Celles-sur-Ource

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Celles-sur-Ource
Image illustrative de l'article Celles-sur-Ource
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Troyes
Canton Bar-sur-Seine
Intercommunalité Communauté de communes du Barséquanais
Maire
Mandat
Vincent Delot
2014-2020
Code postal 10110
Code commune 10070
Démographie
Population
municipale
499 hab. (2014)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 04′ 41″ nord, 4° 24′ 01″ est
Superficie 9,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte administrative de l'Aube
City locator 14.svg
Celles-sur-Ource

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Celles-sur-Ource

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Celles-sur-Ource

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Celles-sur-Ource

Celles-sur-Ource est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Topographie[modifier | modifier le code]

L'adjonction de sur-Ource a été autorisé par un décret du 30 janvier 1897.

Le cadastre de 1831 cite au territoire : Bois-du-roi, Bouverie, Bruyant, Creux-d'enfer, Fontaine-des-Corps, Granges, Huguenot, Mores, le Moulin du bas et celui du haut, Presle, ste-Marie, Val-Denré, Villenesse et Vivier.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au nord de l'Ource fut trouvé un cimetière antique.
Si il y avait plusieurs seigneurs à Celles, la seigneurie fut l'entière possession de l'abbaye de Molesme en 1250 par des dons. En 1238 il y avait comme biens communaux de vaines pâtures à Mores et Villenesse. En 1547, en plus du moulin déjà existant fut créé un moulin à papier.
En 1663 un incendie détruisait les cinq maisons des principaux habitants du village.
En 1789 Celles-sur-Ource dépendait :

  • du Bailliage de Troyes et du bailliage secondaire de Rumilly-les-Vaudès pour la part seigneuriale du roy qui avait sur place un prévôt[1].
  • de l'intendance et de la généralité de Dijon, de la recette de Bar-sur-Seine pour la part de l'abbaye de Molesme[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Entre le 29 janvier et le 29 novembre 1790, Celles faisait partie du canton de Bar-sur-Seine, puis du canton de Polisy jusqu'en An X.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1995 mars 2001 Michel Furdyna    
mars 2001 mars 2008 Michel Furdyna    
mars 2008 en cours Vincent Delot[3] DVD Agriculteur retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 499 habitants, en augmentation de 5,5 % par rapport à 2009 (Aube : 1,56 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
865 1 009 995 985 1 030 1 050 1 011 994 1 027
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
993 1 068 1 043 916 888 862 883 877 878
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
803 744 709 608 548 548 540 454 474
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
494 525 531 505 485 455 438 487 499
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (21,9 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (23,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 48,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,5 %, 15 à 29 ans = 12,6 %, 30 à 44 ans = 22,4 %, 45 à 59 ans = 22 %, plus de 60 ans = 21,5 %) ;
  • 51,1 % de femmes (0 à 14 ans = 18,8 %, 15 à 29 ans = 16,1 %, 30 à 44 ans = 20,1 %, 45 à 59 ans = 22,8 %, plus de 60 ans = 22,3 %).
Pyramide des âges à Celles-sur-Ource en 2008 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,4 
8,4 
75 à 89 ans
8,5 
13,1 
60 à 74 ans
13,4 
22,0 
45 à 59 ans
22,8 
22,4 
30 à 44 ans
20,1 
12,6 
15 à 29 ans
16,1 
21,5 
0 à 14 ans
18,8 
Pyramide des âges du département de l'Aube en 2008 en pourcentage[9].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,3 
6,5 
75 à 89 ans
10,3 
13,7 
60 à 74 ans
14,3 
21,2 
45 à 59 ans
20,6 
20,2 
30 à 44 ans
19,1 
19,0 
15 à 29 ans
17,1 
19,1 
0 à 14 ans
17,3 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Villenesse[modifier | modifier le code]

Ou encore Villenosse, ancien village dont le cimetière fut découvert entre l'Ource et le finage de Landreville. Une famille féodale du XIe siècle portait ce nom et Hildierius de Villenesse donnait au XIIe siècle ce qu'il possédaient à Grancey-sur-Ource à l'abbaye de Molesme. A la fin du XIe siècle, Othon de RIcey, vendait ce qu'il possédait de la seigneurie de Villenesse et ce qu'il possédait de du bénéfice curial de Vertault à la susnommé abbaye. Son frère Robert donait lui, quelques années après sa part de Villenesse et sa dîme de Vertault à Molesme. L'église de Villenesse était paroissiale et Eugène III confirmait sa possession par Molesme. Manasses, comte de Bar-sur-Seine, donniat ce qu'il possédait en villa de Villenese et infra parrochiatum ejustem ville à l'abbaye de Mores en 1165. En 1210 Philippe de Plancy, ainsi qu'Agnès de Bar-sur-Seine son épouse et leur fils Milon, firent don aux moines de Mores des droits de pâturage à Landreveille, Loches et Villenesse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]