Chauffour-lès-Bailly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bailly.

Chauffour-lès-Bailly
Chauffour-lès-Bailly
L'église Saint-Marcel-et-Notre-Dame-de-l'Assomption.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Troyes
Canton Bar-sur-Seine
Intercommunalité Communauté de communes du Barséquanais en Champagne
Maire
Mandat
Colette Clairin
2014-2020
Code postal 10110
Code commune 10092
Démographie
Population
municipale
119 hab. (2015 en diminution de 4,03 % par rapport à 2010)
Densité 6,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 11′ 50″ nord, 4° 19′ 47″ est
Superficie 19,01 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte administrative de l'Aube
City locator 14.svg
Chauffour-lès-Bailly

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Chauffour-lès-Bailly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chauffour-lès-Bailly

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chauffour-lès-Bailly

Chauffour-lès-Bailly est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Bailly était une commune jusqu'en 1804, le décret du 17 Thermidor An II la réunissait à celle de Chauffourt ; Bailly avait alors 88 habitants.
  • Calcis Furnus ou Calidus Furnus apparaît dès 1089 dans un cartulaire de l'abbaye de Molesme. La forme, Robertus de Calido Furno est mentionné dans un cartulaire de 1076[1] mais attribué à Nogent-sur-Vernisson (?) et un autre Huldeerus de Calido Furno, en 1172 comme vassal du comte de Champagne[2]

Histoire[modifier | modifier le code]

Chauffourt avait au territoire : l'Ame-Damnée, l'Arpillerie, Bailly, Beurie, Bidan, les Carreys[3], les étangs : Neuf, Crevé, Petit ; Forgetterie, Gauthier, Grand-Cour, Gran-champ, Haute-Borne, Haute-Fontaine, Hyot-Millot, la Loge, le Logis, Gaunne, la Martinière, les Noês, Perrot, Saint-Marcel, Tissier, Tuilerie, cités en 1825.

Le fief était de la chastellenie de Bar-sur-Aube don le premier seigneur connu était Huldeerus de calido furno en 1172 qui rendait hommage au comte de Champagne. Les derniers connu étaient Bertrand Bady de Mormond et sa sœur Marguerite Françoise qui avaient acheté la seigneurie à leur aîné Charles en 1789.

Chauffour avait une mairie en 1290 et une prévôté dés 1389.

En 1789, Chauffourt relevait de l'intendance et de la généralité de Dijon, de la recette du comté et du bailliage de Bar-sur-Seine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Jean-Pierre Bouet[4]    
mars 2014 en cours Colette Clairin DVD Agricultrice
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6].

En 2015, la commune comptait 119 habitants[Note 1], en diminution de 4,03 % par rapport à 2010 (Aube : +1,89 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
115113233227239241215225257
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
227224219210199187169160143
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
16414613014511112513710087
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
103104979110194105116119
2015 - - - - - - - -
119--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Marcel-et-Notre-Dame-de-l'Assomption a été inscrite monument historique par arrêté du 29 mai 1926[9].

Bailly[modifier | modifier le code]

Il y avait une chapelle à Bailly, mentionnée en 1390 et était une succursale de Marolles-les-Bailly comme Chauffourt. Le fief dépendait de Bar-sur-Seine et comme seigneurs connus il y avait Agnès qui en 1263 avait la maison-forte de Bailly. Erard et Guillaume d'Arcy qui possédaient Chaceney, Poligny et Chauffourt pour partie, Bailly en 1286. En 1389 Gautier IV, sire d'Arzillières tenait Bailly pour ses enfants mineurs qui est décrite : la maison forte entourée de fossés, cinq étangs, 120 journaux de terre arable, 560 arpens de bois, des terrages à Montreuil. La dernière dame de Bailly est Marguerite Charmotte Fleuriau de Morville en 1789.

Bidan[modifier | modifier le code]

Fief qui relevait de Bar-sur-Seine, qui désigne aussi un rû et un étang. Entre 1111 et 1132 Pierre de Bidan faisait un don de ce qu'il possédait en l'alleu d'Essoyes à l'Abbaye de Molesme c'était peut-être Bidan ? En 1389, Yolan de Dinnteville faisait hommage au roi pour son bois de Bidan, de 600 arpents et de la maison forestière close de pâlis et fossés incluse. Les gens de Chauffourt y avaient un droit de pâture. En 1789 Charles Bady de Monrmond faisait comme pour Chauffourt, le vendait à ses membres de la fraterie[10].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Laurent, Cartulaire de Molesme, II, p116, N°114.
  2. Auguste Longnon, Documents, I, N°150.
  3. Fief qui appartenait en 1587 à Jean de Lennoncourt.
  4. Conseil général de l'Aube mise à jour au 10 avril 2008
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  9. Notice no PA00078079, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. Archives départementales de la Côte-d'Or, B 11118.

Liens externes[modifier | modifier le code]