Gallerie dell'Accademia de Venise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gallerie dell'Accademia de Venise
Accademia (Venice).jpg

La façade de la Gallerie dell'Accademia

Informations générales
Ouverture
Surface
12000 m2
Visiteurs par an
356.191 (en 2008)[1]
Site web
Collections
Collections
La plus importante collection de peintures vénitiennes
Nombre d'objets
Environ 400
Bâtiment
Architecte
Localisation
Pays
Commune
Adresse
Gallerie dell'Accademia
1050, Campo della Carità, Venezia, 30123
Coordonnées
Localisation sur la carte d’Italie
voir sur la carte d’Italie
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Venise
voir sur la carte de Venise
Red pog.svg

Les Gallerie dell'Accademia rassemblent une importante collection de peintures vénitiennes datant du XIVe siècle au XVIIIe siècle. Des chefs-d'œuvre des plus grands maîtres tels que Bellini, Giorgione, Carpaccio, Tintoretto, Véronèse et Tiepolo y sont conservés. Le but de ce musée était essentiellement didactique.

Origine du musée[modifier | modifier le code]

En 1750, le sénat Vénitien crée l'école d’architecture, de peinture et de sculpture de l'Académie des beaux-arts de Venise. Il s’agissait, alors, de reproduire des institutions officielles majeures qui existaient à l’époque et que l’on pouvait trouver à Rome, Bologne ou Milan. Ce fut une des premières institutions à étudier l’art de la restauration dès 1777, formalisé officiellement en 1819.

Giambattista Tiepolo, Francesco Hayez, Nono, Ettore Tito, Arturo Martini, Alberto Viani, Carlo Scarpa, Afro, Santomaso, et Emilio Vedova comptèrent parmi les professeurs les plus prestigieux.

Les galeries de peintures, en tant que telle, de l’Académie des beaux-arts de Venise, voient officiellement le jour le , à la faveur d’un décret de Napoléon Bonaparte qui les installe à leur emplacement actuel dans le complexe des anciens couvent des Canonici Lateranensi et église et scuola de Santa Maria della Carità, avant d'ouvrir au public en 1817. En 1879, l'Académie des beaux-arts de Venise est séparée des galeries, puis transférée en 2004 dans l'ex-hôpital des Incurables.

Le musée[modifier | modifier le code]

Les bâtiments du musée comprennent vingt-quatre salles réparties autour de deux cours, dont une grande cour intérieure conçue par Palladio. L’accès au musée s’effectue par le Campo della Carità donnant lui-même sur le Grand Canal et le Pont de l’Académie. L’ordonnancement des salles dans lesquelles se trouvent les œuvres, respecte un ordre chronologique.

Depuis quelques années le musée est en cours d'agrandissement. En effet, en 2005 l'Académie des Beaux Arts de Venise, qui occupait une partie des locaux, a déménagé. Le réaménagement du musée se poursuit depuis par petites touches. L'objectif de ce projet est de quasiment doubler la surface des espaces du musée, celui-ci devant passer de 6000 m² à plus de 10 000 m², avec l'ouverture de 30 nouvelles salles. A terme le musée pourra présenter environ 800 tableaux, soit deux fois plus qu'aujourd'hui. La date d'achèvement des travaux reste incertaine, en raison notamment des difficultés de financement. Quoi qu'il en soit, le musée est toujours resté ouvert durant les travaux.

Les collections[modifier | modifier le code]

Les Gallerie dell'Accademia constituent la plus grande collection de peintures vénitiennes du XIVe siècle au XVIIIe siècle. Les premiers noyaux de collection étaient formés de dons et essais des académies, du transfert de la vieille Academia ou encore certaines œuvres restées sur place, qui appartenaient à l'église Santa Maria della Carità[2].

Pietro Edwards en fut nommé le conservateur. Il était déjà responsable des peintures publiques depuis 1778, il exerça cette fonction jusqu'au déclin de la République. Tous les gouvernements qui succédèrent à celle-ci le trouvèrent utile et indispensable à la bonne gestion des collections. Il conserva une tâche semblable sous la domination autrichienne et sous le Royaume d'Italie. Cependant il ne put empêcher la dispersion de grands ensembles et le transfert d'œuvres capitales à Brera. La France dut restituer quelques peintures parmi lesquels le Repas chez Levi de Véronèse et des portraits d'églises vénitiennes. À cette époque arrivèrent les premières aides privées[3].

Les dons les plus importants ont été sans doute ceux de Girolamo Contarin qui offrit sa collection de quatre-vingt-huit œuvres en 1838 ou encore ceux du frère de Canova qui légua une série de grands plâtres du Thésée et le Centaure et d'Hercule et Lycas.

En 1822, l'abbé Celotti réussit à acquérir la collection Giuseppe Bossi, formé de 3 000 pièces parmi lesquels l'homme de Vitruve de Léonard de Vinci et des dessins préparatoires pour la bataille d'Anghiari, des dessins de Michel-Ange, de Raphaël, du Pérusin, de Giovanni Bellini, des écoles bolonaise, romaine, toscane, ligurienne. Toujours grâce à cet abbé, deux ans plus tard 602 dessins de Giacomo Quarenghi furent achetés[4].

