Dominique Raimbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Raimbourg.
Dominique Raimbourg
Dominique Raimbourg lors des RMLL 2009 à Nantes.
Dominique Raimbourg lors des RMLL 2009 à Nantes.
Fonctions
Président de la Commission des Lois de l'Assemblée nationale

(1 an, 3 mois et 24 jours)
Législature XIVe
Prédécesseur Jean-Jacques Urvoas
Successeur Yaël Braun-Pivet
Député de la 4e circonscription
de la Loire-Atlantique

(10 ans)
Élection 17 juin 2007
Réélection 10 juin 2012
Législature XIIIe et XIVe
Groupe politique SRC (2007-2016)
SER (2016-2017)
Prédécesseur Jacques Floch
Successeur Aude Amadou

(8 mois et 14 jours)
Élection 1er juin 1997
Législature XIe
Groupe politique SOC
Prédécesseur Jacques Floch
Successeur Jacques Floch
Conseiller municipal de Saint-Sébastien-sur-Loire

(6 ans et 15 jours)
Élection 9 mars 2008
Maire Joël Guerriau
Conseiller municipal de Nantes

(18 ans, 11 mois et 22 jours)
Élection 11 juin 1995
Maire Jean-Marc Ayrault
Biographie
Date de naissance (67 ans)
Lieu de naissance Boulogne-Billancourt (Seine, France)
Nationalité Française
Parti politique Parti socialiste
Père Bourvil
Mère Jeanne Lefrique
Profession Avocat pénaliste

Dominique Raimbourg, né le à Boulogne-Billancourt, est un avocat et homme politique français, membre du Parti socialiste (PS). Il est député de la quatrième circonscription de la Loire-Atlantique de 2001 à 2002 et de 2007 à 2017 et président de la commission des lois de 2016 à 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Dominique Raimbourg est le fils de l'acteur et chanteur Bourvil, né André Raimbourg (1917-1970) et de son épouse née Jeanne Lefrique (1918-1986)[1].

Dominique Raimbourg est père de deux enfants[2].

Son frère Philippe est professeur de finance à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à l'ESCP Europe.

Avocat[modifier | modifier le code]

Avocat de formation, il exerce en tant que pénaliste au barreau de Nantes. Au début des années 1970, il est membre de l'Alliance marxiste révolutionnaire[3], puis il est membre du Parti communiste de 1976 à 1981, avant de rejoindre le Parti socialiste.

Élu local[modifier | modifier le code]

Élu au conseil municipal de Nantes en mars 1989, il est adjoint au maire, délégué à la sécurité et à la tranquillité publiques, délégué du quartier Nantes Sud et conseiller communautaire de Nantes Métropole.

Député[modifier | modifier le code]

Suppléant de Jacques Floch, député socialiste de la quatrième circonscription de la Loire-Atlantique en 1997, il le remplace à l'Assemblée nationale lorsque ce dernier entre dans le gouvernement Lionel Jospin le en tant que secrétaire d'État aux anciens combattants.

Jacques Floch ne se représentant pas, Dominique Raimbourg est désigné par les militants candidat du PS pour les élections législatives de 2007. Il est élu député de la quatrième circonscription de la Loire-Atlantique le avec près de 65 % des suffrages.

Très impliqué à l'Assemblée nationale, il siège au sein du groupe SRC et est membre de la commission des lois. À ce titre, il prend notamment part aux travaux parlementaires sur les projets de lois « peines planchers », « immigration », « rétention de sûreté », « contrôleur général des prisons », « réforme des institutions », « service minimum dans les écoles ».

Il est membre du groupe d'étude parlementaire sur les prisons et la condition carcérale. Ce groupe effectue un travail permanent de veille et de propositions sur la question des prisons, sur la base d'auditions et de visites d'établissements.

Il est désigné par les députés socialistes pour les représenter au sein de la commission de travail sur la réforme de l'ordonnance de 1945 mise en place par le ministère de la Justice. À l'issue du travail de cette commission, il publie une tribune dans le journal Le Monde qui contribue à une approche renouvelée, notamment à gauche, de cette question. Il prolonge cette démarche en mettant en place un groupe de travail avec la Fondation Jean-Jaurès, regroupant des parlementaires et des universitaires (sociologues, anthropologues, historiens, etc.) sur la thématique « Enfance - Enfance en danger - Enfance délinquante »[4]. Ce travail donne lieu à une publication début 2011.

En mars 2008, il se présente comme tête de liste face au maire (NC) sortant de Saint-Sébastien-sur-Loire, Joël Guerriau, aux élections municipales. Sa liste d'Union de la Gauche (PS, Les Verts, PCF) n'obtient que 41,21 % des suffrages[5], un score inférieur à son score obtenu lors des élections législatives sur la commune (60,81 % des voix). Il siège comme chef de file de l'opposition municipale et comme conseiller communautaire de Nantes Métropole jusqu'en 2014.

À Nantes Métropole, il est notamment chargé de la politique d'accueil des populations roms, sujet qu'il suit également dans le cadre de ses travaux parlementaires. Il est notamment sollicité par le secrétariat d'État aux affaires européennes pour prendre part à un déplacement en Roumanie visant à renouveler les politiques de coopération entre les deux pays sur le sujet de la population roms. Par ailleurs, il est membre de la mission parlementaire (majorité + opposition) « gens du voyage », qui rend un rapport sur ce sujet fin 2010.

