Thibault Cauvin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Thibault Cauvin
Description de cette image, également commentée ci-après
Thibault Cauvin en .
Informations générales
Naissance (36 ans)
Bordeaux, France
Activité principale Musicien
Genre musical Classique, multiples influences
Instruments Guitare
Années actives Depuis 2000
Labels Sony Music
Site officiel Thibault Cauvin

Thibault Cauvin est un guitariste français[1], né le à Bordeaux. Il a donné plus de 1 000 concerts, dans près de 120 pays, enregistré 10 albums et remporté 36 prix internationaux avant l'âge de 20 ans[2].

Les débuts[modifier | modifier le code]

Thibault Cauvin débute la guitare à l'âge de 5 ans avec son père Philippe Cauvin, lui-même guitariste[3] et compositeur. Il poursuit ensuite ses études au Conservatoire à rayonnement régional de Bordeaux puis au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris[3] dans les classes d'Olivier Chassain[4], d'où il sortira diplômé avec les honneurs. Il a également suivi l'enseignement de professeurs tels qu'Alvaro Pierri, ou Judicaël Perroy, entre autres[3].

En parallèle à cette formation classique, Thibault Cauvin a grandi dans un milieu de musiques actuelles grâce à son père et à son entourage familial, constitué pour la plupart de musiciens de jazz, de rock, ou de world music[4].

Cette double influence se fera ressentir plus tard.

Les concours[modifier | modifier le code]

De 2000 à 2005 Thibault Cauvin participe à de nombreux concours internationaux partout dans le monde. Il en gagnera treize, avant l'âge de 20 ans[3]. En plus de ces 1ers prix Thibault Cauvin a remporté treize 2e prix, cinq 3e prix et cinq prix spéciaux.

  • 1er Prix : Young Guitarist of the Year, Bath, Angleterre 2002
  • 1er Prix : Fontainebleau, France 2003
  • 1er Prix : Simone Salmoso, Viareggio, Italie 2003
  • 1er Prix : Stotsenberg, Los Angeles, États-Unis, 2003
  • 1er Prix : Alexandre Lagoya, Fort de France, Martinique 2003
  • 1er Prix : Torrent, Valencia, Espagne 2004
  • 1er Prix : Mottola, Italie 2004
  • 1er Prix : Jose Tomas, Alicante Petrer, Espagne 2004
  • 1er Prix : Velez-Malaga, Malaga, Espagne, 2004
  • 1er Prix : Forum Gitarre Wien, Vienne, Autriche 2004
  • 1er Prix : Sernancelhe, Portugal 2004
  • 1er Prix : San Francisco, États-Unis 2004
  • 1er Prix : Andrès Segovia, Linares, Espagne 2004

Les tournées[modifier | modifier le code]

À l'âge de 20 ans, diplômé et ce palmarès unique en poche, Thibault Cauvin entame une tournée qui dure encore aujourd'hui. Plus de 1 000 concerts dans près de 120 pays[5],[6],[7], des scènes les plus mythiques aux lieux les plus improbables.

  • Carnegie Hall, New York[3]
  • Tour Eiffel, Paris[5]
  • Tchaikovski Concert Hall, Moscou[3]
  • Cité interdite, Pékin[8]
  • Queen Elizabeth Hall, Londres[5]
  • La palmeraie de Marrakech[5]
  • Théâtre des Champs Élysées, Paris[3]
  • Concert Hall, Shanghai[3]
  • Palais de la paix, La Haye[5]
  • Gasteig, Munich
  • Ruinas de Antigua, Guatemala
  • Arts Center, Seoul
  • GAM, Santiago de Chile
  • etc.

Les albums[modifier | modifier le code]

Thibault Cauvin enregistre son 1er album à l'âge de 20 ans, il s'agit d'un enregistrement live à Bordeaux, produit par le label de son parrain Ki Records. S'ensuivent « Bell'Italia » chez Art Communicazione (disque de musiques italiennes), « Déclic » chez Radio France (disque live d'un concert à Paris), « No 4 » chez GSP San Francisco (album consacré à la musique moderne), puis viendra « Cities », projet cher à Thibault Cauvin : en association avec des compositeurs de différents horizons, des œuvres à dimension cinématographique sont écrites en hommage aux villes qui l'ont touché durant ses années de voyage à travers le monde (un second opus sortira chez Sony Music en 2018). Puis, en 2013, Thibault Cauvin signe chez Sony Music[9], cinq disques sous cette major sont déjà parus, et un sixième est attendu pour septembre.