Œuvres majeures[modifier | modifier le code]

Jérôme Bosch

Jacopo Bassano

  • Saint Jérôme, 1556, 119 × 154 cm

Gentile Bellini

  • La Procession sur la place Saint-Marc, 1496, 367,5 × 746 cm
  • Miracle de la Croix tombée dans le canal San Lorenzo, 1500 (environ), 323 × 430 cm

Giovanni Bellini

  • Pala di San Giobbe, 1487 (environ) 471 × 258 cm
  • Pietà, 1505, 65 × 90 cm
  • Madone avec les saintes Anne et Madeleine, 1500 (environ), 58 × 107 cm

Bernardo Bellotto

  • Le rio dei Mendicanti et la scuola de san Marco, 1740, 42 × 69 cm

Paris Bordone

  • La Consigne de l'anneau au Doge, 1534, 370 × 300 cm

Canaletto

  • Perspective avec portique, 1765, 131 × 93 cm

Vittore Carpaccio

  • Histoire de sainte Ursule (1490-1495) : 9 tableaux

Rosalba Carriera

  • Portrait de jeune fille de la famille Le Blond, 1730, 34 × 27 cm

Cima da Conegliano

  • Madone d'Arancio, 1496, 212 × 139 cm

Domenico Fetti

  • David, 1620 (environ), 175 × 128 cm

Giorgione

  • La Vieille Femme, 1506, 68 cm × 59 cm
  • La Tempête, 1507-1508, 82 cm × 73 cm

Francesco Guardi

  • Incendie au dépôt d’huile de San Marcuola, 1790, 41 × 60 cm
  • Le Bassin de San Marco avec San Giorgio et la Giudecca, 1780, 72 × 97 cm

Jacobello del Fiore

  • Couronnement de Marie au Paradis, 1438

Johann Liss

  • Le Sacrifice d’Isaac,

Pietro Longhi

  • Le Petit Concert, 1741, 60 × 48 cm
  • L’Apothicaire, 1752, 60 × 48 cm
  • La Toilette, 1741 (environ) 60 × 49 cm

Lorenzo Lotto

  • Le Jeune Malade, 1527, 98 × 116 cm

Andrea Mantegna

Michele Marieschi

  • Capriccio avec édifice gothique et obélisque, 1741, 55 × 83 cm

Hans Memling

  • Portrait d'un jeune homme devant un paysage, 1480 (environ), 26 × 20 cm

Giovanni Battista Piazzetta

  • La Devineresse, 1740, 154 × 114 cm

Piero della Francesca

Giambattista Tiepolo

  • Le Viol d'Europe, 1725 (environ) 99 × 134 cm
  • Apparition de la Sainte famille à saint Gaétan, 1735-36, 128 × 73 cm
  • Sainte Hélène retrouve la vraie croix, 1745

Le Tintoret

  • Le Miracle de saint Marc, 1548, 416 × 544 cm
  • Le Transfert du corps de saint Marc, 1562, 398 × 315 cm
  • La Tentation d’Adam, 1551 - 1552, 150 × 220 cm
  • Le Meurtre d’Abel, 1551-1552, 149 × 196 cm

Le Titien

  • Pietà, 1575-1576, 389 × 351 cm
  • Saint Jean-Baptiste dans le désert, 1542 (environ) 201 × 134 cm

Gaspare Traversi

  • Le Blessé, 1752, 101x127 cm

Cosmè Tura

  • Madone au zodiaque, 1459-1463, 61 × 41 cm

Paolo Veneziano

  • Le Couronnement de la Vierge, Histoire de Jésus et de saint François
  • Polyptyque de l'Annonciation,

Paolo Veronese

  • Repas chez Levi, 1573
  • Vierge à l’Enfant sur le trône avec saint Jean Baptiste et des saints, 1562-1564, 341 × 193 cm
  • Le Mariage mystique de sainte Catherine d'Alexandrie, 1575 (environ) 337 × 241 cm
  • Annonciation, 1573, 271 × 541 cm

Alvise Vivarini

  • Vierge à l’Enfant, avec sainte Anne, saint Joachim et saints, 1480, 175 × 196 cm

Antonio Vivarini

  • Triptyque de la Vierge de Charité d’Antonio Vivarini et Giovanni d'Alemagna, 1480, 175 × 196 cm

Illustrations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D'après WP:IT
  2. Giovanni Nepi Scirè, Les Galeries de l'Accademia de Venise catalogue général, Electa, , 259 p. (ISBN 978-88-370-6474-7), p. 13
  3. Giovanni Nepi Scirè, Les Galeries de l'Accademia de Venise catalogue général, Electa, (ISBN 978-88-370-6474-7), p. 14
  4. Giovanni Nepi Scirè, Les Galeries de l'Accademia de Venise catalogue général, Electa, (ISBN 978-88-370-6474-7), p. 17

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]