Samo (peuple)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Samos ou Samoghos sont une population mandingues d’Afrique de l’Ouest de cultivateurs,chasseurs,lutteurs vivant à l’ouest du Burkina Faso , au nord de la Côte d'Ivoire (notamment dans la ville de boundiali ) et au sud-est du Mali (terre géographiquement située dans l’est de l’Empire du Mali avant sa chute). Ils occupent la région de la boucle du Mouhoun ayant pour capitale Dédougou, dans laquelle ils cohabitent avec une ethnie voisine (les Dafing). Leur langue les rattache au groupe mandée. Ils pratiquent très proportionnellement le Christianisme (catholicisme et protestantisme) ainsi que l’Islam ce sont les deux et seules religions équitablement pratiquées par le peuple Samo.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Samo ont pour parenté à plaisanterie les Mossi. Les Samo et les Bissa se disent être les plus proches cousins. Ils étaient les premiers occupants du territoire actuel du Burkina Faso avant que les Mossi arrivant du Ghana ne les séparent et les divisent de leurs frères Bissa. Ils auraient donc été poussés à quitter la région actuelle du Centre-Sud (vers l’actuel Ghana) et sont allés vers l’Ouest (au Mandé) et beaucoup se mélanger et se métisser avec les peuples déjà présents (les mandingues) avant ou pendant l’Empire du Mali,tout en ayant gardé les liens de parenté avec les bisas restés au sud. Ce qui explique les similitudes linguistiques avec les Bissa et avec les Mandingues qu’ils ont gardé ainsi que leurs patronymes identiques; beaucoup de descendants samos sont issus uniquement de l’ethnie mandingue comme d’autres uniquement de l’ethnie Bissas tant bien d’autres issus des deux mélanges. Durant les deux guerres mondiale un très grand nombre de Samos furent soldats parmi les «tirailleurs sénégalais»pour venir en aide à la puissance coloniale française. Sangoulé Lamizana, ancien président Burkinabè, est connu pour avoir été membre des tirailleurs sénégalais lors de la Seconde guerre mondiale.

Ethnonymie[modifier | modifier le code]

Selon les sources et le contexte, on observe de multiples formes : Don, Matya, Matye, Maya, Ninisi, Saman, Samogo, Samorho, Samoro, Samorrho, Samos, Sanan, Saneno, Sane, San, Sanu, Semou[1].

Langues[modifier | modifier le code]

Ils parlent le samo ou le san, un ensemble de langues mandées[2].

Culture[modifier | modifier le code]

Masques[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Parmi les personnalités d'origine samo figurent notamment deux anciens présidents de la Haute-Volta, le colonel Saye Zerbo[4] et le général Sangoulé Lamizana[5], ainsi qu'Alfred Simon Diban Ki-Zerbo, réputé être le « premier Chrétien de Haute-Volta », père de l'historien et homme politique Joseph Ki-Zerbo[6], codirecteur de l'Histoire générale de l'Afrique commanditée par l'UNESCO.
Le Premier ministre du Burkina Faso (nommé le ), Paul Kaba Thiéba, est lui aussi d'origine samo[7].

Patronymes[modifier | modifier le code]

Les Patronymes Samo les plus courants sont :

Koussoube, Zerbo, Ki, Ky, Toé, Paré, Gnamou, Kawané, Garané, Dié, Mossé, Kinané, Dalla, Yélémou, Toni, Dao, Drabo, Karambiri, Sermé, Dembélé, Tiama, Foro , Zan, Gnoumou, Tièrè, Djénika(Djiniga), Bello, Sérémé, Warama, Djiré, Ouaro, Kambiré, Borro, Lamizana, Thieba, Sou, Youanè, Tiegnan, Konané, Zouri, Koné, Kouma, Koussé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source BnF [1]
  2. (en) Fiche langue[stj]dans la base de données linguistique Ethnologue. ; (en) Fiche langue[sym]dans la base de données linguistique Ethnologue. ; (en) Fiche langue[sbd]dans la base de données linguistique Ethnologue.
  3. a b c d e f g h i j et k Tropenmuseum
  4. Claudette Savonnet-Guyot, État et sociétés au Burkina, Karthala, Paris, 1986, p. 171 (ISBN 9782865371488)
  5. Pierre Englebert, La révolution burkinabé, L'Harmattan, Paris, 1986, p. 43 (ISBN 9782296382220)
  6. Florian Pajot, Joseph Ki-Zerbo : Itinéraire d'un intellectuel africain au XXe siècle, juin 2004, p. 20
  7. « Premier ministère : Paul Kaba Thiéba s’impose dans un court sprint », lesechosdufaso.net, 7 janvier 2016, [lire en ligne]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Aboubacar Barry, Alliances peules en pays samo, L'Harmattan, Paris, 2004, 124 p. (ISBN 2-7475-6012-0)
  • Françoise Héritier, L'Exercice de la parenté, Gallimard, Seuil, Paris, 1981, 199 p. (ISBN 2-02-005995-9)
  • André Nyamba, L'identité et le changement social des Sanan du Burkina Faso, Université Bordeaux 2, 1992, 2 vol., 758 p. (thèse d'Ethnologie)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Au pays du conte, film documentaire d'Alexandra Ena, CNRS images, Meudon, 2013, 32 min (DVD)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :