Ferdinand VI

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ferdinand VI
(es) Fernando Vl
Ferdinand VI d'Espagne par Louis-Michel van Loo.
Ferdinand VI d'Espagne par Louis-Michel van Loo.
Titre
Roi d'Espagne

(13 ans, 1 mois et 1 jour)
Prédécesseur Philippe V
Successeur Charles III
Prince des Asturies

(22 ans)
Prédécesseur Louis de Bourbon
Successeur Charles de Bourbon
Biographie
Dynastie Maison de Bourbon
Nom de naissance Fernando de Borbón y Savoia
Date de naissance
Lieu de naissance Madrid (Espagne)
Date de décès (à 45 ans)
Lieu de décès Madrid (Espagne)
Père Philippe V
Mère Marie-Louise-Gabrielle de Savoie
Conjoint Marie-Barbara de Portugal

Signature de Ferdinand VI(es) Fernando Vl

Ferdinand VI
Monarques d'Espagne

Ferdinand VI, dit le Sage (ou Fernando Vl en espagnol) (né le à Madrid, mort le à Madrid), roi d'Espagne et des Indes (1746-1759). Troisième fils de Philippe V et de Marie-Louise-Gabrielle de Savoie, arrière-petit-fils de Louis XIV, il succéda à son père en 1746.

Biographie[modifier | modifier le code]

L'infant Ferdinand, par Jean Ranc

Jeunesse et mariage[modifier | modifier le code]

Né à l'Alcázar royal de Madrid à la fin de la guerre de Succession d'Espagne, il est quatrième dans l'ordre successoral après ses frères Louis, né en 1707, et Philippe, né en 1712. La reine Marie-Louise meurt peu après sa naissance et le roi se remarie à la nièce du duc de Parme François Ier, Élisabeth Farnèse, femme de caractère qui, très rapidement, exerce son empire sur le roi et fait montre d'une grande ambition pour ses propres enfants. Tandis que la reine Élisabeth donne une nombreuse progéniture au roi, l'infant Philippe meurt en 1719. Le roi abdique en 1724 en faveur de son fils aîné qui devient le roi Louis Ier, et qui meurt prématurément quelques mois plus tard. Ferdinand, âgé de neuf ans, ne ceint pas la couronne, son père renonçant à sa retraite pour reprendre le pouvoir, au grand soulagement de son épouse. L'adolescence de Ferdinand est assez déprimante et solitaire. La seconde épouse de son père, est une femme autoritaire qui n'a d'affection que pour ses propres enfants, et qui regarde son beau-fils comme un obstacle à leur fortune. L'hypocondrie de Philippe V laisse Élisabeth maîtresse du palais. En 1731, elle envoie son fils aîné à Parme puis à Florence, recueillir la succession des Farnèse et des Médicis dont elle est l'héritière. En 1735, celui-ci est nommé roi de Naples et de Sicile

Ferdinand est d'un tempérament mélancolique[1], timide, méfiant et renfermé. Il répugne à prendre des décisions, sans pour autant être incapable d'agir fermement, comme en 1754, quand il s'agira de couper court aux intrigues de son ministre Ensenada, en le faisant arrêter.

En 1729, sa sœur Marie-Anne-Victoire, d'abord fiancée à Louis XV, est mariée à Joseph de Portugal, tandis que Ferdinand est marié à Marie-Barbara de Portugal, sœur de Joseph et, comme lui, fille du roi Jean V et de Marie-Anne d'Autriche. Il forme avec elle un couple harmonieux, mais la santé de la reine étant mauvaise, ils n'eurent pas de postérité.

Après la fin de l'asiento, cédé pour 30 ans à la Couronne d'Angleterre, survient en 1739 la guerre de l'oreille de Jenkins qui se prolonge l'année suivante à travers la guerre de Succession d'Autriche.

Règne[modifier | modifier le code]

Marie-Barbara de Bragance, par Jacopo Amigoni, 1758

Philippe V meurt le , alors que l'armée espagnole est vaincue à Plaisance (). Les Autrichiens s'emparent de Gênes et pénètrent en Provence.

Un escudo à l'effigie de Ferdinand VI, 1752

Au milieu de cette guerre, Ferdinand, âgé de 34 ans, succède à son père sur le trône d'Espagne. Le nouveau roi commence par rappeler ses troupes. Les Français, alliés de l'Espagne sont obligés de se retirer sur le Var. Pendant ce temps, 30 000 soldats russes arrivent en renfort de l'Autriche[2]. La guerre a déjà coûté fort cher aux belligérants. La France a perdu 500 000 hommes, sa marine est anéantie, ses finances ruinées[3]. On songe donc à la paix.

Les préliminaires sont signés à Aix-la-Chapelle le . Le traité définitif, signé le , rétablit le statu quo ante dans les empires espagnol et britannique et donne à l'infant Philippe, demi-frère de Ferdinand, mais aussi gendre de Louis XV, les duchés de Parme, Plaisance et Guastalla. Bien maigre compensation pour le prix de tant de sacrifices. Afin de consolider la paix, Ferdinand marie sa sœur Marie-Antoinette avec Victor-Amédée, héritier du royaume de Sardaigne ().

Lorsque le , la Grande-Bretagne déclare la guerre à la France et que toute l'Europe s'enflamme à nouveau (Guerre de Sept Ans), Ferdinand prend bien soin de ne pas prendre part au conflit[4]. José de Carvajal remplace Villarias au poste de ministre des affaires étrangères. Le premier ministre Ensenada (premier ministre de 1743 à 1754), jugé trop favorable aux Français[5], est remplacé par Richard Wall (premier ministre de 1754 à 1763), qui pousse à maintenir l'équilibre entre la France et la Grande-Bretagne. Ensenada est même convaincu de trahison et ne doit son salut qu'à l'intervention de son ami Farinelli[6].

À la mort de son épouse, le , Ferdinand tombe dans un état de prostration. S'enfermant dans son château de Villaviciosa, il refuse de s'occuper des affaires du gouvernement[7]. Il décède un an plus tard, le [8]. Il est inhumé en l'église de Santa Bárbara, au couvent des Salesas Reales. Le mardi est célébrée à la cathédrale Notre-Dame de Paris une cérémonie religieuse à la mémoire des deux époux. L'oraison funèbre est prononcée par Gabriel François Moreau, évêque de Vence[9].

Bilan du règne[modifier | modifier le code]

Ce prince atteint de neurasthénie profonde tout comme son père, était parfois en proie à des scrupules torturants. Il se passionnait pour la chasse et la musique. Il pensionna le castrat Farinelli qu'il nomma directeur de l'opéra de Madrid et qu'il fit chevalier de l'ordre de Calatrava, la plus haute dignité espagnole. Son demi-frère Charles, roi de Naples et de Sicile, lui succéda.

Ferdinand VI fit mener à bien des réformes financières et militaires. Il ranima le commerce, établit des manufactures, fit creuser des canaux, rétablit la marine, favorisa les études, créa plusieurs universités et fonda l'Académie royale des beaux-arts de San Fernando[10]. Malgré ces dépenses, les coffres de l'Espagne étaient pleins, ce qui ne s'était pas vu depuis trois siècles[11].

Ascendance[modifier | modifier le code]

Titres[modifier | modifier le code]

Don Fernando, par la grâce de Dieu, roi de Castille, de Léon, d'Aragon, des deux Siciles, de Jérusalem, de Navarre, Grenade, Tolède, Valence, de Galice, Majorque, Séville, Sardaigne, de Cordoue, de Corse, de Murcie, Jaen, Seigneur de Biscaye et de Molina[12]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alphonse Viollet, Histoire des Bourbons d'Espagne, sur books.google.fr, Paris, Lacour et Maistrasse, Moreau, 1843, p. 121.
  2. Manuel Marliani, Histoire politique de l'Espagne moderne, sur books.google.fr, Paris, Paulin, 1841, t. II, p. 179.
  3. Manuel Marliani, op. cit., p. 180.
  4. Manuel Marliani, op. cit., p. 182.
  5. Alphonse Viollet, op. cit., p. 135.
  6. Alphonse Viollet, op. cit., p. 137.
  7. Alphonse Viollet, op. cit., p. 141 et 142.
  8. Alphonse Viollet, op. cit., p. 143.
  9. Gabriel-François Moreau, Oraison funèbre de Ferdinand VI et de Marie de Portugal, sur gallica.bnf.fr, Paris, Lottin, 1760.
  10. Thomas d'Yriarte, Abrégé de l'histoire d'Espagne, sur books.google.fr, Paris, Gérard, 1803, p. 255 et 256.
  11. Alphonse Viollet, op. cit., p. 144.
  12. Titles of European hereditary rulers: Colección de documentos inéditos para la historia de España; tome CVII (1893); p.450-451

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]