Front national britannique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir BNF et NF.

Front national britannique
(en) British National Front
Image illustrative de l’article Front national britannique
Logotype officiel.
Présentation
Chef Tony Martin[1]
Fondation
Siège PO Box 114, Solihull, Midlands de l'Ouest, B91 2UR
Chef adjoint Jordan Pont[1]
Positionnement Extrême droite[2]
Idéologie Fascisme britannique
Néofascisme
Nationalisme
Suprémacisme blanc[3]

Factions internes :
Néonazisme[4]
Populisme racial[5]
Strasserisme et Troisième position
Couleurs Rouge, blanc et bleu
Site web nationalfront.info

Le Front national britannique (en anglais : British National Front, abrégé en BNF), également appelé Front national (en anglais : National Front ou NF), est un parti politique ultranationaliste du Royaume-Uni créé en 1967. Il a connu le succès dans les années 1970-1980. Ce parti est opposé au multiethnisme et au multiculturalisme.

Idéologiquement positionné à la droite radicale et à l'extrême droite de la politique britannique, le NF a été qualifié de fasciste ou de néo-fasciste par les politologues. Différentes factions ont dominé le parti à différents moments de son histoire, chacune ayant son propre penchant idéologique, y compris les nationaux-socialistes, les strasseristes et les populistes radicaux. Le parti adhère à la vision nationaliste ethnique voulant que seuls les Blancs soient citoyens du Royaume-Uni. Il appelle à la fin de la migration des non-blancs au Royaume-Uni. Un groupe nationaliste blanc, il promeut le racialisme et est considéré comme étant diffuseur de la Théorie du complot du génocide blanc, appelant au séparatisme racial mondial et condamnant les relations interraciales et le métissage. Il adhère aux théories du complot antisémite, approuvant le négationnisme de l'Holocauste et affirmant que les Juifs dominent le monde à la fois par le communisme et par le capitalisme financier. Il promeut le protectionnisme économique, l'euroscepticisme et une transformation de la démocratie libérale, tandis que ses politiques sociales s'opposent au féminisme, aux droits des LGBT et à la permissivité de la société.

Après le BNP, le NF a été le groupe d'extrême droite le plus titré de la politique britannique depuis la Seconde Guerre mondiale. Au cours de son histoire, il a mis en place des sous-groupes tels qu'une association de syndicalistes, un groupe de jeunes et l'organisation musicale Rock Against Communism. Seuls les Blancs sont autorisés à adhérer au parti. À son apogée, la majeure partie de son soutien provenait des communautés de travail et des classes moyennes inférieures britanniques du Nord de l'Angleterre et de l'est de Londres. Le NF a suscité beaucoup d'opposition de la part des groupes de gauche et antifascistes au cours de son histoire, et la loi interdit aux membres du NF d'exercer diverses professions.

Idéologie[modifier | modifier le code]

Parti d'extrême droite[6], le NF a donc à la fois des points communs et des différences avec les groupes d'extrême droite les plus âgés[7]. Les politologues et les historiens le qualifient de fasciste[8]. Le psychologue politique Michael Billig a noté que la FN affichait de nombreuses caractéristiques récurrentes du fascisme: un accent mis sur le nationalisme et le racisme, une position antimarxiste, un étatisme et un soutien au capitalisme, ainsi qu'une vision hostile de la démocratie et de la liberté individuelle[9]. L’historien Martin Durham a déclaré que le FN - à l’instar du Front national français et des républicains allemands - représentaient "les descendants directs du fascisme classique"[10]. La NF a rejeté le terme "fasciste" pour se décrire[11]. En plus de nier les activités fascistes antérieures de ses dirigeants, il a affirmé qu'il ne pouvait pas être fasciste car il avait participé aux élections. Le politologue Stan Taylor a fait valoir que cette affirmation était obsolète, car de nombreux partis fascistes antérieurs - dont la British Union of Fascists, le Parti national-socialiste des travailleurs allemands et le Parti national fasciste italien - se sont également présentés aux élections[12]. Comme pour d'autres groupes politiquement extrémistes, l'image que le Front présentait au public était une version limitée et plus modérée de l'idéologie de son noyau interne de membres[13]. Comme l'a noté Billig, "le noyau idéologique et les tendances extrémistes du NF sont cachés" afin de ne pas effrayer les recrues potentielles sensibles à sa position nationaliste et anti-immigration, mais non à ses théories conspirationnistes antisémites[14]. Tout en notant que ses opinions sur la race s'écartaient considérablement "de ce qui est normal ou acceptable pour le citoyen moyen" au Royaume-Uni, le politologue Nigel Fielding a observé que nombre de ses autres opinions étaient fondées sur ce qui serait considéré comme "une opinion populaire de bon sens". "à travers la droite politique[15]. Dans les années 1970, plusieurs politiques du NF étaient proches des vues communes sur la droite du parti conservateur, Bien que Tyndall ait éloigné le NF du conservatisme, déclarant dans Spearhead que son parti ne représentait pas "un conservatisme super réactionnaire - plus conservateur que les conservateurs", il était une force révolutionnaire poursuivant une transformation radicale de la Grande-Bretagne[16].

Factions internes[modifier | modifier le code]

Au cours de son histoire, le NF comprenait diverses factions ayant des positions idéologiques distinctes. Depuis les débuts du parti jusqu'à la scission de Tyndall / Webster en 1980, son idéologie et sa production de propagande étaient dominées par la faction de l'ex-GBM. Selon Wilkinson, la direction de cette faction était "profondément imprégnée des idées nazies" et conservait "des liens intimes avec de petites cellules néo-nazies en Grande-Bretagne et à l'étranger".[17].

À la fin des années 1970, la faction "populiste" s'est développée et a contesté la domination de l'ancienne faction GBM; Selon Thurlow, ses membres étaient des "populistes racistes pseudo-conservateurs", représentant "l'élément non-fasciste et apparemment plus démocratique" du parti[18] Après que Tyndall et Webster aient été évincés et remplacés par Brons et Anderson, une nouvelle faction a pris le contrôle du parti dont les membres se considéraient comme strasseristes, s'inspirant des membres de l'aile gauche du parti nazi allemand Otto Strasser et Gregor Strasser[19]. Cette faction a adopté l'idéologie de la Troisième position et s'est inspirée de la Troisième théorie internationale de Kadhafi[20]; leurs points de vue ont également été qualifiés de nationaux-bolcheviques[21].

Histoire[modifier | modifier le code]

Formation à la fin des années 1960[modifier | modifier le code]

Un mouvement vers une unité de l'extrême droite est croissant au cours des années 1960 lorsque des groupes travaillent plus étroitement ensemble. Un élan est donné lors des élections générales britanniques de 1966, quand un Parti conservateur modéré est défait et AK Chesterton, un cousin du romancier G. K. Chesterton et leader de la League of Empire Loyalists (LIE), fait valoir qu'un parti de droite patriotique et racialiste a gagné l'élection[22]. Peu de temps après, Chesterton ouvrit des pourparlers avec l'incarnation des années 1960 du Parti national britannique (qui lui a déjà discuté d'un accord possible avec le nouveau Parti national démocrate) et sont convenus d'une fusion avec eux, avec le Parti national britannique de Philippe Maxwell abordé lors de la conférence de la League of Empire Loyalists en [23]. Une partie de la Racial Preservation Society dirigée par Robin Beauclair accepte également d'y participer, les autres choisissant le Parti national britannique, ainsi le Front national britannique est fondé le [24].

Son objectif était de s'opposer aux politiques d'immigration et de multiculturalisme en Grande-Bretagne, et les accords multinationaux tels que les Nations unies ou l'Organisation du traité de l'Atlantique nord pour remplacer les accords bilatéraux négociés entre les nations. Bien que ce nouveau parti ait exclu toute adhésion de groupes développant une idéologie néo-nazie, certains membres du Mouvement néo-nazi de Grande-Bretagne de John Tyndall l'ont rejoint en tant que membre individuels, effectuant ainsi une politique d'entrisme afin de contourner l'interdiction[25].

Développement au début des années 1970[modifier | modifier le code]

Dans les années 1960, la frange radicale du Parti conservateur conduite par Enoch Powell développe une propagande ouvertement raciste (« si tu veux que ton voisin soit nègre, vote travailliste ») et popularise les thématiques racistes et anti-immigrés dans le débat public qui favoriseront par la suite l'émergence du National Front[26].

Manifestation du parti dans les années 1970.

