Convair XC-99

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Convair XC-99
Vue de l'avion.
Le seul XC-99 construit, opérant pour l'USAF.

Constructeur Drapeau : États-Unis Convair
Rôle Avion de transport militaire
Statut Annulé
Premier vol
Mise en service
Date de retrait
Nombre construits 1 exemplaire
Dérivé de B-36 Peacemaker

Le Convair XC-99 est un prototype d'avion de transport militaire conçu et construit par Convair dans les années 1940. Dérivé du B-36 Peacemaker, le XC-99 reprend la voilure et l'empennage du bombardier et se voit doté d'un fuselage entièrement nouveau à deux ponts. L'avion effectue son premier vol le puis entre en service en . Il est jugé trop gros, inadapté à sa mission et le programme est abandonné avant que l'appareil ne soit construit en série. Une version civile destinée aux compagnies aériennes, le Model 37, est envisagée mais le projet ne dépasse l'étape de la planche à dessin.

Le XC-99 est conçu pour emporter 45 tonnes de fret ou 400 hommes de troupe avec leur équipement grâce à son fuselage à double-pont et peut voler sur une distance de plus de 13 000 km (7 000 NM) ; il est motorisé par six moteurs à pistons Pratt & Whitney R-4360 de 3 500 ch entraînant des hélices placées en configuration propulsive et sa vitesse est d'environ 500 km/h à une altitude de 9 150 m (30 000 pi). Jusqu'à l'annulation du programme, un seul prototype est construit ; il est utilisé par l'United States Air Force (USAF) jusqu'en 1957 puis exposé sur la Kelly Air Force Base, au Texas.

Conception et développement[modifier | modifier le code]

Schéma en coupe du XC-99.

En 1941, alors que l'armée allemande progresse en Europe, les États-Unis envisagent de développer un bombardier intercontinental dans le cas où le pays serait privé de ses bases en Europe[1]. À la fin de l'année, l'avionneur Consolidated reçoit un contrat de développement pour le Model 35, un bombardier lourd pouvant emporter 4,5 tonnes de bombes sur près de 13 000 km, que l'Air Force désigne XB-36. Consolidated étudie également la possibilité de construire un avion de transport à grande capacité dérivé du Model 35. L'avion, qui reçoit la désignation militaire XC-99, doit utiliser la même voilure et les mêmes moteurs Pratt & Whitney R-4360 que le XB-36 ; l'empennage et le train d'atterrissage doivent être similaires à celui du bombardier[2],[1].

Le contrat de commande W-535-AC-34454 portant sur la fabrication d'un prototype est signé le [2],[3]. La construction de l'appareil a lieu dans les usines Convair de San Diego[2] ; à cause de programmes plus urgents et donc prioritaires, il ne sort d'usine qu'à l'été 1947[3]. Il effectue son premier vol le 23 novembre, piloté par Russell Rogers et Beryl Ericson[3].

Descriptif technique[modifier | modifier le code]

Avec plus de 56 mètres de long et 70 mètres d'envergure, le XC-99 est un avion de très grandes dimensions. Son fuselage, à double pont sur toute sa longueur, est suffisamment grand pour accueillir 400 hommes de troupe ou pour contenir 45 tonnes de fret ; il est percé de nombreux petits hublots circulaires. À l'intérieur chaque pont est divisé en deux compartiments dont la séparation se trouve au niveau du passage des longerons de la voilure. Le XC-99 dispose de deux portes cargo équipées de rampes, situées sur le dessous du fuselage ; la première porte est placée juste en avant de la voilure tandis que la seconde s'ouvre tout à l'arrière du fuselage. Le chargement du pont supérieur s'effectue au moyen d'ouvertures dans le plancher, au-dessus des portes cargo, un treuil permettant d'hisser les marchandises.

Sa voilure est celle du B-36, montée en position médiane sur le fuselage. Chaque aile est équipée de trois moteurs entraînant des hélices tripales en configuration propulsive. Les moteurs sont des Pratt & Whitney R-4360 Wasp Major à 28 cylindres en étoile, développant jusqu'à 3500 chevaux. L'empennage est en T inversé, le même que sur le B-36. Le train d'atterrissage est de type tricycle ; il se compose d'un diabolo à l'avant et son train principal est constitué de grandes roues, une montée sous chaque aile entre le fuselage et les moteurs les plus proches de ce dernier. Ce train d'atterrissage, identique à celui des premiers B-36, présente l'inconvénient d'avoir la masse de l'appareil répartie sur une petite surface, ce qui limite le nombre de pistes que peut utiliser l'avion. Par la suite, chacune des deux grandes roues sera remplacée par un bogie à quatre roues, permettant ainsi de mieux répartir le poids de l'avion.

Histoire opérationnelle[modifier | modifier le code]

Le XC-99 en 1954 est alors utilisé par le 1700e groupe de transport aérien du Military Air Transport Service (en) mais rattaché à l'Air Materiel Command (en).

De nombreux incidents s'y manifestent, et notamment une grave difficulté de freinage et l'impossibilité d'inverser les pas d'hélices ; l'avion a donc fini ce premier vol au-delà de la piste d'atterrissage. Il est employé ensuite pour transporter du matériel sur le front de Corée. Le 10 octobre 1950 le XC-99 emporte dix moteurs d'avions, faisant la preuve de sa grande capacité d'emport. Mais la maintenance est très chronophage, d'autant plus qu'il n'existe pas de document spécifique et que les mécaniciens doivent se reporter à ceux du B-36.

Après la guerre l'avion est exposé à Wright-Paterson devant une foule nombreuse où beaucoup s'étonnent de ses dimensions. À partir de 1955, les transporteurs à réaction plus rapides rendent le XC-99 obsolète. Il n'en aura été finalement construit qu'un seul. En 1957 Celui-ci est mis au rebut et stationne au Texas ; il est racheté plusieurs fois. Son sort fluctuant l'amène finalement à la base de Kelly.

Certaines compagnies aériennes civiles dont Pan American World Airways ont pris des options pour des appareils commerciaux mais l'avion était trop grand pour le nombre de passagers de l'époque. Il a également été envisagé de le consacrer au courrier mais cela n'a pas eu de suite. Le XC-99 a montré qu'il n'y avait pas de limite à la taille d'un avion et il a permis d'améliorer les méthodes de chargement et de déchargement. Il a à son actif plus de 7 000 heures de vol, transportant 27 000 tonnes de marchandises.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Sources : Cold War Peacemaker[4], American Military Transport Aircraft Since 1925[1].

Équipage et dimensions[modifier | modifier le code]

  • Équipage : 5 membres
  • Longueur : 56,4 m
  • Envergure : 70,1 m
  • Hauteur : 17,5 m
  • Surface alaire : 443,3 m2

Motorisation[modifier | modifier le code]

Masses et capacité[modifier | modifier le code]

  • Hommes de toupe : 400 personnes
  • Capacité cargo : 45 tonnes
  • Masse maximale au décollage : 145 000 kg

Performances[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Johnson et Jones 2013, p. 161.
  2. a b et c Pyeatt et Jenkins 2010, p. 177.
  3. a b et c Millot 1987, p. 31.
  4. Pyeatt et Jenkins 2010, p. 178.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]