Contay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Contay
Contay
La place du marché, le monument aux morts et la mairie
Blason de Contay
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Corbie
Intercommunalité Communauté de communes du Territoire Nord Picardie
Maire
Mandat
Gérard Boivin
2014-2020
Code postal 80560
Code commune 80207
Démographie
Gentilé Contaysiens
Population
municipale
366 hab. (2016 en augmentation de 0,27 % par rapport à 2011)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 00′ 19″ nord, 2° 28′ 38″ est
Altitude Min. 47 m
Max. 133 m
Superficie 8,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Contay

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Contay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Contay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Contay

Contay est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Contay est un village rural picard de l'Amiénois.

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Nature du sol et du sous-sol[modifier | modifier le code]

Le sol et le sous-sol de la commune sont composés de trois ensembles à peu près de même taille, un ensemble argileux situé dans les bas-fonds de la commune, un ensemble siliceux et un ensemble calcaire[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par l'Hallue, affluent du fleuve côtier la Somme qui s'y jette au niveau de Daours.

Sur la commune, se trouvent les sources de la Butteresse, affluent de l'Hallue[1].

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

La Grande rue.

Contay est un village rue construit de part et d'autre de la route reliant Amiens à Mailly-Maillet et Arras. Son bâti, ayant échappé aux destructions des deux guerres mondiales, est assez ancien[2],[3].

Des constructions récentes de maisons individuelles sont venues renforcer l'agglomération.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Contay
Léalvillers Acheux-en-Amiénois Forceville
Contay Hédauville
Harponville Warloy-Baillon

Transports et déplacements[modifier | modifier le code]

Arrêt d'autocar de la Place du marché.

Le village est situé sur l'ancienne route nationale 319, actuelle RD 919 reliant Amiens à Arras.

La localité est desservie en 2019 par les autocars du réseau interurbain Trans'80 Hauts-de-France[4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les textes anciens nous fournissent Contey (1147), Conttaium (1227), Contai (1174), Contaium (1227), Contiacum (1343)[5],[6]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le plus ancien seigneur connu est Raoul de Contay, en 1138[2].

Au début du XVe siècle, la seigneurie passe à Robert Le Josne, bailli d'Amiens et gouverneur d'Arras pour le duc de Bourgogne[2].

En 1471, le duc de Bourgogne Charles le Téméraire, venant faire le siège d'Amiens, passe à Contay avec 30 000 soldats[5].

En 1507, la descendante de Robert Le Josne, Françoise de Contay épouse Jean d'Humières, gouverneur de Péronne.

En 1526, le roi de France François Ier séjourne au château de Contay après sa défaite à Pavie[2].

Lors des Guerres de Religion, vers 1588, après l'assassinat du duc de Guise, les ligueurs de la région picarde, exaspérés, envoyèrent des troupes et des munitions à Contay[5].

En 1595, la seigneurie de Contay passe à Louis de Crevant, vicomte de Brigneul, gouverneur de Ham et de Compiègne[7].

Le , sur les ordre du gouverneur de Doullens, le capitaine Pagès commandant la cavalerie de Péronne et monsieur Fay commandant les Volontaires de la Tour de Contay attaquent de nuit le fort d'Hébuterne occupé par les Espagnols[1].

En 1649, le camp volant[C'est-à-dire ?] du vidame d'Amiens arriva dans la vallée de Contay[5].

En 1785, un incendie brûle 52 maisons[5].

Le arrive à Contay le docteur Trannoy pour soigner une fièvre gastro-dynamique qui sévissait depuis deux mois[1].

Une première école communale est construite en 1831-1832 sur la place du village par le maçon Augustin Lenoel, sur les plans de l'ingénieur architecte Charles Sordi, pour un coût de 3200 francs de l'époque environ. Elle se dote également en 1852 d'une école de filles, dirigée par une sœur de la Sainte-Famille. Les élèves protestants sont scolarisés à l'école publique lors de la suppression en 1886 de l'école réformée dont disposait leur communauté[8].

Lors de la Guerre franco-allemande de 1870, le , le général Faidherbe donne à Contay ses instructions à son état-major à la veille de la bataille de l'Hallue[9].

Au XIXe siècle, Contay est le siège d'un important marché, notamment pour les bestiaux. L'ampleur de la place du marché et sa dénomination témoignent encore de cette activité commerciale.

Après la Seconde Guerre mondiale, la commune est décorée de la Croix de Guerre 1939-1945 avec étoile de bronze[10].

Circonscriptions d'Ancien Régime

Dans l'ordre religieux, la paroisse catholique de Contay relevait du doyenné de Mailly, archidiaconé et diocèse d'Amiens.