Le Front national britannique se développe pendant les années 1970 et compte entre 16000 et 20000 membres en 1974, et 50 branches locales[27]. Sa base électorale est largement composée de cols bleus et d'entrepreneurs individuels qui ont ressenti la concurrence des immigrés dans le marché du travail et pour les rares logements. Quelques recrues viennent du Monday Club au sein du Parti conservateur, qui avait été fondée en réaction au discours d'Harold Macmillan: Wind Of Change. Le Front national britannique a combattu sur une plate-forme d'opposition au communisme et au libéralisme, de soutien au loyalisme d'Ulster, d'opposition à la Communauté économique européenne, et le rapatriement obligatoire des nouveaux immigrés du Commonwealth qui sont entrés en Grande-Bretagne avec la permission de la British Nationality Act de 1948[28],[29]. En mai 1973, lors d'une élection à West Bromwich West, le candidat du Front national britannique, l'organisateur des activités nationales du parti, Martin Webster, a reçu 4 789 votes (16,2 %), un résultat qui a choqué le monde politique et médiatique. Un spectacle commun dans les années 1970 en Angleterre, le Front national britannique était connu pour ses manifestations dans la rue, particulièrement à Londres, où il est confronté aux protestations antifascistes de la part de groupes issus de la gauche, incluant l'International Marxist Group and l'International Socialists (qui deviendra plus tard le Parti socialiste des travailleurs). Les opposants au Front national britannique affirment que celle-ci est une organisation néo-fasciste, et des groupes anti-racistes comme le Searchlight s'opposent à ses activités. Le parti a été dirigé en premier par Chesterton, qui a quitté ses fonctions sous le feu des critiques de la moitié de la direction (dirigée par le major financeur du parti, Gordon Marshall) et a proposé une motion de censure sur lui. Il est remplacé en 1970 par John O'Brien, un ancien conservateur et soutien de Enoch Powell. O'Brien, cependant, a quitté ses fonctions quand il a réalisé que le leadership du parti était systématiquement pris en charge par les anciens membres du Greater Britain Movement, afin d'assurer que le parti a bel été bien géré par John Tyndall et son adjoint Martin Webster[30]. O'Brien et le trésorier du parti Clare McDonald ont dirigé un petit groupe de supporters dans le parti de John Davis, National Independence Party, et la direction du Front national britannique a été attribuée à Tyndall et Webster.

Apogée et succès du parti au milieu des années 1970[modifier | modifier le code]

Entre 1973 et 1976, le Front national britannique a eu une meilleure performance aux élections locales, et aussi dans plusieurs élections législatives, plutôt qu'aux élections générales. Aucun candidat parlementaire n'a gagné de siège, mais le parti a sauvé son dépôt à une occasion[31],[32].

Le parti a cherché à étendre son influence sur les « dominions blancs » du Commonwealth[33]. En 1977, des organisations d'outre-mer ont été mises en place en Nouvelle-Zélande (New Zealand National Front), en Afrique du Sud (South African National Front[34]) et en Australie (National Front Australia).

Une organisation canadienne s'est également constituée (National Front of Canada) mais elle n'a pas réussi à décoller[35].

En 1974, le documentaire d'ITV This Week a révélé les passés néonazis (et des liens continus avec les nazis d'autres pays) de Tyndall et Webster. Une conférence annuelle orageuse en résulte deux semaines plus tard, où Tyndall était hué avec « Nazi ! Nazi ! » quand il a essayé de faire son discours. En conséquence, la direction du parti a été attribuée au populiste John Kingsley Read. Un stand-off entre Read et ses partisans (tels que Roy Painter et Denis Pirie) et Tyndall et Webster ont suivi, conduisant à un statu quo temporaire de la croissance du parti. Peu de temps après, Read et ses partisans ont fait sécession et Tyndall revint en tant que leader. Read a formé l'éphémère National Party, qui a gagné deux sièges au conseil de Blackburn en 1976[36].

Un défilé du Front national britannique a entraîné la mort d'un jeune homme de 21 ans, Kevin Gately, et des dizaines de personnes (dont 39 policiers) ont été blessées, dans les affrontements entre les militants du parti et les membres d'organisations anti-fascistes[37].

