Histoire du Guyana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire image illustrant le Guyana
Cet article est une ébauche concernant l’histoire et le Guyana.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le Guyana signifie « terre d'eaux abondantes » en amérindien.

C'est l'une des nombreuses colonies de la Côte Sauvage (Amérique du Sud), entre le delta de l'Orénoque et celui de l'Amazone, occupée aujourd'hui par la Guyane française, le Suriname et la Guyana.

Lorsque les premiers Européens sont arrivés dans le secteur autour de 1500, la Guyane était habitée par les Arawaks, les tribus du peuple Caraïbe et d'Amérindiens. Bien que la Guyane ait été aperçue pour la première fois par des Européens avec Christophe Colomb pendant son troisième voyage (en 1498), elle n'a pas été colonisée par ceux-ci avant que les Néerlandais n'y établissent en 1616 trois colonies séparées : Essequibo (1616), Berbice (1627) et Demerara (1752). Le commandement fut assumé par les Britanniques vers la fin du XVIIIe siècle et les Néerlandais ont formellement cédé le territoire en 1814. En 1831, les trois territoires sont devenus une seule et même colonie britannique connue sous le nom de la Guyane britannique.

Le Guyana est devenue une république anglophone indépendante de la couronne britannique le 26 mai 1966.

Le 23 février 1970, restant membre du Commonwealth. Le Département d'État américain et l'Agence centrale de renseignement américaine (CIA), avec le gouvernement britannique, ont joué un rôle important en influençant le contrôle politique en Guyane pendant cette période. Le gouvernement américain a soutenu Forbes Burnham pendant les premières années de l'indépendance, car Cheddi Jagan était considéré comme marxiste. Ils ont fourni un soutien financier et des conseils politiques pour la campagne au Congrès national à Burnham, et au détriment du Parti progressiste populaire de Jagan, qui était principalement soutenue par les guyanais d'origine des Indes orientales[1].

En 1974 est créée la communauté Jonestown à une dizaine de kilomètres de Port-Kaituma par le révérend Jim Jones. Cette communauté de la secte du Temple du Peuple rentre dans l'histoire le 18 novembre 1978 par le suicide collectif de 914 personnes dont 276 enfants.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vere T. Daly, A Short History of the Guyanese People, Londres, Macmillan, 1975.
  • Van den Boogaart and Emmer. The Dutch Participation in the Atlantic Slave Trade. 1596-1650

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. US Declassified Documents (1964–1968)[dead link]. guyana.org

Article connexe[modifier | modifier le code]