En ce qui concerne l'administration civile, fiscale et militaire, le village relevait de la prévôté de Beauquesne et du bailliage d'Amiens jusqu'en 1748, puis du bailliage et siège présidial d'Amiens ; une partie du village relevait de la prévôté de Fouilloy, bailliage d'Amiens. L'ensemble faisait partie de l'élection de Doullens, intendance de Picardie; grenier à sel de Corbie[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Amiens du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la quatrième circonscription de la Somme.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Villers-Bocage[11]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, Contay est désormais rattachée au canton de Corbie.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Contay était membre de la communauté de communes Bocage Hallue, créée fin 1999.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, cette intercommunalité fusionne avec ses voisines pour former, le , la communauté de communes du Territoire Nord Picardie, dont est désormais membre la commune.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1798 1798 Louis François Renard    
octobre 1800 janvier 1801 Jean-Baptiste Pluvion    
février 1802 février 1805 Augustin Ernault    
1858 1876 Auguste Renard    
1878 décembre 1880 Eloi Octave Dhaille    
1881 décembre 1887 Marie Joseph Boulanger    
1889 avril 1894 Arthur Langlet    
1901 décembre 1906 François Darras    
juillet 1908 1912 Eugène Boivin    
1913 1945 Amédé Anatole Flament    
1945 1947 Virgile Devauchelle    
juin 1948 1995 Arthur Alfred Henri Carnoy    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours
(au 11 avril 1916)
Gérard Boivin   Réélu pour le mandat 2014-2020[12],[13]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[15].

En 2016, la commune comptait 366 habitants[Note 1], en augmentation de 0,27 % par rapport à 2011 (Somme : +0,27 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6304817337659699851 0231 0461 042
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
940910770699645594574567519
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
483445420377358331317339287
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
294301285294333353374365366
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du regroupement pédagogique intercommunal (RPI) du Mont-Fay qui rassemble les enfants de Warloy-Baillon et de Contay. Il comptait 4 classes en 2016, deux dans chaque commune[17],[18].