Le parti s'est également opposé à l'adhésion britannique à la CEE, qui a débuté le 1er janvier 1973. Le 25 mars 1975, 400 sympathisants ont manifesté à travers Londres pour protester contre l'adhésion à la CEE, principalement dans le borough londonien d'Islington, zone de la capitale[38]

En 1976, les finances du mouvement ont été améliorées, et 14000 membres ont cotisé pour le parti[27]. Une campagne a été lancée pour soutenir Robert Relf, emprisonné pour avoir refusé de retirer un panneau extérieur de son domicile déclarant qu'il était à vendre uniquement à des acheteurs anglais. Le meilleur résultat du parti a été atteint lors des élections locales de mai, à Leicester, où 40 candidats ont remporté 14566 voix, soit près de 20 % du total des voix[39] En juin, la croissance du parti était la plus forte jamais connue. En mai 1977, lors des élections du Greater London Council, le parti a récolté 119,060 voix et le Parti libéral a été battu dans 33 des 92 circonscriptions[40].

Une interdiction par la police au parti de défiler à Hyde en octobre 1977 a été défiée par Martin Webster, qui marchait séparément seul porteur du drapeau du Royaume-Uni et d'un panneau sur lequel il était écrit: « Defend British Free Speech from Red Terrorism », entouré par 2 500 policiers et badauds. Il a été autorisé à défiler, comme « un seul homme » ne constitue pas une rupture du Public Order Act de 1936. La tactique a divisé l'Anti-Nazi League en deux tout nécessaires pour attirer davantage la publicité médiatique pour le Front.

Fin des années 1970: émeutes, luttes intestines et chute[modifier | modifier le code]

1980 : deux Fronts nationaux[modifier | modifier le code]

Années 1990 et 2000[modifier | modifier le code]

Historique des dirigeants[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Tony Martin, « Yesterday the Directorate appointed me Chairman of the National Front and Jordan Pont as deputy », sur nationalfront.info, (consulté le 14 septembre 2018)
  2. Husbands 1983, p. 6.
  3. Jackson 2011, p. 18.
  4. Thurlow 1987, p. 292.
  5. Thurlow 1987, p. 283, 284.
  6. Husbands 1983, p. 6.
  7. Fielding 1981, p. 192.
  8. Billig 1978, p. v; Taylor 1982, p. 79; Eatwell 2003, p. 336.
  9. Billig 1978, pp. 6–7.
  10. Durham 1998, p. 2.
  11. Taylor 1982, p. 79; Durham 1998, p. 171.
  12. Taylor 1982, pp. 79–80.
  13. Taylor 1982, pp. 96–97.
  14. Billig 1978, p. 191.
  15. Fielding 1981, p. 121.
  16. Billig 1978, p. 81.
  17. Wilkinson 1981, p. 73.
  18. Thurlow 1987, pp. 283, 284.
  19. Baker 1985, p. 23.
  20. Sykes 2005, pp. 119—120.
  21. Baker 1985, p. 30.
  22. M. Walker, The National Front, Glasgow: Fontana Collins, 1977, p. 58
  23. Walker, The National Front, Glasgow: Fontana Collins, 1977, p. 65
  24. S. Taylor, The National Front in English Politics, London: Macmillan, 1982, p. 18-19
  25. Taylor, The National Front in English Politics, London: Macmillan, 1982, p. 19
  26. Nicolas Lebourg, Le monde vu de la plus extrême droite. Du fascisme au nationalisme-révolutionnaire, Presses universitaires de Perpignan, , p. 161
  27. a et b The National Front, Nigel Fielding, Taylor & Francis, 1981, p. 38.
  28. Fielding, p. 46–50.
  29. Whitewash: racialized politics and the media, John Gabriel, Routledge, 1998, p. 158.
  30. Taylor, The National Front in English Politics, London: Macmillan, 1982, p. 22–23
  31. Whitewash: racialized politics and the media, John Gabriel, Routledge, 1998, p. 157–159
  32. The radical right in Western Europe: a comparative analysis, Herbert Kitschelt, University of Michigan Press, 1997, p. 251.
  33. NF Policy Committee Britain: World Power Or Pauper State 1974
  34. see Hill, Ray and Bell, Andrew The Other Face of Terror Grafton (1988)
  35. Ó Maoláin, Ciarán The Radical Right: A World Directory Longman (1987) p. 47
  36. M. Walker, The National Front, Glasgow: Fontana, 1977, p. 187–90
  37. (en) « 1974: Man dies in race rally clashes », BBC News,‎ (lire en ligne)
  38. (en) « 1975: National Front rallies against Europe », BBC News,‎ (lire en ligne)
  39. http://www.marxists.org/history/etol/newspape/isj/1976/no093/leicester.htm
  40. http://www.national-front.org.uk/nfhistory.htm

Référence culturelle[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]