Danse avec Scarlatti[modifier | modifier le code]

Premier album de Thibault Cauvin chez Sony Music[3]. Cet enregistrement est composé de sonates de Domenico Scarlatti, originellement écrites pour clavecin, transcrites ici pour guitare par Thibault Cauvin. À peine paru, l'enregistrement grimpe dans le top 10 des ventes classiques pour s'y tenir 3 mois. La presse unanime qualifie ce projet, régulièrement diffusé sur les ondes des plus importantes radios internationales, de « coup d'éclat discographique » (4​* Classica, Coup de cœur : Radio Classique, France Musique, France Culture, Guitare Classique, FNAC, etc). Il figure également sur des compilations d'albums ayant marqué 2013, au côté de Lang Lang, Jonas Kaufmann ou encore Hélène Grimaud.

Le voyage d'Albéniz[modifier | modifier le code]

Paru en , cet album a été enregistré au château Lafite-Rothschild[10]. Isaac Albéniz, compositeur espagnol, a écrit des oeuvres pour décrire des villes et régions espagnoles, adaptées par Thibault Cauvin pour guitare[4]. L'enregistrement reçoit un accueil positif (Album du mois de la Radio FIP[11], CHOC du magazine Classica[12], Coup de cœur FNAC, France Musique, etc.).

L'album bleu[modifier | modifier le code]

Sorti en , ce nouvel opus en hommage à la guitare reprend quelques-unes des plus belles pièces de l'instrument[13].

The Vivaldi Album (concertos pour guitare et orchestre)[modifier | modifier le code]

Le paraît « The Vivaldi Album », enregistré avec l'Orchestre de chambre de Paris dirigé par Julien Masmondet, à la Philharmonie de Paris[14]. Cet album est composé de concertos d'Antonio Vivaldi pour luth et mandoline[6], instruments relativement proches de la guitare, que Thibault Cauvin a adaptés pour son instrument dans une interprétation dynamique et personnalisée.

Cities II[modifier | modifier le code]

En sort Cities II[15]. En collaboration avec des compositeurs rencontrés au fil de sa tournée sans fin, Thibault Cauvin raconte 12 villes du monde qui l'ont touché avec en invités des musiciens venus de différents mondes, réunis par l'amour du voyage : Matthieu Chedid, Erik Truffaz, Ballaké Sissoko, Didier Lockwood, Thylacine, Lea Desandre, Christian-Pierre La Marca et Adélaïde Ferrière. Ce disque a été enregistré dans le château d'Hérouville.

Cauvin plays Brouwer[modifier | modifier le code]

En 2020, durant le premier confinement, il lance le défi de jouer les Études de Leo Brouwer aux guitaristes du monde entier[15],[16]. Suite au succès du projet il enregistre un album qui comprend trois nouvelles Estudios Sencillos que lui compose et dédie Leo Brouwer. Le disque des 33 Estudios Sencillos de Leo Brouwer sous les doigts de Thibault est sorti en . Un spectacle entre concert et théâtre est en cours d'élaboration, une tournée est prévu en 2021.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Thibault Cauvin participe également au film The Shepherd produit par The Makers Entertainment. Il est l'interprète de la BO et il y joue le rôle d'un guitariste[réf. nécessaire].

Documentaires[modifier | modifier le code]

En 2009, un documentaire est réalisé par Nicolas Pier Morin lors d'une tournée en Chine de Thibault Cauvin[3]. Ce film, intitulé Across China[17], a été diffusé en salle dans différents pays et est sorti en DVD quelques mois plus tard.

Un film documentaire de 52 min produit par France Télévisions et Les Productions du moment intitulé Thibault Cauvin fils de rocker est sorti en 2019. Pendant plusieurs années une équipe de tournage a suivi Thibault Cauvin aux quatre coins du monde et a été le témoin privilégié de ce quotidien atypique et de sa relation unique avec son père. Au travers de ce portrait est traitée la question universelle de la transmission, de l'éducation et de l'héritage[réf. nécessaire] .

