Alexandre Ier Balas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alexandre Ier et Balas.
Alexandre Ier Balas
Alexandre Ier Balas (ΒΑΣΙΛΕΩΣ ΑΛΕΧΑΝΔΡΟΥ ΓΞΡ), tétradrachme, 150-145 av. J.-C.
Alexandre Ier Balas (ΒΑΣΙΛΕΩΣ ΑΛΕΧΑΝΔΡΟΥ ΓΞΡ), tétradrachme, 150-145 av. J.-C.
Titre
Roi de Syrie
Prédécesseur Démétrios Ier Sôter
Successeur Antiochos VI et Démétrios II
Biographie
Date de décès
Conjoint Cléopâtre Théa
Enfants Antiochos VI

Alexandre Ier Balas (en grec ancien : Ἀλέξανδρoς Bάλας) est roi de Syrie de -150 à -145[1].

Origines mystérieuses de Balas[modifier | modifier le code]

Ses origines sont incertaines : pour la majorité des sources antiques, Balas est un aventurier originaire de Rhodes qui se fait passer pour le fils illégitime d'Antiochos IV. Selon Strabon, il serait effectivement un bâtard d'Antiochos IV, celui-ci ayant eu notoirement plusieurs concubines.[Où ?]

Peut-être dès 157-156, il est soutenu par le roi de Pergame Attale II comme prétendant au trône de Syrie contre Démétrios Ier. Cependant, l'appui des Romains est nécessaire : Balas, qui a pris le nom d'Alexandre, prend le chemin de Rome, accompagné de sa "sœur" Laodice et d'Héraclide, ancien ministre d'Antiochos IV. Après avoir hésité, Polybe rapporte que le Sénat, par l'intermédiaire des Scipions, leur donne carte blanche (vers 153-152).

Histoire[modifier | modifier le code]

Reconnu officiellement par Rome, Pergame, la Cappadoce et l'Égypte lagide, Alexandre Balas débarque à Ptolémaïs-Akkè. Les premiers bénéficiaires de son usurpation sont les Juifs : pour se les concilier, Démétrios Ier évacue toutes les places détenues par les séleucides, sauf l'Akra et Bethsour. Il libère prisonniers et otages et confie le commandement militaire de la province à Jonathan, qui reconnaît Balas qui l'a nommé Grand-Prêtre.

Durant l'hiver 151/150 av. J.-C., Démétrios est tué. Accueilli avec enthousiasme à Antioche, Alexandre Balas est désormais le nouveau roi de Syrie. Il épouse en grande pompe Cléopâtre Théa, la fille de Ptolémée VI. Elle lui donne un fils : le futur Antiochos VI Dionysos. Son règne est calamiteux : soucieux uniquement de jouir de sa position, il ne fait rien pour enrayer les progrès de Jonathan et l'émancipation des cités syro-phéniciennes. En Iran, le domaine séleucide recule face aux Parthes (perte d'Ecbatane : -147 ?).

En 147, Démétrios II, fils de Démétrios Ier, débarque en Cilicie, puis passe en Syrie pour réclamer le trône. Sous couleur de défendre son gendre, Ptolémée VI envahit la Cœlé-Syrie. Jonathan en profite pour s'emparer d'Ashkelon, de Jaffa et d'Ashdod. Balas se rebelle et tente d'assassiner Ptolémée VI qui transfère son alliance et la main de sa fille à Démétrios II. Alexandre Balas est battu et mis en fuite à la bataille de l'Oinoparas. Il est tué peu après, sa tête est apportée à Ptolémée VI qui, gravenent blessé dans la bataille meurt peu paèrs (145).

À peine un an plus tard, à l'été 144, le stratège Diodote se soulève contre Démétrios II car celui-ci laisse les mercenaires crétois imposés leurs lois à Antioche. Il fait proclamer roi le petit Antiochos VI, le fils de Balas que celui-ci avait mis en sécurité chez un chef arabe. Antiochos VI ne règne pas longtemps. Quinze ans plus tard, un aventurier égyptien surnommé "Zabinas" ("l'Acheté") se prétend fils de Balas et règne peu de temps sous le nom d'Alexandre II Zabinas (v. 128/ v. 123).

Sources[modifier | modifier le code]

Diodore de Sicile, Bibliothèque historique [détail des éditions] [lire en ligne] XXXI (32)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]