Pendant toute l'année 2010, il est le parlementaire de l'opposition associé au groupe de travail du Ministère de la justice préparant un projet de réforme du Code pénal et du Code de procédure pénale.

En novembre 2010, après un travail préparatoire ayant associé de nombreuses associations et organisations professionnelles, il dépose une proposition de loi visant à instaurer un mécanisme de prévention de la surpopulation carcérale[6]. Cette proposition a été refusée par la majorité.

Depuis septembre 2010, il est l'administrateur de l'Association nationale de la justice réparatrice. Cette structure propose de mettre en lien un auteur et une victime de crime ou de délit, dans l'objectif de lutter contre la récidive.

En juillet 2011, après avoir animé un groupe de travail réunissant des responsables politiques, des universitaires et praticiens de différentes professions sur les questions de jeunesse, il publie aux éditions de la Fondation Jean Jaurès un essai intitulé L'adolescence : un enjeu politique.

Le , il est réélu député de la quatrième circonscription de la Loire-Atlantique dès le premier tour avec 55,35 % des voix exprimées. Il est désigné, le suivant, vice-président de la Commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la République, présidée par Jean-Jacques Urvoas. Il est juge titulaire de la Cour de justice de la République[7].

Le , Dominique Raimbourg dépose avec son collègue UMP Sébastien Huyghe[8], un rapport d'information numéro 652 intitulé « sur les moyens de lutte contre la surpopulation carcérale ».

En 2014, il est rapporteur de la réforme pénale portée par la ministre de la Justice Christiane Taubira qui permet le recours à des peines alternatives à l'emprisonnement pour des délits passibles d'une peine de moins de cinq ans. À cette occasion, une polémique naît, après qu'un journaliste du Figaro lui impute une déclaration en conférence de presse selon laquelle il « y a des infractions sexuelles qui ne signalent pas un ancrage dans une délinquance particulière » comme « un oncle qui, à la fin d'un repas de famille un peu alcoolisé, a un geste déplacé envers sa nièce »[9]. Dominique Raimbourg critique cette retranscription dénaturant à son sens totalement son propos, et plusieurs journalistes présents critiquent la version présentée par le journaliste du Figaro[10],[11].

En 2016, il devient président de la commission des lois et rapporteur de la réforme constitutionnelle de « protection de la Nation », après l’annonce de la nomination de Jean-Jacques Urvoas pour remplacer Christiane Taubira au ministère de la Justice[12],[13].

Après la victoire de Benoît Hamon à la primaire citoyenne de 2017, il est nommé responsable thématique « sécurité » de sa campagne présidentielle[14].

Candidat à un nouveau mandat de député lors des élections législatives de 2017, il est éliminé dès le premier tour en n'obtenant que 16,35 % des voix, devancé par les candidats de La République en marche ! et de La France insoumise[15].

Mandats[modifier | modifier le code]

Député[modifier | modifier le code]

Conseiller municipal[modifier | modifier le code]

Mandats intercommunaux[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Prison le choix de la Raison, coécrit avec Stéphane Jacquot, Economica, novembre 2015, (ISBN 2-7178-6834-8)

Les notes de la Fondation Jean-Jaurès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. AFP, « Bourvil vu par son fils, le député Dominique Raimbourg », sur lepoint.fr,
  2. voir sur www.Base de Roglo - Bourvil
  3. Dominique Raimbourg, en père pénal, Libération, 1er juin 2014
  4. Enfance - Enfance en danger - Enfance délinquante
  5. plus 12 points par rapport au score de la liste de gauche lors de la précédente élection municipale
  6. Proposition de loi visant à instaurer un mécanisme de prévention de la surpopulation carcérale
  7. « Composition de la Cour de justice de la République | Cour de cassation », sur www.courdecassation.fr (consulté le 12 février 2017)
  8. http://www.assemblee-nationale.fr/14/rap-info/i0652.asp
  9. Jean-Marcel Leclerc, « Le rapporteur de la loi Taubira accusé de dérapage sur la pédophilie », lefigaro.fr, 27 mai 2014
  10. « Le rapporteur de la loi Taubira a-t-il commis un dérapage sur la pédophilie », Le Point, 27 mai 2014
  11. Stop la rumeur, billet de blog de Dominique Raimbourg, citant les tweets des journalistes présents de RTL, des journaux Le Monde et Le Point, de France Inter et de Dalloz actualités
  12. le figaro du 27 janvier 2016
  13. « Dominique Raimbourg, nouveau président de la commission des lois »], Le Point, 2 février 2016
  14. Marie-Pierre Haddad , « Présidentielle 2017 : ce que traduit le nouvel organigramme de l'équipe de Hamon », rtl.fr, 26 février 2017.
  15. « Législatives. Dominique Raimbourg : "L’étiquette PS m’a fait perdre" »], Ouest-France, 13 juin 2017
  16. Estimation au 1er janvier 2005, source : INSEE

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]