Jean-Baptiste Billot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Billot.
Jean-Baptiste Billot
Jean-Baptiste Billot.jpg
Fonctions
Sénateur inamovible
Ministre de la Guerre (d)
Député
Sénateur de la Troisième République
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Allégeance
Activités
Autres informations
Arme
Conflit
Distinction

Jean-Baptiste Billot, né à Chaumeil (Corrèze) le et mort à Paris le , est un général et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Billot entre à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr en 1847 (promotion "de la république", 1847-1849), il intègre à sa sortie en 1849 le corps d'état-major avec le grade de sous-lieutenant. C'est un officier de convictions républicaines, qui vote non au plébiscite de 1851 accordant les pleins pouvoirs à Louis-Napoléon Bonaparte.

Il poursuit néanmoins une brillante carrière sous l'empire, promu lieutenant en 1852, puis capitaine en 1854. Il reçoit la légion d'honneur en 1859.

Billot participe à l’expédition du Mexique (1861-1867) : commandant de l'État de Chihuahua puis de Querétaro avec le grade de chef d'escadrons (1863), il reçoit sept citations à l'ordre de l'armée et la croix d'officier de la légion d'honneur en 1867. Il refuse le poste de sous-secrétaire d'État à la guerre de l'empereur Maximilien. À son retour en France, il fait un riche mariage. En 1869, Billot est nommé chef d'état-major de la province de Constantine, en Algérie, avec le grade de lieutenant-colonel.

Il participe à la guerre franco-prussienne de 1870, d'abord comme chef d'état-major du général Jules de Laveaucoupet, commandant de la 3e division d'infanterie du 2e corps du général Frossard. Billot participe aux batailles de Sarrebruck, Forbach où il est cité à l'ordre de l'armée, Borny et Noiseville. Il arrive à s'échapper après la prise de Metz et se met au service du nouveau gouvernement. Il est promu colonel, puis général de brigade et général de division à titre provisoire. Chef d'état-major puis commandant du 18e Corps d'armée, Billot est battu à Beaune-la-Rolande le . Confirmé comme général de brigade à titre permanent, il participe à la bataille de Villersexel en janvier 1871.

En 1871, Billot est élu député de la Corrèze avant de représenter ce département comme sénateur inamovible à partir de 1875. Il siège dans les rangs des républicains (centre-gauche)[1].

Promu général de division en 1878, il reçoit le commandement de la 1re division d'infanterie en 1879, puis celui du 15e corps d'armée, à la tête duquel il organise les embarquements pour l'expédition de Tunisie de 1880 à 1881. En 1882 il est ministre de la Guerre dans le gouvernement Freycinet. Il alterne dès lors commandements militaires et postes politiques : vice-président du Conseil supérieur de la Caisse des offrandes nationales et membre du Conseil supérieur de la guerre de 1883 à 1896, commandant le 1er corps d'armée de 1884 à 1888, puis Ministre de la guerre dans le gouvernement Méline de 1896 à 1898. Il se retrouve à ce titre mêlé à l'affaire Dreyfus et prend le parti de couvrir le crime de ses subordonnés pour accabler Dreyfus et Picquart et couvrir Esterhazy[2].

Grand-croix de la Légion d'honneur en 1896 et médaillé militaire en 1897, le général Billot est également grand-croix de l'ordre du Cambodge, alors un protectorat français, en 1898 et de l'ordre de la Couronne de Roumanie.

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.senat.fr/senateur-3eme-republique/billot_jean_baptiste1437r3.html
  2. Sur son rôle dans l'Affaire, voir Philippe Oriol, L'Histoire de l'affaire Dreyfus de 1894 à nos jours, Les belles Lettres, 2014.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Bordes, L'aventure mexicaine du général Jean-Baptiste Billot (1862-1867), Publibook, 2007, 352 p..
  • « Jean-Baptiste Billot », dans Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, [détail de l’édition]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]