Neville Marriner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un musicien image illustrant britannique
Cet article est une ébauche concernant un musicien britannique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Neville Marriner
Neville-Marriner.jpg

Neville Marriner en 2010.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 92 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Enfant
Andrew Marriner (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Instrument
Genre artistique
Distinction

Sir Neville Marriner, né le à Lincoln en Angleterre et mort le [1], est un violoniste et chef d'orchestre britannique, fondateur de l'Academy of St Martin in the Fields.

Biographie[modifier | modifier le code]

Neville Marriner étudie au Royal College of Music et au conservatoire de Paris[2]. Premier violon du London Symphony Orchestra, il forme le Jacobean Ensemble avec Thurston Dart avant de se rendre à Hancock, dans le Maine (États-Unis) afin de prendre des cours de direction avec le chef d'orchestre français Pierre Monteux, réfugié aux États-Unis[2].

Il a fondé l'Academy of St Martin in the Fields. Président à vie, il a dirigé l'orchestre jusqu'à sa mort, même s'il a cédé la direction musicale dans les années 1970, d'abord à Iona Brown, puis à Kenneth Sillito dans les années 1980.

Famille[modifier | modifier le code]

Neville Marriner est le père du clarinettiste Andrew Marriner (en)[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Répertoire[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2016).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Neville Marriner dans les années 1980.

En 1956, Neville Marriner crée l'Academy of St Martin-in-the-Fields[4], un orchestre de chambre londonien avec lequel il a réalisé de nombreux enregistrements et dont il est président à vie. Cette formation réduite permet à Marriner de proposer des interprétations fluides et légères du répertoire baroque et classique, sur des instruments modernes. Il annonce ainsi la révolution musicale des redécouvreurs de la musique baroque (Nikolaus Harnoncourt, Gustav Leonhardt…). Ceux-ci, au milieu de nombreuses autres innovations dans le domaine de la compréhension des styles, ont choisi d'utiliser des instruments d'époque, tandis que Marriner ne s'est jamais engagé dans cette direction et a choisi une autre voie.

Marriner possède un répertoire très vaste, mais il est particulièrement reconnu comme interprète de la musique baroque, avec son enregistrement du Messie de Haendel notamment. Outre ce répertoire, il a abondamment enregistré des œuvres de Mozart (comme des symphonies, des concertos - notamment pour piano - et de la musique d'église). Il a inscrit bien d'autres types d'œuvres à son répertoire : par exemple la musique de scène écrite par Felix Mendelssohn pour Le Songe d'une nuit d'été de Shakespeare, etc.

Pour le cinéma, il a réalisé la sélection et les arrangements de la musique d'Amadeus[2] et dirigé les enregistrements de Mozart pour des films tels Out of Africa, Priest ou Birdman[5] ; ses enregistrements ont été utilisés pour plus d'une vingtaine de bandes originales[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Sir Neville Marriner, site de l'Academy of St Martin-in-the-Fields, 2 octobre 2016.
  2. a, b, c et d Marie-Aude Roux, « Sir Neville Marriner, le père de l’Academy of Saint Martin in the Fields, est mort », Le Monde, 3 octobre 2016.
  3. (en) London Gazette : n° 50154, p. 2, 15 juin 1985.
  4. « Décès du chef d’orchestre Neville Marriner », France Musique, 2 octobre 2016.
  5. a et b Voir sur imdb.com.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]