Lailly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lailly
Lailly
L'église Notre-Dame.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Sens
Intercommunalité Communauté de communes de la Vanne et du Pays d'Othe
Maire
Mandat
Sylvette Massé
2014-2020
Code postal 89190
Code commune 89214
Démographie
Population
municipale
192 hab. (2017 en diminution de 7,25 % par rapport à 2012)
Densité 8,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 14′ 39″ nord, 3° 31′ 52″ est
Altitude Min. 101 m
Max. 233 m
Superficie 22,48 km2
Élections
Départementales Canton de Brienon-sur-Armançon
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Lailly
Géolocalisation sur la carte : Yonne
Voir sur la carte topographique de l'Yonne
City locator 14.svg
Lailly
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lailly
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lailly
Liens
Site web Site de la mairie

Lailly est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents La Postolle Saint-Maurice-aux-Riches-Hommes Courgenay Rose des vents
Voisines N
O    Lailly    E
S
Les Clérimois Foissy-sur-Vanne Molinons

Histoire[modifier | modifier le code]

Datant de l'époque d'Hallstatt, une nécropole a été découverte sur le territoire de la commune lors de fouilles archéologiques[1].

Les moines de Preuilly (Seine-et-Marne) ont choisi de fonder une « abbaye-fille » à la limite septentrionale de la paroisse de Lailly, au lieudit Vauluisant. Durant plus d'un siècle et demi, les moines de Vauluisant n'ont pas tenté d'investir en amont sur la paroisse de Courgenay : elle leur était interdite du fait de la présence d'un lignage de chevaliers locaux. À l'époque, un chemin stratégique arrivant de Provins et se rendant à Troyes passait par Trainel, Villechat et Mauny (à Bagneaux) justifiait l'implantation monastique qui n'est en rien un essartage. Un autre grand chemin sous contrôle royal cette fois arrivait de Pont-sur-Yonne, suivait le cours de l'Oreuse, pour rejoindre la vallée de la Vanne. Le second chemin restera d'intérêt moindre. À ce seul titre, l'implantation monastique était une belle réalisation économique.

Les moines de Vauluisant ont donc acquis avec patience de très nombreuses parcelles sur le finage de Lailly. Ils ont fini par en déloger le lignage dit « de Lailly » qui dominait jusque-là la paroisse. Les vicomtes de Joigny (dont Rigny-le-Ferron était le fief principal dans la vallée de la Vanne) étaient les suzerains d'une partie de Lailly.

Chapelle Saint-Hubert à la Charmée

Les moines de Vauluisant ont organisé leurs domaines de Lailly autour de fermes, dont beaucoup portent le nom d'une famille paysanne : la Picardie (Picard), la Tournerie (Tourneur), etc ... Leur hameau de La Charmée, adossé à la vaste forêt de Lancy, a une nette vocation forestière (bûcherons, charbonniers, marchands de bois, facteurs de ventes de bois). Ce hameau est doté d'une chapelle.

Le grand chemin de Provins perd sa vocation lorsque le comte de Champagne parvint enfin vers 1195 à entrer en possession de Nogent-sur-Seine et à établir ainsi un chemin direct menant de Provins à Troyes.

Pour financer des armées, assurer leur couronne et la paix intérieure ruinée par les Protestants, les Valois (totalement ruinés par leurs défaites de Pavie et de Saint-Quentin) exigent des sommes considérables de l'Église de France. Faute de disposer de liquidités suffisantes (fantasme récurrent jusqu'au XXe siècle), l'Église est contrainte de vendre à réméré de larges pans de son foncier. C'est ainsi que l'abbaye de Vauluisant vend des fermes situées à Lailly. Les moines n'ont ensuite de cesse de faire jouer les clauses de retour pour récupérer leur ancien patrimoine jusque tard dans le XVIIe siècle, provoquant l'extinction de petits fiefs créés momentanément.

Lors de la destruction de l'abbaye de Vauluisant du fait de la révolution, des blocs de pierre (sculptés) ont été acquis par les acquéreurs de fermes du finage.

Le finage abrite une gare de la ligne de chemin de fer de Nogent-sur-Seine à Villeneuve-l'Archevêque.

En , les réfugiés venant de la Marne furent mitraillés sur la route de Courgenay. La ferme de Beauregard brûla pendant plusieurs jours. Entre Lailly et Courgenay, 24 ou 26 chevaux étaient tués et placés dans les fossés.

Le finage est traversé par l'autoroute A 5. Les fouilles préventives associées ont permis de découvrir une cave romaine sur le tracé.

Économie[modifier | modifier le code]

Le massif forestier de Lancy permet en particulier au hameau de La Charmée de vivre des productions forestières. La chapelle du hameau est dédiée à saint Hubert.

Les moines de Vauluisant, grands hydrauliciens, établissent une chaussée permettant une retenue d'eau et le fonctionnement d'un moulin à eau.

Les fermes qui quadrillent le finage de Lailly sont dédiées aux quatre grandes céréales depuis le XIIe siècle : froment, seigle, avoine (pour les chevaux) et méteil (mélange). L'élevage ovin vit de l'assolement et permet de fournir l'industrie drapière locale.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1862   Lorne    
         
avant 1995 ? Roland Crosier DVD  
  2014 Marie-France Thévenon[2]    
2014 En cours Sylvette Massé    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4].

En 2017, la commune comptait 192 habitants[Note 1], en diminution de 7,25 % par rapport à 2012 (Yonne : -1,06 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
425466469498506516517530520
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
449523499477431418416426349
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
350341332278317330289312286
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
224190158156177188208207192
2017 - - - - - - - -
192--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Les moines de Preuilly admis à fonder l'abbaye de Vauluisant à la limite septentrionale de la paroisse de Lailly ont commencé durant plus d'un siècle et demi par acquérir du foncier sur la paroisse de Lailly, celle de Courgenay leur étant fermée par la présence d'un lignage de chevaliers local. Ils ont donc avec patience éliminé la famille de Lailly, gros propriétaire du finage.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ancienne grange cistercienne de Touchebœuf[7], inscrite en tant que monument historique[8] ;
  • polissoirs de la Pierre à l'eau dans la forêt de Langy, classés monument historique[9] ;
  • église Notre-Dame de l’Assomption, du xviiie siècle[10] ;
  • chapelle Saint-Hubert du hameau de La Charmée, abrite une rare monstrance récemment restaurée par les diligences de l'Association du Patrimoine de la vallée de la Vanne (présidence Gérard Kohler).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

Annexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Bataille, Pascal Dibie, Jean-Pierre Fontaine, Jean-Charles Guillaume, Jean-Paul Moreau, Ferdinand Pavy, Line Skorka, Gérard Taverdet et Marcel Vigreux (préf. Henri de Raincourt), Yonne., Paris, Editions Bonneton, , 428 p. (ISBN 2-86253-124-3)

Liens externes[modifier | modifier le code]