Divers[modifier | modifier le code]

Thibault Cauvin donne également de nombreuses masterclasses partout dans le monde[18].
Il est élu ambassadeur de Bordeaux Métropole, il se voit confier la mission de représenter sa ville sur le plan international[19].
C'est un surfeur passionné[4].
Thibault Cauvin et les Domaines du Baron de Rothschild sont partenaires[10].
Il joue sur une guitare du luthier français Jean-Luc Joie[8].
Il est parrain de la Paris Guitar Foundation[20].
Bell'Italia, Cities et Danse avec Scarlatti ont été enregistrés dans le studio de sa marraine, dans les Landes[21].
En 2013, lors de son anniversaire musical à Bordeaux, Thibault Cauvin crée un ensemble de 100 guitares, de tous styles, réunies sur scène pour ouvrir son concert[22], avec notamment Philippe Mouratoglou.
Thibault Cauvin apparaît régulièrement dans les films et séries de son ami réalisateur Nicolas Pier Morin[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guitaristes classiques
  2. « Le Petit Prince de la guitare - Liberation », sur liberation.fr
  3. a b c d e f g h i et j « Thibault Cauvin : biographie, actualités et musique à écouter », sur France Musique (consulté le 11 juillet 2020)
  4. a b c et d « Thibault Cauvin, guitariste affûté » (consulté le 4 octobre 2015)
  5. a b c d et e « Thibaut Cauvin, guitare - Biographie », sur Festival 1001 Notes (consulté le 11 juillet 2020)
  6. a et b « Guitar Hero – Thibault Cauvin », sur Le lieu unique (consulté le 11 juillet 2020)
  7. Thierry Hillériteau, « Il tourne, il tourne, Thibault Cauvin », sur Le Figaro.fr, (consulté le 11 juillet 2020)
  8. a et b « Cauvin à la Cité Interdite - Le Figaro », sur lefigaro.fr
  9. « Thibault Cauvin - . Découvrez quelques extraits du nouvel album de Thibault Cauvin », sur Sony Music France (consulté le 2 août 2015)
  10. a et b « Château Lafite Rothschild partenaire du musicien classique français Thibault Cauvin | Domaines Barons de Rothschild (Lafite) », sur www.lafite.com (consulté le 4 octobre 2015)
  11. « Le voyage d'Albéniz » (consulté le 2 août 2015)
  12. « Choc de Classica - février 2015 - tous les produits - Fnac.com », sur musique.fnac.com (consulté le 4 octobre 2015)
  13. François Delétraz, « Thibault Cauvin, guitare classique mais électrique », sur Le Figaro.fr, (consulté le 14 juillet 2020)
  14. « Thibault Cauvin et la traversée du manche », sur Libération.fr, (consulté le 11 juillet 2020)
  15. a et b François Delétraz, « Thibault Cauvin propose un «Brouwer challenge» aux guitaristes du monde entier », sur Le Figaro.fr, (consulté le 11 juillet 2020)
  16. « Les «Etudes» supérieures de Thibault Cauvin », Libération,‎ (lire en ligne)
  17. [vidéo] Across China - Thibault Cauvin (by NP Morin) Trailer sur YouTube
  18. « Le guitariste prodige Thibault Cauvin fête ses 10 ans de carrière à Bordeaux » (consulté le 4 octobre 2015)
  19. « Thibault Cauvin, ambassadeur de la métropole bordelaise | Bordeaux Métropole », sur www.bordeaux-metropole.fr (consulté le 4 octobre 2015)
  20. « Paris Guitar Foundation – La fondation », sur www.parisguitarfoundation.com (consulté le 2 août 2015)
  21. « Retour en virtuose », sur SudOuest.fr (consulté le 4 octobre 2015)
  22. lefigaro.fr, « Cauvin, Mouratoglou... La guitare classique joue l'ouverture » (consulté le 4 octobre 2015)
  23. « Films - The Makers », sur www.themakers.fr (consulté le 4 octobre 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :