Artémise II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Artémise.
Artémise se prépare à boire les cendres de son mari
attr. Francesco Furini, XVIIe siècle.

Artémise II, en grec ancien Ἀρτεμισία / Artemisía († 351 av. J.-C.), reine d'Halicarnasse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fille d’Hécatomnos, roi de Carie, elle épouse son frère Mausole. À sa mort, en -353, elle est très affectée et aurait, selon Pline l'Ancien[Où ?], pris elle-même la décision d'ériger en son honneur un grand tombeau, dit le Mausolée d'Halicarnasse, l'une des sept merveilles du monde. Elle organise également un concours littéraire, décernant un prix à l'orateur qui ferait l'éloge le plus éloquent de Mausole. Y participent, selon Aulu-Gelle[1], Isocrate et ses disciples Théodecte de Phasélis et Théopompe, lequel remporte le concours. Toujours selon Aulu-Gelle, appuyé par Valère Maxime, elle va jusqu'à mêler dans sa boisson les cendres de son défunt époux. Veuve, elle continue néanmoins à gouverner la Carie, envahissant Rhodes qui s'est révoltée et que soutient Démosthène, et s'emparant de certaines cités grecques d'Ionie. Elle meurt en -351, deux ans après Mausole.

Postérité[modifier | modifier le code]

Art contemporain[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aulu-Gelle, Nuits attiques [détail des éditions] [lire en ligne] Livre X (451e)
  2. Musée de Brooklyn - Centre Elizabeth A. Sackler - Artémise II
  3. Judy Chicago, The Dinner Party : From Creation to Preservation, Londres, Merrel 2007. (ISBN 1-85894-370-1).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :