De mulieribus claris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis De Mulieribus claris)
Aller à : navigation, rechercher

De mulieribus claris (en français Sur les femmes célèbres ou Des dames de renom) est une collection de biographies de femmes historiques et mythologiques écrites par l'auteur florentin Boccace, publiée en 1374. Cette collection se distingue par le fait qu'elle est la première dans la littérature occidentale comprenant exclusivement des biographies de femmes[1]. Boccace la rédige dans sa vieillesse entre 1361 et 1362, retiré à Certaldo loin de l'agitation mondaine, et la présente dans sa préface comme la contrepartie du De viris illustribus, recueil de biographies de grands hommes que compose Pétrarque[2].

Contenu et analyse[modifier | modifier le code]

Quoique l'ouvrage parle de femmes de mérite, Boccace reste convaincu de la supériorité masculine, et ne se prive pas de montrer les défauts qu'il estime féminins. Ainsi, la vie de la mère d'Héliogabale évoque l'instauration d'un sénat de femmes, aux préoccupations totalement futiles. L'exaltation de la générosité de Dame Busa envers les soldats romains vaincus à Cannes se termine par une allusion directe à l'égoïsme des Florentines. Véturie, matrone romaine qui sauva Rome de l'attaque de Coriolan, obtint en récompense le droit de porter bijoux et vêtements de luxe. C'est l'occasion d'une sévère diatribe de Boccace : « Si le mérite de Véturia doit être plus odieux aux hommes, c'est une question que je ne me pose pas. Par la faute des parures féminines, les maris dévorent leur patrimoine, et les femmes se montrent en public en vêtements royaux... Pour moi, je maudirais volontiers Veturia pour l'orgueil qu'elle a donné aux femmes ». Pour Sempronia, personne obscure mentionnée dans le Catilina de Salluste, il invente une femme cultivée, éloquente et artiste, mais aussi dévoreuse d'hommes, avide d'argent et sans scrupule pour en obtenir[2].

Cet instinct qu'ont les femmes qui les pousse à désirer les hommes sans mesure est une tare pour Boccace, un prurit, libidinosam pruriginem, expression qu'il emploie à plusieurs reprises. Aux femmes cimbres qui préfèrent le suicide à la soumission aux soldats romains, à Zénobie de Palmyre qui ne consent à s'unir à son mari que pour être enceinte, il oppose Cléopâtre, « la prostituée des rois d'Orient », Poppée, hypocrite et aguicheuse, la papesse Jeanne, subitement confondue par le diable qui la dévore de désirs charnels. Pompeia Paulina, l'épouse de Sénèque qui veut accompagner son mari dans son suicide, a une attitude admirable, dit Boccace, car les autres femmes sont loin de le faire, et n'hésitent pas à contracter de nouveaux mariages. De l'avis de Pierre Grimal, Boccace en composant son traité sur les femmes illustres n'a pas pour autant forgé une image favorable des femmes[2].

Les femmes célèbres[modifier | modifier le code]

Penthésilée (no 32), miniature de Robinet Testard tirée d'un manuscrit du De mulieribus claris de Boccace traduit en français pour Louise de Savoie, vers 1488-1496, BNF, Fr.599, f.35v.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Brown, Virginia translation of Giovanni Boccaccio’s Famous Women, Harvard University Press, 2001, (ISBN 0-674-01130-9), p. xi.
  2. a, b et c Pierre Grimal, Rome et l’Amour. À propos des femmes, Robert Laffont, 2007, (ISBN 9782221106297), pp. 498-506

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

Sources primaires[modifier | modifier le code]

  • Boccaccio, Poeet ende Philosophe, bescrivende van den doorluchtighen, glorioesten ende edelsten vrouwen (Anvers, 1525)
  • Boccaccio, Tractado de John Bocacio, de las claras, excellentes y mas famosas y senaladas damas (Saragosse, 1494)
  • Boccaccio, De la louenge et vertu des nobles et cleres dames (Paris, 1493)
  • Boccaccio, De preclaris mulieribus (Strasbourg, 1475)
  • Boccaccio, De preclaris mulieribus (Louvain, 1487)
  • Boccaccio, De mulieribus claris (Berne, 1539)
  • Boccaccio, De mulieribus claris (Ulm, 1473)
  • Boccaccio, French translation (Paris, 1405)

Sources secondaires[modifier | modifier le code]

  • Schleich, G. ed., Die mittelenglisch Umdichtung von Boccaccio De claris mulieribus, nebst der latinischen Vorlage, Palaestra (Leipzig, 1924)
  • Wright, H.G., ed., Translated from Boccaccio's De Claris Mulieribus, Early English Text Society, Original series w/Latin (Londres, 1943)
  • Guarino, G. A., Boccaccio, Concerning Famous Women (Nouveau-Brunswick, N.J., 1963)
  • Zaccaria, V., ed., De mulieribus claris with Italian translation (Milan, 1967 and 1970)
  • Branca, V., ed., Tutte le opere di Giovani Boccaccio, volume 10 (1967) Questia
  • Zaccaria, V., ed., De mulieribus claris, Studi sul Boccaccio (Milan, 1963)
  • Kolsky, S., Ghost of Boccaccio: Writings on Famous Women, (2005)
  • Franklin, M., Boccaccio's Heroines: Power and Virtue in Renaissance Society (2006)