Anou Ifflis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Gouffre Anou Ifflis)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’Afrique image illustrant la géologie
Cet article est une ébauche concernant l’Afrique et la géologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Anou Ifflis
Coordonnées 36° 27′ 20″ N 4° 08′ 39″ E / 36.45553, 4.1442536° 27′ 20″ Nord 4° 08′ 39″ Est / 36.45553, 4.14425
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Kabylie
Wilaya Wilaya de Bouira
Massif Djurdjura
Localité voisine Aswel et Tikjda
Altitude de l'entrée 2150 m
Longueur connue 2000 m
Type de roche Calcaire

Géolocalisation sur la carte : Kabylie

(Voir situation sur carte : Kabylie)
Red pog.svg

Géolocalisation sur la carte : Algérie

(Voir situation sur carte : Algérie)
Red pog.svg

Géolocalisation sur la carte : Afrique

(Voir situation sur carte : Afrique)
Red pog.svg

Anou Ifflis ou parfois gouffre Anou Ifflis[Note 1] ou encore Anu n'Iffis (traduit par Gouffre du Léopard en français[Note 2]), est un gouffre qui se situe dans la wilaya de Tizi Ouzou en Kabylie, dans la partie nord du massif du Djurdjura. En 2015, c'est encore le plus profond gouffre d'Afrique avec ses 1 170 mètres de dénivelé. Il est exploré par une expédition franco-algérienne en 1983.

Contexte géologique[modifier | modifier le code]

L' Anou Ifflis, ainsi que l' Anou Boussouil (-805 m) voisin, sont des regards sur la zone de transfert vertical des eaux souterraines du massif.

Localisation[modifier | modifier le code]

L'entrée de l'Anou Ifflis (alias D3), se trouve en bordure de la grande dépression de Ras Timédouine, orientée Est-Ouest, sous les crêtes de l'Akouker.

Description[modifier | modifier le code]

L'entrée s'ouvre à la cote 2 150 m par un passage étroit et vertical entre les blocs.

Après une désescalade de quelques mètres on atteint le sommet d'un premier passage étroit à forte pente (« Le Toboggan »).

Les premiers mètres de la cavité sont difficiles et encouragent même à faire... demi-tour.

Au bas d'un puits de 90 mètres de profondeur (P90), l'ambiance devient différente, une grande salle d'effondrement offre plusieurs possibilités de progression.

Ce gouffre est à caractère composite, c'est-à-dire qu'il conjugue des formes de creusement différentes selon la profondeur.

De 0 à -210 m, la cavité s'apparente à un gouffre tectonique inactif (sans écoulement pérenne) légèrement retouché par des écoulements, présentant des étroitures, des puits et des failles.

Le P90 (cf. supra) est en réalité un grand vide interne dû à la décompression du massif et exploité simultanément par la dissolution et les effondrements.

De -210 m à -975 m, se rencontrent successivement :

  • Une galerie en méandre longue de 300 m (de -210 m à -300 m), généralement bien calibrée et agrémentée de quelques crans verticaux. Un ruisseau provenant des rivières de la crête de L'Akouker rejoint le cheminement.
  • Une succession de puits failles de grandes dimensions de -300 m à -800 m, dans lesquels cascade le ruisseau. La morphologie des puits est étroitement liée à la forte détente du massif.
  • Un collecteur apparait vers -920 m. Le ruisseau de -210 m rencontre ici un écoulement important de l'ordre de 10 litres par seconde à l'étiage qui circule dans un conduit cascadant.
  • Un tronçon en méandre, fait alterner bassins profonds, marmites et ressauts.

Enfin, après un P134 et un P32, le cheminement se termine sur un siphon à -1 159 m.

Les remplissages du gouffre[modifier | modifier le code]

Tout au long du cheminement se rencontrent divers types de remplissage sédimentaires et de concrétions

  • Coulées stalagmitiques fortement érodées (méandre de -250 m)
  • Taches d'argile de type peau du léopard sur l'ensemble des parois entre -180 m et -530 m ; elles ont inspiré le nom du gouffre.
  • Abondants dépôts de galets et de sables dans le méandre de -250 m).

Ces indices indiquent des phases d'écoulements majeurs (érosion mécanique notable) et des mises en charge indiscutables (taches d'argile)[1].

Sources, notes et autres références[modifier | modifier le code]

  • Rapports d'expédition FFS du CESAME et du Clan des Tritons

Notes[modifier | modifier le code]

  1. gouffre Anou Ifflis contient un pléonasme car « Anou » signifie « gouffre » en langue kabyle
  2. Selon certaines sources Iffis désigne la hyène tachetée du Djurdjura et non le léopard (cf. Le gouffre du Léopard 2)

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Gouffres les plus profonds du monde », National Park Service, U.S. Interior Departement (consulté le 27 août 2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]