Domenico Scarlatti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Scarlatti et Giuseppe Scarlatti (homonymie).
Domenico Scarlatti
Description de cette image, également commentée ci-après
Portrait par Domingo Antonio Velasco.
Nom de naissance Giuseppe Domenico Scarlatti
Naissance
Naples
Drapeau du Royaume de Naples Royaume de Naples)
Décès (à 71 ans)
Madrid
Drapeau de l'Espagne Royaume d'Espagne
Activité principale Compositeur
Style Musique baroque
Activités annexes Claveciniste
Ascendants Alessandro Scarlatti, son père
Famille Giuseppe Scarlatti, son neveu

Œuvres principales

Domenico Scarlatti est un compositeur baroque et claveciniste virtuose italien, né à Naples le et mort à Madrid le .

Né la même année que Georg Friedrich Haendel et Jean-Sébastien Bach, Domenico Scarlatti passe la première partie de sa vie dans le sillage et à l'ombre de son père Alessandro Scarlatti, musicien très renommé et principal promoteur de l'opéra napolitain. Claveciniste virtuose, compositeur d'opéras, musicien de cour ou d'église, il ne parvient pas, cependant, à se fixer durablement et à faire carrière dans une des cités italiennes, férues de musique, où le mènent ses pérégrinations : Naples, Rome, Florence, Venise

Quelques années avant la mort de son père, il s'installe au Portugal pour y devenir le maître de clavecin de Marie Barbara de Bragance, princesse royale, fille aînée du roi Jean V de Portugal, qui épousera en 1729 l'héritier de la couronne d'Espagne, futur Ferdinand VI. Il la suit à Séville, puis à Madrid et à Aranjuez. C'est à Madrid, au service privé de la maison de Marie-Barbara, qu'il termine sa vie, ayant composé plus de 550 sonates pour clavecin d'une originalité exceptionnelle et pour la plupart inédites de son vivant, qui le posent comme l'un des compositeurs majeurs à la fois de l'époque baroque et de la musique pour clavier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alessandro Scarlatti, père de Domenico.

Domenico Scarlatti, sixième des dix enfants d'Alessandro Scarlatti et de son épouse Antonia Anzalone, naît à Naples le . Ses parents sont issus de familles de musiciens, et Alessandro[1], alors âgé de 25 ans, est alors déjà suffisamment réputé pour avoir été nommé directeur de la musique de la Chapelle royale[2].

On ne sait rien de sa formation initiale à la musique mais il semble que ce soit son père, ou peut-être son oncle Francesco ou encore Gaetano Greco, qui ait été l'un de ses premiers professeurs. Il est possible — mais il n'y en a pas de preuve — qu'il ait fréquenté l'un des quatre conservatoires de Naples, où Alessandro enseigna quelques semaines.

Très doué et précoce au clavier, il fut nommé, à peine âgé de 16 ans, organiste de la Chapelle royale. Aucune trace ne reste de ce premier poste, qu'il ne conserva d'ailleurs pas longtemps. Par la suite, Alessandro prit contact à Rome et à Florence afin d'obtenir, que ce fût pour lui ou pour l'un de ses enfants, une place au service du grand-prince Ferdinand III de Médicis, un des mécènes de la musique les plus influents de cette époque.

En 1704, il adapte, pour la représenter à Naples, l’Irène de Pollarolo. Peu après, son père l'envoie à Venise pour étudier avec Francesco Gasparini. Il y rencontre Thomas Roseingrave, un musicien anglais qui devait plus tard participer à la diffusion de ses œuvres à Londres. Scarlatti est dès cette époque un claveciniste hors pair, et l'on raconte que lors d'une joute musicale avec Haendel organisée à Rome au palais du cardinal Ottoboni pendant son séjour italien, il lui fut jugé supérieur au clavecin, alors que son rival l'emporta à l'orgue. Les deux musiciens restèrent d'ailleurs très amis.

En 1709, il entre au service de Marie-Casimire, reine de Pologne qui vit alors à Rome, et il compose plusieurs opéras pour sa scène privée. Il est maître de chapelle à la basilique Saint-Pierre de 1715 à 1719, et se rend peut-être l'année suivante à Londres pour y diriger un de ses opéras au King's Theatre.

En 1720 ou 1721, il réside à Lisbonne, enseignant la musique à la princesse Marie-Barbara[3] qui deviendra une claveciniste émérite. Il retourne à Naples en 1725, passe quelques années à Séville à partir de 1729 pour y étudier le flamenco, puis en 1733 s'installe de façon définitive à Madrid où il redevient maître de musique de la princesse, laquelle a entre-temps épousé l'héritier du royaume d'Espagne. Le reste de sa vie se déroule donc en Espagne. Marie Barbara devient reine d'Espagne et lui conservera toujours sa confiance et sa protection. C'est pendant cette dernière période qu'il compose l’essentiel de son œuvre monumentale pour le clavecin.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Sonate K.32 « aria ».
Sonate si mineur, K. 87, clavecin.
Sonate fa mineur, K. 466, clavecin.
Sonate ré mineur K. 9, piano.

Le catalogue de Domenico Scarlatti comprend environ 717 œuvres.

Scarlatti doit sa renommée à son œuvre pour le clavecin, qui est unique à maints égards :

  • un volume inégalé de plus de 550 pièces, dites « sonates » ou « essercizi »[4] (l'enregistrement intégral par le claveciniste américain Scott Ross a nécessité 34 disques compacts). Cette production représente en volume bien plus que celle de Bach et de Couperin réunis pour le même instrument ;
  • une qualité musicale exceptionnelle dans l'invention mélodique et rythmique et la haute technicité d'exécution ;
  • la forme unique de la plupart des pièces, qui ne sont identifiables que par le numéro des recensements effectués successivement par Alessandro Longo (numéros « L. »), Ralph Kirkpatrick (« Kk. » ou « K. »), Giorgio Pestelli (« P. ») et Emilia Fadini (« F. »), et constituent donc un tout difficile à cerner et à dissocier, contrairement à Couperin qui nommait ses pièces individuellement et les réunissait dans des « ordres », et Bach qui groupait ses compositions en cycles distincts (les Inventions et sinfonies, les Suites françaises, le Clavier bien tempéréetc.). Le style de Scarlatti se situe d'ailleurs aux antipodes de celui de ces deux autres « géants » du clavecin.

Chez Scarlatti, une « sonate » est en fait une pièce de coupe binaire avec reprises (comme les danses de la forme « suite »). Cette « sonate » n'a donc pas le sens que nous donnons aujourd'hui à ce terme. D'un style aisément reconnaissable, ces pièces extraordinaires ont circulé dans toute l'Europe sous la forme de manuscrits et ont assuré à leur auteur une place privilégiée parmi les musiciens de son époque.

S'il connaît le contrepoint et la tradition de ses devanciers, s'il sait intégrer l'influence de la musique populaire espagnole, Scarlatti ne se laisse pourtant jamais enfermer dans un cadre contraignant élaboré par d'autres : il privilégie la mélodie, intrinsèquement liée au rythme et à l'harmonie qui sont servis par une virtuosité incomparable. Il multiplie les dissonances, les modulations, les ruptures rythmiques, les contrastes mélodiques, les répétitions de phrases musicales. Ses trouvailles dans ces domaines sont extrêmement nombreuses et non conventionnelles : elles renouvellent de façon très personnelle la littérature du clavecin. À cet égard, seul un della Ciaja peut lui être comparé à la même époque ; dans la péninsule ibérique, son style influencera fortement le portugais Carlos de Seixas ou le catalan Antonio Soler, nettement plus jeunes que lui.

Seule une petite partie de son œuvre a été publiée de son vivant. Scarlatti semble avoir supervisé lui-même la publication en 1738 de son recueil de 30 Essercizi, qui sont découverts avec enthousiasme dans toute l'Europe après avoir été imprimés à Londres à l'initiative de Thomas Roseingrave. Aucune de ses sonates ne subsiste en autographe : ce qui nous est parvenu provient pour la plus grande part de deux recueils manuscrits, manuscrits dits « de Parme » et « de Venise », emmenés par Farinelli à Bologne en Italie lorsqu'il quitta la cour des Bourbons d'Espagne, puis conservés à Parme et à Venise. Des catalogues ont été dressés par Alessandro Longo (1906), Ralph Kirkpatrick (1953), Giorgio Pestelli (1967) et Emilia Fadini (1978). Celui de Kirkpatrick tend à être le plus utilisé. D'autres études (notamment celle de Joel Sheveloff, 1970) remettent en cause cette partie du travail de classement du catalogue Kirkpatrick, en comparant les sources manuscrites et les éditions imprimées.

L'influence de Scarlatti est certainement importante sur l'évolution de la musique, spécialement de la musique pour clavecin et piano-forte, vers la fin du XVIIIe siècle, même s'il a toujours été considéré comme un musicien un peu en marge : à cette époque, son pays d'adoption, l'Espagne, paraît en effet bien loin des centres musicaux les plus actifs (Allemagne, Italie, France). Quant à son pays d'origine, l'Italie, il est alors en train de délaisser le clavier pour se tourner vers l'opéra, le bel canto, le violon, la sonate et le concerto.

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

Les sonates de Scarlatti sont ainsi évoquées par le poète italien Gabriele D’Annunzio[5] :

« Les grains ruissellent le long des gradins lisses et roses où l’eau dévale en cascatelles… Les perles se multiplient, fine grêle, roulent de tous côtés, brillent, résonnent, rebondissent, se mêlent au ruissellement. On dirait des bulles précieuses de l’eau, ou bien les gouttes de la beauté ruisselante : ce sont les sonates de Domenico Scarlatti. »

Intégrales[modifier | modifier le code]

Récitals au piano[modifier | modifier le code]

Récitals pianoforte[modifier | modifier le code]

  • Sonate per cembalo, 1742, Francesco Cera, clavecin & piano-forte (7-9 mars 2000, mars 2001, octobre 2002, 3 CD Tactus) (OCLC 50303672)
  • Sonates, Sergio Ciomei, clavecin & piano-forte (28 février 2000, 2-3 février 2001, Challenge Classics) (OCLC 53062819)
  • Sonates - Una nuova inventione per Maria Barbara, Aline Zylberajch, piano-forte d'après Cristofori (2005, Ambronay)

Récitals au clavecin[modifier | modifier le code]

Autres œuvres[modifier | modifier le code]

Vidéos[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Éditions[modifier | modifier le code]

  • (en) Domenico Scarlatti: Sixty Sonatas in Two Volumes, edited in Chronological Order from the Manuscript and Earliest Printed Sources, with a Preface by Ralph Kirkpatrick, New York, G. Schirmer, 1953
  • Domenico Scarlatti: Complete Keyboard Works, fac-similé des manuscrits « de Parme » et des premières éditions, révision Ralph Kirkpatrick, New York, Johnson Reprint Corporation, 1971
  • Domenico Scarlatti – Sonates, 11 volumes, édition Kenneth Gilbert d'après les manuscrits dits « de Venise », Paris, Heugel, coll. « Le Pupitre », 1975-1984
  • Sonate per cembalo del Cavalier Dn. Domenico Scarlatti, édition complète en 15 volumes des manuscrits de Venise ; Florence, Archivum Musicum: Monumenta Musicæ Revocata, 1/I-XV, 1985-1992
  • Domenico Scarlatti, Ninety Sonatas in Three Volumes, Edited and Annotated by Eiji Hashimoto, Zen-On Music Co., Ltd., 1999-2002

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Ralph Kirkpatrick (trad. de l'anglais par Dennis Collins), Domenico Scarlatti, Paris, Lattès, coll. « Musique et Musiciens », (1re éd. 1953 (en)), 493 p. (OCLC 954954205, notice BnF no FRBNF34689181). 
  • (en) Joel Sheveloff (thèse de doctorat), The keyboard music of Domenico Scarlatti : a re-evaluation of the present state of knowledge in the light of the sources, Ann Arbor, Brandeis University, , xiv-688 p. (OCLC 832477)
  • (de) Eva Badura-Skoda, « Domenico Scarlatti und das Hammerklavier », Österreichische Musikzeit-schrift, vol. 40, no 10,‎ , p. 524–529 (ISSN 0029-9316, OCLC 475735148, DOI 10.7767/omz.1985.40.10.524)
  • (es) Celestino Yáñez Navarro, « Obras de Domenico Scarlatti, Antonio Soler y Manuel Blasco de Nebra en un manuscrito misceláneo de tecla del Archivo de Música de las Catedrales de Zaragoza », dans Anuario Musical, 77 (2012), p. 45-102.
  • (es) Celestino Yáñez Navarro, Nuevas aportaciones para el estudio de las sonatas de Domenico Scarlatti. Los manuscritos del Archivo de música de las Catedrales de Zaragoza. Thèse, université autonome de Barcelone, 2015.
  • Jane Clark, « La portée de l’influence andalouse chez Scarlatti », dans Miguel Alonso-Gomez, Laura Alvini, Eveline Andrani et al., Domenico Scarlatti : 13 recherches à l'occasion du tricentenaire de la naissance de Domenico Scarlatti célébré à Nice lors des Premières Rencontres Internationales de Musique Ancienne : Actes du colloque international de Nice 1985, Nice, Société de Musique Ancienne de Nice, coll. « Cahiers de la Société de musique ancienne de Nice » (no 1), , 127 p. (ISBN 290613600X, OCLC 496060217), p. 66–67

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Scarlatti figurent parmi les quelques familles de musiciens dans lesquelles père et fils jouissent d'une notoriété comparable : préciser le prénom est, dans leur cas, nécessaire.
  2. Les Deux-Siciles relevaient à cette époque du royaume d'Espagne, représentée à Naples par un vice-roi.
  3. Nathalie Moller, « Domenico Scarlatti : 10 (petites) choses que vous ne savez (peut-être) pas sur le compositeur aux 555 sonates », sur France Musique, (consulté le 19 mars 2019)
  4. Nicolas Witkowski, « Chroniques scarlattiennes », délibéré,‎ (lire en ligne, consulté le 18 avril 2017)
  5. « PIANO: Les Sonates de Scarlatti, 14 éditions au banc d’essai », sur www.revuepiano.com (consulté le 21 août 2019)
  6. « Tharaud interprète Scarlatti », sur lexpress.fr, (consulté le 29 juillet 2019)
  7. https://www.resmusica.com/2016/07/13/scarlatti-au-clavecin-par-cristiano-holtz/.
  8. (en-US) Lucas Irom, « Livre événement, annonce & critique. Domenico Scarlatti, par MARTIN MIRABEL (Actes Sud, 2019) | Classique News » (consulté le 5 octobre 2019)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]