son nom.

L’Asapurna, montagne du massif des Annapurnas, est parfois appelée pic Lachenal[16].

Le nom de Lachenal a été donné à un couloir de ski hors piste à La Flégère à Chamonix[réf. souhaitée], ainsi qu'à une pointe rocheuse située près du lieu de sa mort[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Lachenal 1996, p. 14
  2. Louis Lachenal 1996, p. 151-152
  3. Louis Lachenal 1996, p. 175
  4. Louis Lachenal 1996, p. 254
  5. a et b « La mort de Lachenal, héros de notre temps », Paris Match, no 347,‎ , p. 66-73
  6. Louis Lachenal 1996, p. 294
  7. Selon Philippe Gaussot, cofondateur et journaliste photographe au Dauphiné libéré, dont il a dirigé l'agence locale de Chamonix
  8. Louis Lachenal 1996, p. 361-363
  9. Portrait: Louis Lachenal dit Biscante
  10. Thomas Vennin, Il y a 65 ans, la mort de Louis Lachenal, 2020
  11. Prix Guy Wildenstein
  12. « Rappels, le livre posthume de Louis Lachenal qui raconte l’Annapurna », sur Alpine Mag,
  13. Christian Greiling, Annapurna 1950, un exploit français sous le feu de la cancel culture, 2022, pp. 36-41.
  14. Louis Lachenal 1996, p. 297
  15. Louis Lachenal 1996, p. 355-359
  16. (en) Paulo Grobel, 103 nouveaux sommets autorisés au Népal, Montagnes Magazine, 13 mars 2014.
  17. Pointe Lachenal, 3613m, camptocamp.org

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]