Clytemnestre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la mythologie grecque
Cet article est une ébauche concernant la mythologie grecque.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (août 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Clytemnestre essayant de réveiller les Érinyes tandis que son fils est purifié par Apollon, cratère apulien à figures rouges, 380-370, Louvre (Cp 710)

Dans la mythologie grecque, Clytemnestre (en grec ancien Κλυταιμήστρα / Klutaimếstra[1], peut-être de κλυτός / klutós, « fameux, célèbre », et μνάομαι / mếdomai, « comploter, combiner ») est la fille de Tyndare (roi de Sparte) et de Léda. Née d'un œuf commun, elle est sœur de Castor, et la demi-sœur d'Hélène et Pollux, qui sont pour leur part enfants de Zeus[2].

Mythe[modifier | modifier le code]

Agamemnon, le roi de Mycènes, épousa Clytemnestre après qu'il eut tué Tantale, le fils de Thyeste, son précédent mari, ainsi que leur enfant. Agamemnon et Clytemnestre ont quatre enfants : Iphigénie, Chrysothémis, Électre et Oreste. Certaines versions ajoutent Laodicé et Iphianassa, qui seront ensuite confondues à Électre et Iphigénie.

Avant son départ pour la guerre de Troie, Agamemnon et ses troupes rassemblées à Aulis, ne peuvent partir : Agamemnon a offensé Artémis en prétendant pouvoir chasser mieux qu'elle, et la déesse se venge en lançant des vents contraires sur la mer. Seul le sacrifice d'Iphigénie apaisera la déesse. Agamemnon sacrifie ainsi Iphigénie sur l'autel d'Artémis.

Agamemnon est tué à son retour de Troie, soit par Clytemnestre, soit par son amant Égisthe, soit par les deux ensemble (selon les auteurs). Clytemnestre lui en voulait entre autres du sacrifice d'Iphigénie, sa fille ainée. Sa captive et concubine, Cassandre, est aussi assassinée ainsi que leurs enfants. Égisthe était le cousin d'Agamemnon, ce dernier lui ayant confié sa famille avant son départ pour la ville de Troie. Il épousa Clytemnestre à la suite de la mort d'Agamemnon.

Clytemnestre sera tuée, en même temps qu'Égisthe, par son fils Oreste, sept ans plus tard. Il donna ordre de les enterrer hors de la ville, les jugeant indignes du tombeau d'Agamemnon.

Thème artistique[modifier | modifier le code]

Pierre-Narcisse Guérin, Clytemnestre hésitant avant de frapper Agamemnon endormi, 1817, musée du Louvre (Inv. 5185)

Un des intérêts principaux de l'histoire de Clytemnestre, pour les auteurs qui l'ont rapportée, réside dans la diversité des motifs qu'elle donne au meurtre d'Agamemnon et dans les différentes caractérisations des personnages qui sont ainsi possibles.

  • Dans Feux, Marguerite Yourcenar consacre l'une de ses proses à Clytemnestre (« Clytemnestre ou le crime »).
  • Simone Bertière, dans Apologie pour Clytemnestre, donne une vision plus féministe de cette femme, tout en suivant essentiellement le mythe des Atrides tel qu'Eschyle le rapporta.
Extrait : « Je m'appelle Clytemnestre, reine d'Argos. Vous me connaissez bien. Voici trois mille ans que vous me montrez du doigt en frémissant d'indignation. Avec l'aide de mon amant, j'ai tué mon époux Agamemnon, à son retour de la guerre de Troie. Et j'ai péri de la main de mon fils Oreste. »
Clytemnestre apparaît dans de nombreuses pièces de théâtre, notamment dans les pièces d'Eschyle (dans l’Orestie), ou bien Électre de Jean Giraudoux, Électre de Sophocle, Électre d'Euripide

Hommage[modifier | modifier le code]

Clytemnestre est une des 1 038 femmes représentées dans l'œuvre contemporaine de Judy Chicago, The Dinner Party, aujourd'hui exposée au Brooklyn Museum. Cette œuvre se présente sous la forme d'une table triangulaire de 39 convives (13 par côté). Chaque convive étant une femme, figure historique ou mythique. Les noms des 999 autres femmes figurent sur le socle de l'œuvre. Le nom de Clytemnestre figure sur le socle, elle y est associée à Sophie, sixième convive de l'aile I de la table[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La forme moderne, avec « mn », ne survient pas avant la période moyenne byzantine : c'est une mauvaise lecture motivée par une connexion étymologique erronée avec le verbe μναoμαι / mnaomai, tandis qu'Eschyle, dans certains jeux de mots sur son nom, apparaît assumer un lien étymologique avec le verbe μήδoμαι / mếdomai. Voir à ce sujet (en) Alan Sommerstein (dir.), Oresteia, édition Loeb, 2008, introduction, p. x.
  2. Pierre Grimal, Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Grands dictionnaires », 1999 (1re édition, 1951) (ISBN 2130503594), p. 128
  3. Musée de Brooklyn - Clytemnestre

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]