Norbert Dufourcq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dufourcq.
Norbert Dufourcq
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Organiste, musicologue, historien de la musiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Instrument
Orgue (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction

Norbert Dufourcq, né le à Saint-Jean-de-Braye (Loiret) et mort à Paris le , est un organiste, professeur, musicologue et musicographe français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formé à l’École des chartes et docteur ès lettres, archiviste paléographe, il se consacre néanmoins à la musique.

Organiste amateur (élève d’André Marchal), il est cependant titulaire de l’orgue de l’église Saint-Merry à Paris de 1923 à sa mort. L'orgue Clicquot/Cavaillé-Coll est remanié par la maison Gonzalez dans une esthétique néo-classique sous la direction de son titulaire entre 1946 et 1947. De nombreux jeux sont ajoutés à l'instrument.

Professeur d’histoire de la musique au Conservatoire national supérieur de Paris de 1941 à 1975 et de musicologie à l’École normale de musique de Paris entre 1958 et 1963, il est aussi l’auteur de nombreux articles et ouvrages sur la musique en général, l’orgue et le clavecin en particulier ; de plus, il fonde la revue Recherches sur la musique française classique, poursuivie par Marcelle Benoît.

Il signe en 1946 un ouvrage collectif intitulé « La Musique des origines à nos jours » pour la rédaction duquel il s’entoure de musicologues telle Solange Corbin de Mangoux.

Très tôt passionné d’orgue, il est cofondateur avec Bérenger de Miramon Fitz-James de l’Association des Amis de l’orgue en 1926-27. Il crée aussi la revue « L’Orgue » dans laquelle il exprime particulièrement ses idées sur l’historicité des orgues classiques français.

On lui doit aussi la restitution et la publication en édition moderne de musique d’orgue française classique, comme les Livres d’Orgue de Guillaume-Gabriel Nivers, Gilles Jullien, Nicolas Lebègue, Louis-Antoine Dornel, Boëly, Michel Corrette, ainsi que le manuscrit de Mathieu Lanes, par exemple.

Ses archives de la Commission des orgues sont conservées aux archives de la ville de Paris, Papiers Norbert Dufourcq, 1933-1984, Cotes : D70Z 1 à 10, référence de l’instrument de recherche : VII.2.3.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Norbert Dufourcq, La musique française, Larousse, Paris, 1933. *Norbert Dufourcq, Esquisse d'une histoire de l'orgue en France du XIIIe au XVIIIe siècles, étude technique et archéologique de l'instrument, thèse pour le doctorat ès-lettres, 1935.
  • Norbert Dufourcq, La musique d'orgue française au XXe s., Paris, 1938.
  • Norbert Dufourcq, Les Clicquot : facteurs d'orgues du Roy, contribution à l'histoire d'une famille d'artisans d'origine champenoise sous l'Ancien Régime, Floury, Paris, 1942.
  • La musique des origines à nos jours, sous la dir. de Norbert Dufourcq, Larousse, Paris, 1946.
  • Norbert Dufourcq, Jean-Sébastien Bach, le maître de l'orgue, Floury, Paris, 1948.
  • Norbert Dufourcq, L'Orgue, PUF, Paris, 1948. (Que sais-je ?).
  • Norbert Dufourcq, Le clavecin, PUF, Paris, 1949. (Que sais-je ?).
  • Marcelle Benoît, Norbert Dufourcq et Bernard Gagnepain, Les grandes dates de l'histoire de la musique, 1969 ; 3e éd., 1995.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • « Norbert Dufourcq (1904-1990) ». L'Orgue. Cahiers et mémoires numéros 49-50 (1993): 292 pages.

Liens externes[modifier | modifier le code]