Sports[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un terrain de football.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La mairie.
  • Mairie de Contay, important bâtiment en briques à étage carré, sur solin de grès. La façade, ornée de deux bandeaux et d'une corniche denticulée, est couronnée par un fronton triangulaire. Sur le toit se dressent deux épis de faîtage.
Elle est construite de 1877 à 1882 comme mairie-école par Adolphe Dufossé, entrepreneur à Saint-Gratien, sur les plans de l'architecte amiénois Alphonse Sévin. En cours de chantier, le conseil municipal décide d'augmenter l'emploi de la pierre afin de ne pas être en reste du presbytère voisin. Une partie du coût est financée par la commune de Vadencourt, réunie à Contay pour le service de l'instruction primaire. Un préau et une buanderie sont ajoutés en 1906 par l'architecte amiénois Alfred Cuvillier. Les réparations consécutives aux dommages de guerre sont menées de 1920 à 1923 par l'entrepreneur Tant, selon le devis de l'architecte Mézelle, tous les édifices de la place ayant souffert des explosions. En 1966, un petit bâtiment est ajouté au sud pour relier l'ancienne dépendance à la mairie-école, l'ensemble formant actuellement un logement[8].
  • Château de Contay, 4 rue du Château :
    Le château de Contay se trouve en bordure de la route d'Amiens à Arras qui constitue la rue principale du village. Il est entouré d'un parc de cinq hectares, délimité par un mur d'enceinte en calcaire et en brique.
En 1595, le château se trouvait en bordure de l'Hallue, plus près de l'église que l'édifice actuel. Il aurait été détruit vers 1636, au moment du siège de Corbie. En 1702, le domaine fut acheté par Barthelemy d'Amiens. Cette famille le fit construire le château actuel en 1753 pour Barthélémy d'Amiens, ou pour son gendre Gilbert Morel de Bécordel. Les chambres au premier étage conservent encore des boiseries du XVIIIe siècle, d'un style assez dépouillé. Les pièces d'apparat en revanche, ont été redécorées sous le Second Empire
L'édifice actuel est donc un exemple d'architecture du XVIIIe siècle. Le corps de logis présente un plan en U. À l'ouest du corps de logis s'élève un corps de ferme dont l'entrée est marquée sur la rue par un porche en craie. Cette ferme comporte plusieurs bâtiments du XVIIIe siècle : le logis du fermier[19], une écurie et un pigeonnier de plan octogonal[7],[20],[21]. La façade et les toitures sont inscrits à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques en 2010 puis en 2015.
Article détaillé : Château de Contay.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Église paroissiale Saint-Hilaire
    L'église est dédiée à saint Hilaire. Elle se compose d'une nef à deux vaisseaux, d'un transept et d'un chœur avec abside à trois pans. La tour du clocher est accolée au portail, du côté nord. La façade est formée d'un mur pignon dont le portail est surmonté d'une large fenêtre. Les remplages flamboyants de celle-ci et quadrilobes de la balustrade, au-dessus du portail, sont des réfections effectuées en 1862. À la même date, la partie supérieure du clocher alors « surchargée d'une masse de briques aussi pesante que disgracieuse » a été remplacée par une flèche[22].
Article détaillé : Église Saint-Hilaire de Contay.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Temple protestant
    Une loi de germinal an X, accorda aux protestants le droit d'exercer leur culte, et de fait, d'avoir des pasteurs et des temples.
La présence de la foi réformée est attestée dès le XVIe siècle à l’est d’Amiens, et à la fin du siècle des Lumières à Contay même, mais la communauté se révéla assez importante au XIXe siècle pour qu'on construise un temple (1828), un cimetière (1823), et qu'on organise une école (créée par le conseil académique de la Somme en 1851, et supprimée en 1886)[23].
L'importante population protestante de Contay explique que le premier pasteur officiel du département, Laurent Cadoret, se soit installé à Contay plutôt qu'à Amiens.
Le temple est édifié en 1829, grâce à une subvention de Charles X, sur un terrain acquis par la communauté protestante en 1828. La dédicace a lieu le . En 1867, des réparations urgentes doivent être effectuées, car les fondations se sont affaissées, occasionnant des lézardes. Ainsi, la porte d'entrée est murée en 1868. Elle se trouvait alors sur le pignon ouest de l'édifice. En 1870, le temple est restauré par Jules Vérité, menuisier de Contay, sur les plans de l'architecte amiénois Leullierelle, l'entrée primitive est remplacée par une rosace ornée d'un pentagramme inversé, et l'on crée une nouvelle entrée en construisant un porche à péristyle, avec un petit fronton triangulaire, sur la façade donnant sur la Grand-Rue, donnant ainsi au temple l'allure appropriée à un culte reconnu par l'Etat.
Le temple est un édifice néo-classique de plan rectangulaire, en briques, comportant un soubassement en grès. On peut y lire la date de 1828, portée en fers d'ancrage[24],[25],[26].
Article détaillé : Temple protestant de Contay.
Le temple protestant.
  • Cimetière protestant, chemin rural de Daours à Vadencourt, près de l'Hallue, face au cimetière catholique.
    Contay est la seule commune de l'ancien canton de Villers-Bocage à disposer d'un cimetière protestant.
En application du décret du 23 prairial an XIII, les maires de Contay s'opposèrent à partir de 1805 à l'inhumation des protestants dans le cimetière communal, un terrain leur ayant été attribué au nord du village. Mais ce site ne satisfaisait pas la communauté, et les tensions étaient vives. Le cimetière actuel fut finalement créé en 1823, sur un terrain accepté par le pasteur Cadoret et la communauté protestante de Contay.
C'est un enclos triangulaire entouré de haies, comportant plusieurs tombes où sont gravés des versets bibliques[27]
  • Cimetière militaire britannique, à l'entrée du village de Contay sur la D23 en venant d'Amiens. Il abrite la sépulture de 1133 soldats, dont 698 du Royaume Uni, 414 canadiens, 29 australiens et 1 d'Afrique du Sud[28].
  • Monument aux morts[29].
  • Maison de maître, 1 rue Neuve, construite à la fin du XIXe siècle pour Arthur Langlet, ancien maire de Contay, décédé en 1898[30].
  • Ancienne auberge, 15, Grande rue, construite vers 1820[31]
  • Statue Notre-Dame de la Route
    Édifiée en 1955, sous l'impulsion du curé du village, l'abbé Léon Wattiez[32].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Laurent Cadoret, s'installa à Contay en 1822, premier pasteur officiel du département[33]
  • Paul-Barnabas Cadoret, son fils, né le à Contay, mort le à Montmeyran (Drôme). Aumônier en chef protestant de la défense de Paris en 1870-71, chevalier de la Légion d'honneur en 1871[34].

Contay dans les arts[modifier | modifier le code]

Le Sire de Contay est cité dans le roman de Walter Scott Anne de Geierstein, souvent traduit en français sous le titre de Charles le Téméraire[35].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason contay.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :
fascé d'argent et de gueules à la bordure d'azur.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • E. Héren et L. Ledieu, « Contay », dans Dictionnaire historique et archéologique de la Picardie, t. III : Arrondissement d'Amiens, cantons d'Oisemont, Picquigny, Poix el Vtllers-Bocage, Paris, A. Picard, (lire en ligne), p. 573-579, disponible sur Gallica.
  • François Ansart, Histoire des églises de la vallée de l'Hallue, Amiens, Édité à compte d'auteur, , 74 p. (notice BnF no FRBNF37173925), consultable à la bibliothèque municipale d'Amiens Louis Aragon, cote 18568 Pic 6318.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Monsieur Boulfroy, instituteur, 1899, Notice géographique et historique sur la commune de Contay (lire en ligne).
  2. a b c et d « Bienvenue à Contay », Visiter / Communes du territoire, sur https://www.tourisme-territoirenordpicardie.com (consulté le 14 août 2019).
  3. « Maisons et fermes », notice no IA80000125, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  4. « Le réseau Trans'80 en ligne ».
  5. a b c d e et f E. Héren et L. Ledieu, op. cit. en bibliographie.
  6. Jacques Garnier, « Dictionnaire topographique du département de la Somme », Mémoire de la Société des antiquaires de Picardie, 3e série, t. I,‎ , p. 252 (lire en ligne [flash], consulté le 15 août 2019), disponible aux archives départementales du département de la Somme, Amiens, microfiche : 130/269.
  7. a et b Itinéraires du Patrimoine, livret no 182 (Direction régionale des Affaires culturelles de Picardie)
  8. a et b Judith Förstel, Sandrine Platerier, « Mairie-école de Contay », Région Hauts-de-France - Inventaire général., (consulté le 15 août 2019).
  9. Henry Daussy, Comment le cheval de Faidherbe ne lui fut pas rendu par les Prussiens, Amiens, Yvert, coll. « Extrait des Mémoires de l'Académie d'Amiens », , 24 p. (lire en ligne), p. 4, disponible sur Gallica.
  10. « Communes décorées de la CRoix de Guerre 1939-1945 » [PDF], Mémorial des batailles de la Marne - Dormans (51), (consulté le 15 août 2019), p. 44.
  11. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 18 juillet 2008)
  13. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  17. « Warloy-Baillon (80) L’école va perdre une classe : Faute d’effectif suffisant, le RPI s’apprête à perdre une classe à la rentrée prochaine. Un coup dur pour les parents d’élèves et l’équipe enseignante. », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 15 août 2019).
  18. « Regrouper les classes pour sauver l’école de Warloy-Baillon : Une réunion doit se tenir la semaine prochaine à l’inspection académique au sujet de l’avenir du RPI du Mont-Fay. Les parents d’élèves restent mobilisés », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 15 août 2019).
  19. Ferme.
  20. Förstel Judith, Platerier Sandrine, « Château de Contay », Région Hauts-de-France - Inventaire général., (consulté le 15 août 2019).
  21. « Château », notice no IA80000123, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. « Eglise paroissiale Saint-Hilaire », notice no IA80000124, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. Judith Förstel, Sandrine Platerier, « Le canton de Villers-Bocage : le territoire de la commune de Contay », Région Hauts-de-France - Inventaire général, (consulté le 15 août 2019).
  24. Itinéraires du patrimoine, livret no 181 (Direction régionale des Affaires culturelles de Picardie
  25. Judith Förstel, Sandrine Platerier, « Temple de Contay », Région Hauts-de-France - Inventaire général, (consulté le 15 août 2019).
  26. Marc Nadaux, « Contay – 80 – Temple protestant », Images de Picardie - CanopÉ de l'académie d'Amiens (consulté le 14 août 2019).
  27. Judith Förstel, Sandrine Platerier, « Cimetière protestant de Contay », Région Hauts-de-France - Inventaire général, (consulté le 15 août 2019).
  28. Devillers Bruno et Martine Aubry, « Contay (80560) - Monument militaire - Nécropole », sur https://monumentsmorts.univ-lille.fr, (consulté le 15 août 2019).
  29. Bruno Devillers, « Contay (80560) - Monument aux morts », sur https://monumentsmorts.univ-lille.fr, (consulté le 15 août 2019).
  30. « Maison de maître », notice no IA80000132, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  31. « Maison et auberge », notice no IA80000133, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, 2003, F. Paillart Éditeur
  33. Anne Ruolt, « Le pasteur Laurent Cadoret (1770-1861) et une de ses œuvres: l'école du dimanche de Luneray », Bulletin de la Société de l'Histoire du Protestantisme Français, vol. 158,‎ octobre-novembre-décembre 2012, p. 703-741 (présentation en ligne).
  34. « Pasteur Paul Barnabas Cadoret », base Léonore, ministère français de la Culture.
  35. Walter Scott, Charles le Téméraire : Edition revue et corrigée, Paris, Librairie d'éducation Amable Rigaud, , 324 lire en ligne=https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5626183g/f203.item.r=contay p., sur disponible sur Gallica.