Histoire des îles Caïmans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’histoire des îles Caïmans, un territoire britannique d'outre-mer caraïbe, commence avec l'arrivée des Européens. En effet, aucune trace d'occupation humaine permanente n'a été trouvée avant le XVIe siècle. Christophe Colomb aperçu les îles Caïmans le 10 mai 1503 et leur donna le nom de « Las Tortugas » car de nombreuses tortues marines avaient été vu en train de nager dans les eaux environnantes. Colomb découvrit deux petites îles (Cayman Brac et Little Cayman) et ce sont celles-ci qu'il nomma « Las Tortugas ».

La « carte de Turin » de 1523 des îles fut la première à les nommer Los Lagartos, signifiant « alligators » ou « grands lézards »[1]. En 1530, elles étaient connues sous le nom de « Caymanes » d'après le mot carib « caimán » désignant ces crocodiles marins, soit le crocodile américain, soit le crocodile cubain (Crocodylus acutus ou C. rhombifer), qui vivaient ici. Des récentes découvertes suggèrent que C. rhombifer, une espèce d'eau douce, dominait la région avant le XXe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le folklore prétend que les premiers habitants des îles furent un Gallois nommé Walters (ou Watler) et son compagnon Bawden (ou Bodden) arrivés en 1658 après avoir servi dans l'armée d'Oliver Cromwell en Jamaïque.

Par la suite, des pirates, des réfugiés de l'inquisition espagnole, des marins naufragés, et des esclaves s’y installent. La majorité des Caïmanais sont d'origine africaine et des descendants de colons anglais métissés.

L’Angleterre prend le contrôle des îles Caïmans en même temps que la Jamaïque par le traité de Madrid en 1670[2]. Ces premiers établissements ont été abandonnés après les attaques de corsaires espagnols, mais les corsaires anglais ont continué à utiliser les îles Caïmans comme base au XVIIIe siècle. Après plusieurs tentatives infructueuses, la colonisation des îles a commencé dans les années 1730. En novembre 1794, dix navires, qui faisaient partie d'un convoi escorté par le HMS Convert, ont fait naufrage sur le récif de Gun Bay à l'extrémité est de Grand Cayman. Selon la légende, les colons locaux sauvèrent tous les passagers, y compris un membre de la famille royale britannique et qu’en reconnaissance pour leur bravoure, le roi George III décida d’interdire l’enrôlement des Caïmanais pour le service de guerre et toute imposition fiscale. Cependant aucun document n’en apporte la preuve réelle.

De 1670, les îles Caïmans étaient rattachées à la Jamaïque, mais disposaient d’une autonomie considérable. Le 5 décembre 1831, une assemblée législative locale est créée lors d'une réunion tenue au Pedro St. James Castle. Les élections ont eu lieu le 10 décembre et l’Assemblée adopte sa première législation locale ratifiée par le gouverneur britannique de la Jamaïque.

Le lien de dépendance avec la Jamaïque subsiste jusqu’en 1962, année où cette dernière accède à l’indépendance. La Fédération des Indes occidentales est alors dissoute et les Îles Caïmans optent pour une dépendance directe de la Couronne britannique. Les Îles font aujourd'hui partie des Territoire britannique d'outre-mer.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Smith 2000, p. 26
  2. Neville 1970, p. 10

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Roger C. Smith, The maritime heritage of the Cayman Islands,
  • Williams Neville, A history of the Cayman Islands, Government of the Cayman Islands,