William Joyce

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Joyce.
William Joyce
The Capture of William Joyce, Germany, 1945 BU6910.jpg

Joyce peu après son arrestation en 1945.

Naissance
Décès
Nationalités
britannique, allemande (à partir de ), américaine +/-
Activité
Partis politiques

William Joyce, appelé Lord Haw-Haw, est un homme politique et journaliste fasciste américano-britannique durant la Seconde Guerre mondiale, né le à Brooklyn et exécuté le à Londres, pour haute trahison par le Gouvernement britannique pour ses activités durant la guerre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancien membre de l’Union britannique des fascistes (British union of fascists – BUF), expatrié en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale, il enregistra des émissions radiophoniques de propagande pro-nazies qui débutaient invariablement par « Germany calling, Germany calling ». Il était connu sous le sobriquet de Lord Haw-Haw dû à son accent très oxfordien.

Il fut accusé de haute trahison au détriment d'un pays dont il n'était pas ressortissant bien qu'y ayant passé presque toute sa vie. Né d'un père nord-irlandais sur le sol des États-Unis, William Joyce possédait en effet la citoyenneté américaine. Il avait pris la nationalité allemande pendant le conflit.

Du fait de ses origines, il avait cependant pu obtenir pendant les années 1930 un passeport britannique, qu'il avait utilisé pour aller assister au congrès de Nuremberg. Ce détail ainsi que des pièces à conviction fournies par la soprano Margery Booth permirent de le condamner pour trahison. Il fut arrêté le dans un bois entre Hambourg et la frontière danoise, trahi par son accent aristocratique alors qu'il parlait avec deux officiers britanniques venus ramasser du bois[1]. Il fut pendu le 3 janvier 1946 par le bourreau Albert Pierrepoint à la prison de Wandsworth à Londres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chroniques de la Seconde Guerre mondiale, éd. Chronique, novembre 1900, p. 641.

Voir aussi[modifier | modifier le code]