Racha Arodaky

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Racha Arodaky
Description de cette image, également commentée ci-après
Racha Arodaky en 2003.
Naissance France
Activité principale Pianiste
Lieux d'activité Drapeau de la France France
Maîtres Dominique Merlet, Evgueni Malinine, Murray Perahia

Racha Arodaky est une pianiste française.

Formation[modifier | modifier le code]

Racha Arodaky, pianiste française, étudie au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris dans la classe de Dominique Merlet. Elle obtient son prix de piano[1] à 16 ans puis continue sa formation au conservatoire Tchaïkovski de Moscou avec Yevgueni Malinine. Elle devient par la suite l'une des rares élèves de Murray Perahia[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Concertiste[modifier | modifier le code]

Racha Arodaky mène une carrière internationale de concertiste. Son répertoire est orienté vers des compositeurs romantiques (Mendelssohn, Scriabine) et baroques (Scarlatti, Haendel, Bach).

Elle a été invitée à jouer avec de nombreux orchestres, comme l'orchestre National de France, l'orchestre Colonne, Padeloup, en province, l'orchestre de Caen, de Saint Etienne, à l'étranger l'orchestre de Belgrade, l'orchestre de chambre de Moscou, l'orchestre de Prague.

Elle est régulièrement invitée dans des festivals en France et à l'étranger (les Jacobins, Bagatelle, Schleswig Holstein, Brighton...).

En 2009, le Monde consacre un article écrit par Renaud Machard pour le récital de l'artiste au Théâtre de l'Athénée suite à la sortie de son disque Haendel[3].

Interprétations[modifier | modifier le code]

Parallèlement à son activité de concertiste, elle diffuse des interprétations d’œuvres via les éditeurs Zig Zag Territoires ainsi que son propre label Air-Note (Mendelssohn, Scriabine, Scarlatti, George Friedrich Haendel et Jean-Sébastien Bach).

Après les Préludes de Scriabine paru chez Zig-Zag Territoires en 2003, Racha Arodaky interprète dix-huit sonates de Domenico Scarlatti, sélectionnées parmi les 555 existantes (disque Zig-Zag Territoires, 2006).

En 2009, Racha Arodaky fait paraître un disque consacré aux suites de Haendel.

En 2011, elle fait paraître un disque consacré aux partitas de Bach (2011) fait suite à l'enregistrement d'un cycle baroque (commencé par le disque Scarlatti).

« On ne sait dans le cas de Racha Arodaky si c’est la maîtrise de l’art ou la singularité de la personnalité qui rendent chacun de ses concerts une expérience aussi frappante, et souvent inoubliable. Le juste équilibre avec lequel elle approche les répertoires qui lui tiennent à cœur, alliant la puissance hors pair du virtuose et la musicalité chaleureuse du poète, en font assurément une des artistes les plus attachantes de notre temps. »

— Éric Denut[2]

Direction artistique[modifier | modifier le code]

Depuis 2013, Racha Arodaky est directrice artistique du festival de musique des Fêtes Musicales du Château de Pionsat dans le Puy de Dôme[4] et depuis 2016 du festival international de piano à la cour de Solliès-Pont dans le Var[5].

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 2001, parrainée par Georges Pludermacher, Racha Arodaky est distinguée par le prix « Révélation classique » de l'ADAMI au MIDEM[2] à la suite de son disque des Romances sans Paroles de Mendelssohn paru chez BNL, qui a obtenu le Choc du Monde de la Musique et le Recommandé Classica.

Racha Arodaky reçoit en trio le premier Prix et le prix spécial du jury au concours international de musique de chambre Johannes Brahms à Gdansk en Pologne en 1997[1].

Racha Arodaky est nommée en 2015 par le Ministère de la Culture au grade de Chevalier des Arts et des Lettres, et en reçoit la médaille le 28 janvier 2016 de la part d'Eve Ruggieri[6].

Discographie[modifier | modifier le code]

Notice discographique[modifier | modifier le code]

  • (fr) Éric Denut, « Haendel, Suite pour piano », AIR-001-2009, p. 4–8, Airnote, 2009.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Livret du disque Scarlatti, p. 6.
  2. a, b et c Denut 2009, p. 8
  3. Renaud Machart, « Le talent fragile de Racha Arodaky », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  4. « Le Bureau », sur musicalesdepionsat.com (consulté le 31 décembre 2017)
  5. « À propos », Festival international de piano à la cour,‎ (lire en ligne)
  6. Ordre des Arts et des Lettres, Nominations 2015 sur culture.gouv.fr.
  7. 5 de Diapason ; 4 étoiles du Monde de la Musique ; 8 de Classica Répertoire
  8. 10 de Classica Répertoire ; Recommandé par Classica Répertoire ; 4 étoiles Monde de la Musique
  9. 10 de Classica Répertoire ; Recommandé par Classica Répertoire ; Choc du Monde de la Musique

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :