Flacy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Flacy
Flacy
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Sens
Intercommunalité Communauté de communes de la Vanne et du Pays d'Othe
Maire
Mandat
Claudine Pierre
2020-2026
Code postal 89190
Code commune 89165
Démographie
Population
municipale
110 hab. (2018 en diminution de 4,35 % par rapport à 2013)
Densité 8,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 13′ 38″ nord, 3° 36′ 17″ est
Altitude Min. 105 m
Max. 232 m
Superficie 12,5 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Sens
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Brienon-sur-Armançon
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Flacy
Géolocalisation sur la carte : Yonne
Voir sur la carte topographique de l'Yonne
City locator 14.svg
Flacy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Flacy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Flacy

Flacy est une commune française située dans le département de l'Yonne dans le nord de la Bourgogne, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Flacy est dans le nord du département de l'Yonne et est limitrophe au département de l'Aube[1].

Le village est à 1,5 km au sud de la route départementale D660 reliant Sens (28 km à l'ouest) et Troyes (39 km à l'est, dans l'Aube). Saint-Florentin est à 30 km au sud par la route départementale D30.
La sortie n° 19 (Villeneuve-l'Archevêque) de l'autoroute A5 est à 3 km au nord du village ; par cette autoroute Paris est à 143 km (N-O). L'échangeur de la A5 avec le début de l'autoroute A19 est à 26 km à l'ouest (au nord de Sens). Auxerre, sa préfecture, est à 55 km plein sud[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La limite de commune au nord avec Bagneaux et Vulaines est marquée par la rivière Vanne, coulant vers l'ouest et vers l'Yonne. Deux de ses affluents de rive gauche traversent la commune de Flacy : (d'amont en aval) le fossé de Tiremont et le ruisseau de Cérilly[2].

L’aqueduc d'Armentières (8,7 km de long), qui commence environ 4 km à l'est de Flacy, longe le côté sud du village et va vers l'ouest retrouver le début de l'aqueduc de la Vanne qui alimente Paris[2]. La source Gaudin participe elle aussi à l’alimentation de Paris en eau.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Flacy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Sens, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 65 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[6],[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Flaciacum au VIIe siècle[8], Flaceius en 1023, Flasceium en 1163, et Flacy en 1363[réf. souhaitée].

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint Didier, évêque d'Auxerre 605-621, fait don de la terre de « Flaciacum » au chapitre de Saint-Étienne d'Auxerre[8]. Saint Pallade (évêque 622-658) le prend de Saint-Étienne pour le donner à l'abbaye Saint-Julien d'Auxerre, qu'il vient de déménager dans des bâtiments construits par ses soins et dans lesquels il a installé des bénédictines[9].

Flacy est cité en 1146 par le don que faisait Anseau aux moines de Vauluisant de ce qu'il possédait à Flacy avant de partir en croisade. Il y avait un château au nord de l'église, deux corps de bâtiment, un colombier ceint d'un fossé avec pont-levis. Il faisait partie du fief de Maurepas[réf. souhaitée] et dépendait de la commanderie de Coulours[10].

En 1716, Jean-Louis Le Bascle, marquis d'Argenteuil, est seigneur de Flacy.

Prieuré[modifier | modifier le code]

L'église avait un prieuré depuis 1078 qui dépendait de l'abbaye de Molesme et était dédié à saint Loup[10].

Économie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[13].

En 2018, la commune comptait 110 habitants[Note 3], en diminution de 4,35 % par rapport à 2013 (Yonne : −1,17 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
245240267266351338362385381
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
361357367377369353354324313
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
278262257245219226225225216
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
186165130107104117142115114
2018 - - - - - - - -
110--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Dans l'église Saint-Loup se trouve la pierre tombale de Gracien de Ponteville, seigneur de Flacy décédé le 25 octobre 1645.

Le lavoir, rue de la Planchette, date de 1877. Surnommé le « café des bavardes », il a été utilisé jusque dans les années 1960.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Jean Lebeuf, Mémoires concernant l’histoire ecclésiastique et civile d’Auxerre..., vol. 1, Auxerre, Perriquet, , 886 p. (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Flacy sur la carte de google.fr.
  2. a et b Flacy sur geoportail.fr – cartes IGN. Couches « Cartes IGN classiques » et « Limites administratives » activées. Vous pouvez moduler ou désactiver chaque couche dans l'onglet de "sélection de couches" en haut à droite, et en ajouter depuis l'onglet "Cartes" en haut à gauche.
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Sens », sur insee.fr (consulté le 5 avril 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  8. a et b Lebeuf 1743, p. 136, volume 1.
  9. Lebeuf 1743, p. 135-136, volume 1.
  10. a et b Paroisse Saint-Ebbon sur catholique-sens-auxerre.cef.fr.
  11. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 24 décembre 2013.
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.